A la Une

vendredi 4 juin 2010

L'ELARGISSEMENT de l'UNION EUROPEENNE : TURQUIE

** Texte de la déclaration **

***

Commentaires - Gérard Merdjanian

Le groupe socialiste du parlement européen (PSE) a donné sa position concernant les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE.

La reconnaissance du génocide des Arméniens ne fait certes pas partie ‘strict consensus' des critères de Copenhague pour l'entrée de la Turquie dans l'UE. Toutefois le passage suivant, en page 1 -

"Concernant plus particulièrement la Turquie, le Groupe socialiste suit l'évolution de ses réformes dans certains domaines comme l'extension de l'accord d'Ankara à Chypre, le droit des femmes, le droit des minorités, la liberté d'expression.

Sans que la reconnaissance du génocide arménien soit une condition préalable au processus d'adhésion de la Turquie, le Groupe socialiste souligne que cette reconnaissance comptera dans la balance lors des rapports d'évaluation de la Commission européenne. Néanmoins, il ne veut pas que cet évènement de l'histoire turque soit utilisé pour bloquer l'adhésion de la Turquie."

- fait croire que le génocide est un ‘événement de l'histoire turque' pour les socialistes. Il serait fort étonnant que le dit groupe socialiste utilise la terminologie ‘événement de l'histoire allemande' s'il s'était agi du génocide des Juifs.

La formulation ‘Cet événement de l'histoire turque' ne vous rappelle-t elle pas le célèbre ‘détail de l'Histoire' d'un certain Jean-Marie Le Pen ?

Comme pour bon nombre de dirigeants européens, le génocide des Arméniens, vieux d'un siècle, est un problème essentiellement entre la Turquie et l'Arménie, susceptible d'être réglé par les protocoles turco-arméniens signés le 10 octobre dernier, mais dont la ratification est suspendue.

Mais alors pourquoi dire que le crime de génocide est un crime contre l'humanité et qu'il est imprescriptible ?

***

** Texte de la déclaration **



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More