A la Une

mardi 6 juillet 2010

Haut-Karabakh : Les médiateurs comptent rencontrer Edouard Nalbandian et Elmar Mammediarov à Almaty

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Reprendre les principes d'Helsinki, les déclarations des G8 d'Aquila et du Canada, n'apporte rien de nouveau, si ce n'est une réunion d'ici une dizaine de jours. Encore un coup d'épée dans l'eau.

Mis à part les habitants du Haut-Karabakh, qui sont les principaux concernés, personne de la communauté internationale, ne s'intéresse aux causes du conflit du Karabakh. Alors que le cœur du conflit se situe là !

** Le conflit politique et militaire qui oppose le Haut-Karabagh et l'Azerbaïdjan remonte à 1918, aux premières indépendances des républiques du Caucase du Sud lors de la débâcle de l'empire russe. Après la soviétisation de la Transcaucasie en 1920, les autorités centrales soviétiques se rallient à la décision du 5 juillet 1921 du Bureau Caucasien du Comité central du Parti bolchevique de ‘rattacher le Haut-Karabagh à la République socialiste soviétique (RSS) d'Azerbaïdjan'. Une nouvelle page commence lorsqu'en 1988 la région autonome du Haut-Karabakh demande son détachement de la RSS d'Azerbaïdjan conformément à la constitution soviétique. **

La suite, tous la connaissent. Aussi, s'attaquer exclusivement aux effets sans essayer de comprendre et surtout d'agir sur la cause, reviendra à mettre un cataplasme sur une jambe de bois. Les Arméniens ne tiennent absolument pas à revivre la politique systématique de discrimination visant à freiner par tous les moyens le développement socio-économique de la région et à la désarméniser définitivement.

***


Groupe-de-minsk56_medium
Les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE, les ambassadeurs, russe Igor Popov, français Bernard Fassier, et Robert Bradtke des États-Unis, ont publié la déclaration suivante :

Les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE se sont rendus à Erevan et à Bakou du 3 au 5 Juillet. Les ambassadeurs Bradtke et Popov s'étaient préalablement rendus au Haut-Karabakh le 2 Juillet.

A Stépanaguerd, les deux coprésidents ont informé les autorités sur les derniers développements dans le processus de paix, y compris sur la déclaration des présidents Dmitri Medvedev, Barack Obama et Nicolas Sarkozy du 26 Juin 2010. Ils ont également discuté de l'incident de la nuit du 18 au 19 Juin le long de la ligne de contact. Ils ont déploré cet incident comme étant une violation inacceptable du cessez-le-feu, et ont réitéré leurs regrets quant à la perte insensée de victimes et ont fermement condamné l'usage de la force. A Erevan, les trois coprésidents ont rencontré le président Serge Sarkissian, le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian, et celui de la Défense Seyran Ohanian. A Bakou, ils ont rencontré le président Ilham Aliev, le ministre des Affaires étrangères Elmar Mammadyarov, celui de la Défense Safar Abiev, et des représentants des azerbaidjanais déplacés du Haut-Karabakh.

Dans leurs réunions dans les deux capitales, les trois médiateurs ont souligné l'engagement de leurs trois pays à soutenir le règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh, fondé sur les principes d'Helsinki de non-usage de la force ou la menace de la force, de l'intégrité territoriale, de l'égalité des droits, et du droit à l'autodétermination des peuples. À cet égard, ils ont noté que des progrès ont été réalisés, ainsi que la reconnaissance par les deux parties que les éléments proposés par leurs trois présidents à L'Aquila et répétées dans leur déclaration du 26 Juin dernier, doivent être la base d'un règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh. Ils ont exhorté les parties, dans un esprit de compromis constructif, à franchir une nouvelle étape et à progresser vers l'achèvement des travaux sur ces principes de base pour permettre l'élaboration d'un début d'accord de paix. Ils ont appelé les parties à strictement respecter le cessez-le-feu de 1994 et à faire preuve de retenue le long de la ligne de contact. Lors de leur visite, les coprésidents ont également présenté aux parties de leur projet d'entreprendre une mission dans les territoires occupés, dont le principe a été accepté.

Les coprésidents s'attendre à ce qu'une réunion se tienne entre les chefs de leurs délégations et les ministres des Affaires étrangères de l'Arménie et l'Azerbaïdjan en marge de la réunion informelle des ministres de l'OSCE à Almaty les 16-17 Juillet.

Radio Publique d'Arménie



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More