A la Une

dimanche 9 mai 2010

Haut-Karabakh : Un pas en avant, deux pas en arrière

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Quand c'est Erevan qui est d'accord avec les propositions des coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE, c'est Bakou qui n' l'est pas et vis versa. A chaque remaniement du texte pour intégrer les remarques d'une des parties, c'est l'autre partie qui demande des modifications.

Aussi, dire que le Haut-Karabakh pourra s'autodéterminer, c'est-à-dire devenir indépendant- terme que Bakou refuse absolument -, le tout totalement enclavé dans le territoire azéri, puisque les sept districts entourant le Haut-Karabakh sont sensés être restitués à l'Azerbaïdjan, est pour la majorité des observateurs et des analystes une hypothèse non seulement irréaliste mais génératrice d'un nouveau conflit.

En Avril 2001 Robert Kotcharian et Haydar Aliev s'étaient rencontrés à Key West en Floride et étaient tombés d'accord sur un compromis. De retour à Bakou, le texte a été refusé par l'opinion publique. Un provisoire qui dure depuis 1994 ressemble fortement à du définitif. Ce petit ‘jeu' dure depuis des années et rien dans un proche avenir n'indique que les choses changeront. L'exemple de Chypre est là pour nous le prouver.

Que la Turquie mette comme condition d'ouverture de sa frontière avec l'Arménie la réalisation de ce schéma, cela indique bien que la normalisation de ses relations avec sa voisine est bien le dernier de ses soucis.

***

*


Edouard-Nalbandian24_medium
Le ministre arménien des Affaires étrangères va se rendre à Strasbourg pour le Conseil de l'Europe et à Bruxelles pour le Conseil de l'OTAN. Edouard Nalbandian rencontrera à cette occasion les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE.

*


Elkhan-Polukhov_medium
"Elmar Mammadyarov, le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères ministre n'a pas l'intention de rencontrer les coprésidents du Groupe de Minsk à Bruxelles en raison d'un horaire chargé," a déclaré le porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Elkhan Polukhov.

"Au stade actuel, les coprésidents doivent travailler avec la partie arménienne, qui n'a pas pris position jusqu'à présent sur le texte révisé des Principes de Madrid," rapporte l'agence Trend.

*


Jan-Kohout_medium
"Un Sud-Caucase stable et ouvert avec tous les pays travaillant de concert est quelque chose auquel l'UE est fortement intéressée," a déclaré à l'agence Trend le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la République tchèque, Jan Kohout, à la veille de sa visite en Azerbaïdjan les 13 et 14 mai prochain.

"J'espère que la version actualisée du document de Madrid présentée par les coprésidents du Groupe de Minsk lors de la réunion de Sotchi de fin de Janvier, servira de base pour le règlement du compromis final," a indiqué Kohout.

Selon lui, la République tchèque est convaincue que la seule façon d'aboutir à une solution pacifique du conflit du Haut-Karabakh ne peut se faire que par des négociations directes sur la base de tous les principes établis au sein du Groupe de Minsk.

"Par conséquent, nous nous félicitons de l'intensification des réunions entre les présidents azerbaïdjanais et arménien de l'année dernière. L'UE soutiendra et encouragera les deux pays à poursuivre dans cette voie et les progrès dans ce domaine auront un impact positif sur la stabilité, la sécurité et la prospérité de la région.

L'UE elle-même est la preuve qu'avec l'établissement d'un réseau de liens, de contacts entre les pays, de contacts de peuple à peuple, les anciens différends et les blessures historiques peuvent être surmontés.

Par conséquent, l'UE a proposé l'an dernier à l'Azerbaïdjan et à l'Arménie le Partenariat oriental comme nouvelle plateforme de coopération mutuellement bénéfique visant, entre autre, à vous aider à trouver une vision positive tournée vers l'avenir," a souligné Kohout.

*


Vahan-Chirkhanian_medium
"Nous n'aurions pas l'Artsakh si Chouchi n'avait pas été libéré", a déclaré l'ancien ministre arménien de la Défense, Vahan Chirkhanian, membre du Comité Central du Parti social-démocrate Hentchakian, lors d'une conférence de presse.

"Il n'y a aucune autre ville dans l'Est de l'Arménie qui soit plus arménienne que Chouchi. C'est un musée unique, où chaque pierre, chaque maison et chaque rue est enveloppée avec l'esprit de l'histoire arménienne. Cette ville ne doit plus jamais appartenir aux Turcs ou aux Azéris. C'est un symbole des Arméniens sur le territoire de l'Est de l'Arménie," a ajouté Chirkhanian.

*


Armen-Rustamian18_medium
"L'évolution dynamique de la situation géopolitique dans la région incite de nouveaux défis impliquant la question suivante : combien d'États indépendants existera-t-il dans le Sud-Caucase (3 Etats, 3+1, 3+2 ou 3+3) ?", a demandé le président du Conseil suprême d'Arménie de la FRA-Dachnaktsoutioun et président de la Commission permanente des relations extérieures du Parlement, Armen Rustamian.

"La Turquie aspire à jouer un rôle plus important dans la région, et si elle est impliquée dans des développements régionaux, alors l'Iran devrait aussi avoir la possibilité d'y participer afin de maintenir l'équilibre."

Selon Rustamian, l'Arménie est aujourd'hui isolée, mais le processus pour sortir de cet isolement et établir des relations arméno-turques, ne devrait pas être réalisé au détriment des intérêts nationaux.

*

Radio Publique d'Arménie



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More