A la Une

mardi 10 mai 2011

Karabakh : Il y 19 ans Chouchi était libérée

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Cela fait 19 ans que les Arméniens célèbrent le 9 mai, non seulement parce que le jour de la victoire de la seconde guerre mondiale, mais aussi parce que c'est le jour de la libération de Chouchi, l'un des épisodes cruciaux de l'histoire du peuple arménien. La libération de Chouchi a été le tournant de la guerre du Karabakh, ouvrant la voie aux victoires futures. Les Arméniens ont de nouveau rappelé à Bakou cette vérité première : la guerre est une question de compétence et non de quantité.

Peu importe ce que les coprésidents du Groupe de Minsk et les parties intéressées disent sur le règlement du conflit du Haut-Karabakh, nous devons admettre que le processus est gelé, tout comme le processus arméno-turc sur la normalisation des relations, sinon définitivement du moins tant que le président Aliev s'accrochera au seul principe de l'intégrité territoriale. Il ne s'agit pas de la volonté ou du refus de régler le conflit, à savoir déterminer le statut du Haut-Karabakh, mais de l'incertitude croissante sur le comportement de Bakou. A ce jour, aucunes des déclarations ciblant la population azerbaïdjanaise ou la population arménienne, ne produisent les effets escomptés.

***

** La bataille de Chouchi **

Les azéris occupaient Chouchi, située à environ 7km de Stepanakert sur les hauteurs dominant la capitale de l'Artsakh. Chouchi est entourée de remparts et sa position est imprenable. Les azéris forts de leur position avaient placé leur artillerie sur la route de Chouchi à Stepanakert qu'ils dominaient [ndlt : le col de Chouchi de situe à 1860m], et bombardaient la ville à raison de 200 obus par jour.


Chouchi-falaises_medium
Sur un des flancs de Chouchi se trouve une falaise infranchissable et vertigineuse d'environ 1000m de haut. Les commandos Arméniens ont donc pris Chouchi par la seule voie infranchissable : la falaise. La première nuit, les hommes en armes ont fait la moitié du chemin. Le jour, ils sont restés cachés dans les rochers. La deuxième nuit ils ont terminé l'ascension et ont débouché sur le plateau au petit matin semant la panique parmi leurs ennemis qui ne les attendaient pas par cette voie. De plus, pendant leur ascension, d'autres soldats Arméniens menaient une attaque de diversion sur d'autres points de la citadelle.
Chouchi8

Au moment de l'assaut final, le commandant militaire de Chouchi, Elbrus Orujev, avait en face de lui Arkady Ter-Tadéossian qui avait planifié l'opération et qui conduisait les commandos arméniens. L'attaque a débuté le 8 mai à 02h30. Les combattants arméniens avaient reçu l'ordre de ne pas tirer sur les civils qui fuyaient la ville, mais de bloquer les accès aux renforts. Dans la soirée, l'armée azérie pensait qu'elle avait repoussé l'attaque des Arméniens. C'est alors que la plupart des soldats s'enfuirent et Orujev qui n'avait plus assez d'hommes pour poursuivre la lutte, ordonna alors la retraite. Parmi les derniers combattants à quitter Chouchi se trouvait un certain tchétchène, Chamil Bassaïev.

Une centaine de victimes ont été dénombrées chez les Arméniens, tandis que l'Azerbaïdjan en laissait près de 700 sur le terrain.

*

** Interview du Général commandant les forces arméniennes **


Gal-Arkady-Ter-Tateossian_m
"A partir de Février 1992, la situation à Stepanakert et de ses environs était devenue intolérable. La ville a été sous le feu constant de l'artillerie azérie de Krkjan, Khodjalou et de Chouchi. Un demi-cercle qui maintenait Stepanakert sous un feu continu," se souvient l'artisan de la libération de Chouchi, le général Arkady Ter-Tadéossian, commandant les commandos légendaires.

"Stepanakert était presque en ruine, les gens vivaient dans les caves, souvent sans pain et sans eau … .Chouchi devait être libérée. Notre tâche consistait à neutraliser les places d'armes de Khodjalou à Chouchi" ; et sa main, comme il y a 19 ans, indiquait les emplacements des canons qui pilonnaient Stepanakert, puis il a sorti le plan de libération mis au point.
plan-liberation-Chouchi_max

"Les dirigeants arméniens n'étaient pas favorables à l'opération. Le ministre de la Défense Vazgen Sarkissian estimait qu'elle devrait être reportée. Mais il fallait agir. Lors d'une réunion, les 72 commandants de groupe ont décidé à l'unanimité que Chouchi devait être libérée," se souvient-il.

Ces jours-là, le ministre devait se marier dans les montagnes. Aussi, les Commandos qui devaient libérer Chouchi ont décidé de donner à l'opération le nom de code : ‘Mariage dans les montagnes.'


Combattants-Chouchi_medium
Les préparatifs ont commencé. Le détachement comptait 3800 combattants répartis en 5 groupes. L'opération a débuté dans la nuit du 8 mai. Le bataillon du colonel Arkady Garabedian a commencé l'offensive sur le village de Choche. Le commando d'Achod Ghoulian a attaqué par le Nord-est, celui de Duchman Vardan a progressé par l'Est et dans la matinée, avait repris les environs. Les détachements sous les commandements de Never Chakhoyan et Jirayr Sefilian ont emprunté la route du Sud. Une troupe de choc de 400 hommes, dirigé par le colonel Seyran Ohanian progressait par le Sud-ouest, libérant les villages de Kusar, Bachkend, Javadlar ainsi que 17 autres. Le détachement d'Arthur Arakelian libérait Zarislo-le-Bas tandis qu'Albert Alaverdian et ses hommes libérait Zarislo-le-Haut. Dans la matinée, ils ont été rejoints par le bataillon de Valery Chtchian pour entrer dans Chouchi.

Selon les calculs du Commando, l'opération devait prendre 2 ou 3 jours, mais Chouchi a été libérée le 9 mai à 4h du matin, soit 26 heures après le début de l'opération.

"Nous n'avions pas le droit de perdre. C'était notre ville, où chaque pierre et chaque route nous était cher. Cette pensée nous a donné force et inspiration," a souligné Ter-Tadéossian.


Chouchi-victoire_medium
Maintenant, il est heureux de voir Chouchi se développer. Ni lui ni les autres commandants n'ont oublié ces moments. Chaque année ils se rassemblent pour célébrer la victoire et peut-être qu'un jour ils vont célébrer un mariage dans les montagnes.

C'est avec la libération de Chouchi que l'armée de Défense de la RHK a été formée, qui est aujourd'hui l'une des armées les plus mobiles et plus capables dans la région. Et peu importe si la république voisine l'admet ou non, car telle est la réalité.

***

"Nous nous joignons aux familles des courageux combattants de la bataille de libération de Chouchi qui ont perdu leur vie, bataille qui a marqué à la fois un grand tournant dans la lutte de l'Artsakh pour l'autodétermination et un tournant majeur dans l'histoire arménienne moderne", a déclaré le Directeur exécutif du Comité National Arménien d'Amérique (ANCA), Aram Hamparian.

***

Extraits de PanARMENIAN et de Artsakh



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More