A la Une

lundi 20 juin 2011

Le génocide arménien à la Chambre des Lords

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

La fin de non recevoir du gouvernement britannique a encore une fois triomphé dans le débat parlementaire anglais. A l'exemple de son illustre ‘maitre à penser' outre-Atlantique, le gouvernement de sa gracieuse Majesté, qu'il soit de droite (Conservateur) ou de gauche (Travailliste), pour des raisons éminemment politiques ‘botte en touche' ou plus exactement laisse les protagonistes régler le différend entre eux.

Seul problème, et de taille, c'est que le génocide, n'est pas un crime de X contre Y, mais un crime contre l'humanité et qu'il est imprescriptible. Or que je sache, les britanniques ne vivent pas sur une ile isolée du monde, bien que par moment en tant que membre de l'Union européenne, on peut se poser la question.

***

La Chambre des Lords de la Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord a débattu du génocide arménien le 16 Juin dernier.


Shreela-Flather_medium
"La France a déjà reconnu le génocide. Un million et demi de personnes ont été massacrés en 1915. Je reviens d'Arménie, où j'ai visité le musée du génocide. Je suis sûr que beaucoup de vos Seigneuries ont visité le musée de l'Holocauste. Ce n'est pas moins bouleversant, choquant et effroyable que le musée de l'Holocauste. Il y a tant de preuves et c'était connu à l'époque où cela se passait. Les titres des journaux de tous les pays avaient parlé de ce massacre. Il est temps que nous reconnaissions le génocide arménien," a déclaré la Baronne Shreela Flather.


Eric-Lubbock_medium
"Après un siècle de tabou et de silence, des journalistes et des historiens turcs commencent enfin à discuter des preuves sur les massacres, l'esclavage, la déportation et les déplacements forcés, les viols, les persécutions et les autres actes inhumains de même caractère, perpétrés sur la population arménienne de Turquie en 1915 -1916. Cela n'aiderait-il pas la Turquie à rejoindre l'Union européenne si les politiciens turcs reconnaissaient les crimes de leurs ancêtres ?" a déclaré Lord Avebury, Eric Lubbock.


Caroline-Cox10_medium
"Il existe un risque sérieux en Turquie de poursuites envers les journalistes et les écrivains qui utilisent le terme ‘génocide arménien'. Certains ont été poursuivis, et beaucoup de matériels éducatifs pour les écoles ont été produits par le gouvernement turc niant le génocide arménien. Cette censure sur le débat public et sur l'éducation est inacceptable pour une nation qui espère rejoindre l'Union européenne," s'est indignée pour sa part, la baronne Caroline Cox.


David-Howell_medium
« Il ne fait aucun doute que le traitement des Arméniens a été horrible et a causé la mort de centaines de milliers de personnes par les armes, par la faim ou par la maladie. Ils ne doivent pas être oubliés, mais nous croyons qu'il est pour les Turcs et les Arméniens de travailler ensemble pour aborder leur histoire commune. Nous encourageons tout processus qui les aide à le faire d'une manière ouverte, honnête et constructive, aussi il n'est pas nécessaire pour nous d'anticiper leurs conclusions," a déclaré David Howell, ministre d'État au ministère des Affaires étrangères.

*

Radio Publique d'Arménie



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More