A la Une

mardi 7 juin 2011

Haut-Karabakh : La réunion de Kazan se prépare à grand renfort de publicité

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Il y a ce que l'on espère, ce que l'on dira et ce que l'on fera au final. Les parties en conflit ont chacune donné leur vision du règlement, ce qu'elles entendaient par les principes de base et jusqu'où pouvait aller leurs concessions dans les négociations de paix.

A ce jour, et depuis la dernière réunion trilatérale de Sotchi, les positions, et pas plus les comportements, n'ont varié d'un iota : Chaque partie accusant l'autre de violer le cessez-le-feu avec comme conséquences des morts et des blessés de part d'autre de ligne de contact. Bakou continuant en permanence à s'armer et de dénigrer l'Arménie sur le plan international, Erevan de demander la sécurité de la population du Karabakh avec le droit à l'autodétermination, et Ankara de lier son blocus à la résolution du conflit.

La mission d'observation de l'OSCE composée de 4-5 personnes, malgré ses tournées mensuelles a bien du mal à relever les infractions sur les 220 km de la ligne de front. Et pour cause, elle ne relève tout au plus que quelques restes d'impact, vu qu'elle prévient les belligérants de ses visites.

A moins d'une volte-face de dernière minute, rien n'indique un quelconque changement.

* Brève *

Désir Petrus, parlementaire suédoise, a réfuté les propos que les médias azerbaïdjanais lui auraient attribuées comme quoi la reconnaissance du génocide arménien "est une erreur historique".

Dans une lettre adressée au représentant de la communauté arménienne de Suède Vahakn Avetian, Mme Petrus écrit :

"J'ai dit que, prenant en considération la position du Parti Démocrate-chrétien, la reconnaissance des génocides par les parlements n'est pas en général une étape correcte. Des décisions similaires devraient être adoptées par les tribunaux internationaux. Il serait juste de reconnaître le génocide arménien. Il n'y a pas de doutes à ce sujet."

***

*


Elmar-Mahmediarov19_maxi
"Le 11 Juin, une première réunion trilatérale entre les ministres des Affaires étrangères azerbaïdjanais, arménien et russe aura lieu pour discuter des dernières propositions des coprésidents du Groupe de Minsk," a déclaré le ministre des Affaires étrangères azerbaïdjanais, Elmar Mammediarov.

En attendant, les travaux sur certains aspects de la coordination continue. "Toutefois, la coordination des principes de base ne signifie pas la réalisation d'un accord de paix. Si les principes de base sont acceptés, les travaux sur le traité de paix doit être complété dans les plus brefs délais. Les présidents de l'Azerbaïdjan, de la Russie et de l'Arménie ont chargé leurs ministres des Affaires étrangères de résoudre les questions restées en suspens lors de la réunion de Sotchi. Les coprésidents du Groupe de Minsk présenteront des propositions sur le règlement des problèmes existants. Si les présidents les acceptent, ce sera un pas en avant vers la résolution du conflit", a déclaré le ministre azéri ; rapporte l'agence APA.

Après ses rencontres avec la secrétaire d'Etat Hillary Clinton et le Secrétaire général de l'ONU Ban KI-Moon, Mammediarov est attendu à Paris pour rencontrer son homologue français.

*


carte-Barda-Aghdam_maxi
Le 7 Juin, la mission d'observation de l'OSCE se rendra sur la ligne de front à hauteur de la route Aghdam-Barda, indique le ministère de la Défense azerbaïdjanais.

Du côté de l'Azerbaïdjan, la surveillance sera effectuée par le Représentant personnel du Président de l'OSCE en exercice, Andrzej Kasprzyk, accompagné de son adjoint sur le terrain, Marius Puodziunas, et d'Imre Platine du bureau de Coordination.

Du côté du Karabakh, ce sont Antal Herdich et Christo Christov, assistants sur le terrain d'Andrzej Kasprzyk, qui seront chargés de la surveillance.

Selon l'agence Trend, les coprésidents du groupe de Minsk et Andrzej Kasprzyk entreront au Karabakh par l'Azerbaïdjan en traversant la ligne de contact pour se rendre à Stépanaguerd et de là en Arménie.

Le ministère des Affaires étrangères de la RHK confirme que le 7 Juin, les médiateurs accompagnés de la mission d'observation traverseront la ligne de contact pour entrer dans la République autoproclamée. Une rencontre est prévue le lendemain 8 Juin avec son président, Bako Sahakian.

Le 9 Juin, les coprésidents arriveront en Arménie pour rencontrer le Président et le ministre des Affaires étrangères.

*


Gal-Andrei-Tretyak_medium
Le Général Andrei Tretyak, chef de la Direction principale des opérations du ministère de la Défense russe, admet que la possibilité d'un nouveau conflit dans le Haut-Karabakh est élevée, mais qu'en même temps elle diminue progressivement en raison des efforts de la Russie pour réduire les tensions dans la région.

Selon un article paru dans Eurasia.net, dans une discussion sur la situation au Karabakh, le général n'est pas d'accord avec la rumeur que les relations Russie-Arménie s'érodent et précise que la Russie tiendra ses promesses envers ce pays. "Personne ne devrait prendre le refus de la Russie à intervenir au Kirghizistan de l'été dernier, comme un précédent pour le Karabakh, car la situation était très différente," a-t-il précisé.

(…)

**

Extrait de la Radio Publique d'Arménie et de PanArmenian.net



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More