A la Une

samedi 12 mars 2011

Haut-Karabakh : Les menaces de guerre pèsent toujours autant

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Rien n'y fait, les habitudes ont la peau dure. Aliev prend d'une main ce qu'il donne de l'autre. Les engagements et assurances envers la communauté internationale et notamment vis à vis des coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE, sont battus en brèche par son comportement sur la ligne de front, ses discours revanchards et ses menaces de guerre, ou ses achats massifs d'armements.

Pour preuve, son refus systématique depuis des années, de retirer ses snippers de la ligne de front et de jamais amener les missions d'observations de l'OSCE sur les premières lignes mais sur des positions arrières, pour soi-disant des questions de sécurité.

Son alliée principale la Turquie, qui officiellement prône la stabilité et la tranquillité régionale et déclare vouloir le ‘zéro-problème' avec ses voisins, verse de l'huile sur le feu en conseillant militairement Bakou et en lui vendant des armes, avec comme prime le maintient du blocus de l'Arménie.

Il serait peut-être temps que la Russie et les Etats-Unis modifient leur comportement quelque peu laxiste au vue des multiples dérapages. Quant à l'UE ... elle a autant de politiques que de membres.

***

* Tournée d'Audronius Ažubalis au Sud-Caucase *


Audronius-Azubalis_medium
L'actuel Président de l'OSCE, le ministre des Affaires étrangères lituanien Audronius Ažubalis, se rendra au Sud-Caucase la semaine prochaine, pour discuter des travaux de l'OSCE dans la région et des priorités de la présidence lituanienne pour 2011.

Ažubalis prévoit de rencontrer les Présidents arménien et azerbaïdjanais, le Premier ministre géorgien, les ministres des Affaires étrangères, les partis politiques, ainsi que les représentants de la société civile de l'Arménie, de l'Azerbaïdjan et de la Géorgie.

Les progrès en vue de résoudre les conflits prolongés dans la région sont une priorité clé de la présidence lituanienne de l'OSCE. Il discutera du processus de règlement du conflit du Haut-Karabakh, de la coopération avec l'OSCE, en particulier avec ses bureaux à Erevan et à Bakou, pour soutenir les réformes et les défis spécifiés dans les discussions de Genève.

*

* Mission d'observation de l'OSCE *


observateurs-OSCE2_medium
En accord avec les autorités de la République du Haut-Karabakh, la Mission de l'OSCE a réalisé deux surveillances sur la ligne de contact, à l'est du village de Taliche (région de Mardakert) et près de Akna (près d'Askeran).

En raison de la mauvaise visibilité due à un épais brouillard, la surveillance du 10 Mars a été annulée.

Au cours de la seconde, conduite par le Représentant personnel du Président de l'OSCE, Andrzej Kasprzyk, la partie azerbaïdjanaise, contrairement à celle du Karabakh, n'a pas conduit la Mission de l'OSCE aux endroits prévus sur la ligne de front, suite à quoi le second groupe de surveillance a dû effectuer son travail sur des sites plus éloignés.

A partir des positions de l'Armée de Défense de la RHK, le suivi a été organisé par les deux Assistants sur le terrain du Représentant personnel du Président de l'OSCE : Antal Herdich (Hongrie) et Hristo Hristov (Bulgarie). Des représentants des ministères de la Défense et des Affaires étrangères de la RHK accompagnaient la mission.

Côté Azerbaïdjan, la surveillance a été effectuée par le coordonnateur du Bureau de l'OSCE, le lieutenant-colonel Palatinus Imre (Hongrie), et les deux Assistants sur le terrain du Représentant personnel du Président de l'OSCE : William Pryor (Grande Bretagne) et Zhaslan Nurtazin (Kazakhstan).

"Les Arméniens et le Karabakh ont toujours fait preuve d'une attitude positive envers les appels du Secrétaire général de l'ONU, des coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE ainsi que du Président en cours de l'OSCE, afin de faire reculer les tireurs d'élite de la ligne de contact. Ce qui aurait permis la prévention des incidents et aurait crée une atmosphère positive dans le processus de règlement," a déclaré le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, Tigrane Balayan.

*

* Cafouillage des médias azéris *


presse-azeri_maxi
Bakou ne recule devant rien pour tenter de discréditer l'Arménie. Selon les médias azéris, au cours d'une conversation téléphonique avec son homologue russe Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères azerbaïdjanais, Elmar Mammadyarov, a exprimé "le mécontentement suscité par la mort d'un garçon de 9 ans, tué par des soldats arméniens."

Il a donné ordre à tous les chefs de missions diplomatiques à l'étranger azerbaïdjanais d'informer les autorités locales de l'incident.

Toutefois, les médias azerbaïdjanais se sont difficilement mis d'accord sur les détails concernant le petit garçon "tué". Pour les uns ils ont parlé de 8 ans, pour d'autres c'est un résident du village d'Orta-Karvend, Farid Badalov, mais âgé de 10 ans, et enfin d'autres encore c'est un adolescent.

*

* Bakou se surarme encore plus *


S-300-Favorit1_maxi
Le fait que l'Azerbaïdjan se surarme n'est pas nouveau. Les médias rapportent régulièrement sur les gros investissements dans le domaine militaire, alors que Bakou prétend qu'il désire résoudre pacifiquement le problème du Karabakh.

La Turquie et Israël restent les principaux fournisseurs.

Selon des rapports récents, l'Azerbaïdjan a lancé la production de drones israéliens - Aerostar et Orbiter. Une entreprise conjointe du ministère azerbaïdjanais de la Défense, Systèmes Azad, et la compagnie israélienne Systèmes de Défense Aéronautique, assurent la production.

Toute cette activité est préoccupante tant pour l'Arménie que pour le Sud-Caucase dans son ensemble. En armant Bakou, Ankara et Jérusalem vont allumer la mèche d'un baril de poudre, prêt à exploser sans efforts supplémentaires.

Récemment, les rapports indiquent que les achats d'armes par l'Azerbaïdjan étaient de nature défensive plutôt qu'offensive. Mais il est difficile d'y croire, puisque Ilham Aliev, qui cherche à se venger, veut non seulement reconquérir le Haut-Karabakh, mais occuper par la même occasion une partie de l'Arménie.

Même si l'armement joue un rôle important dans une guerre, ce n'est pas une garantie de victoire. Il faut se rappeler qu'à partir de seulement deux chars d'assauts, le peuple du Karabakh a réussi à libérer Chouchi et à établir un contrôle sur la zone de sécurité.

Selon Flightglobal, fin Octobre 2010, le parlement azerbaïdjanais a approuvé le budget 2011. Les dépenses militaires sont en forte augmentation pour atteindre les 3,1 milliards de $ (2 milliards en 2010), dont 1,4 seront dépensés pour la modernisation de l'armement.

*

Extraits de la Radio d'Arménie et de PanArmenian.net



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More