A la Une

lundi 24 décembre 2012

Relations Etats-Unis-Arménie


 

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Sans vouloir faire un procès d’intention à qui que ce soit, notamment aux deux sénateurs John Kerry et Robert Menendez, ou au futur coprésident du Groupe de Minsk, force est de constater qu’il y a un Avant et un Après lorsqu’un politique occupe un poste gouvernemental. Quant au diplomate, il applique la politique de son pays, et gare s’il s’en écarte (i.e. John Evans).

 

N’allons pas très loin, et rappelons-nous les

dimanche 23 décembre 2012

Bakou réitère sa position et ses mises en garde


 

Commentaires et traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Ce qu’il y a de bien avec l’Azerbaïdjan, c’est qu’il n’est pas nécessaire de faire des recherches approfondies pour connaître leur point de vue. Il suffit de prendre les propos des dirigeants arméniens et de les projeter à travers à travers une lentille. La lentille faisant son travail, on obtient une image inversée, en l’occurrence des propos inversés.

 

Ainsi, ce sont les Arméniens qui ont

dimanche 16 décembre 2012

L’OSCE et le conflit du Karabakh


 


Commentaires et traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Pourquoi les observateurs de l’OSCE, les pays coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE s’évertuent-ils à répéter depuis des années les mêmes choses de façon aussi neutre et équidistribuée ? Craignent-ils de froisser l’une des parties ? Sinon : What else ?

 

Le but principal des négociations n’est pas de satisfaire l’une ou l’autre des parties, ou de dire qui a raison ou qui a tort, mais d’éviter que le plus agressif, qui se trouve être également le plus surarmé, se lance dans une nouvelle guerre. Donc rien d’étonnant qu’à chaque rencontre internationale (G8, G20, OSCE, UE, CE etc.) les médiateurs internationaux ressassent les mêmes propositions, et que les communiqués ont un côté ‘copier-coller’.

 

Alors qu’il y a 200 à 250 violations du cessez-le-feu de comptabilisés par semaine le long de la ligne de front, le plus arriéré des commentateurs ou des analystes peut comprendre que les observateurs internationaux,

dimanche 9 décembre 2012

Conseil des ministres de l’OSCE


 

Commentaires et traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Tout l’intérêt du naturel que l’on essaie de dissimuler, c’est qu’il a la fâcheuse tendance de revenir au galop. Le ministre azerbaidjanais nous en a fait la démonstration lors du Conseil des ministres à Dublin.

 

Après avoir joué profil bas devant ses pairs, en disant ce qu’ils voulaient entendre, il a dévoilé au journaliste du Wall Street Journal qui l’interviewait, le fond de sa pensée, ou plus exactement celle du clan Aliev.

 

Cela se résume à deux idées forces :

jeudi 6 décembre 2012

L’UE et l’Arménie



Commentaires et traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Le déplacement en Arménie du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, n’est pas totalement innocent. Certes il y avait la réunion d’une délégation du PPE - le plus grand groupe parlementaire européen avec 269 députés sur 752, dont se réclame le Parti du Président arménien. Mais surtout ce sont les messages et les

dimanche 2 décembre 2012

L’après tournée des médiateurs




Commentaires et traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

On a beau être un petit potentat, on ne peut pas continuellement ignorer les propositions des pays coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE qui se trouvent être membres du G8, membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, en clair des grandes puissances.

 

Même si l’époque n’est plus à l’intervention militaire directe, il faut surtout éviter de donner l’impression que l’on est fermé à toute proposition. Ainsi le clan Aliev ‘semble’

dimanche 25 novembre 2012

Le processus de paix du Haut-Karabakh


 

Commentaires et traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

‘La patience est mère de vertu’ ou ‘tout vient à point pour qui sait attendre’. Les deux formules pourraient s’appliquer aux négociations de paix menées sous l’égide de l’OSCE entre Arméniens et Azéris. La question est de savoir combien de temps faut-il attendre pour arriver à un début de commencement d’une solution ?

 

Ce ne sont pas les exemples régionaux qui manquent, en commençant par le conflit

samedi 17 novembre 2012

La politique de la France au Proche-Orient


 
 
Commentaires et traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

La politique extérieure de la France est active dans l’Union européenne et dans ses anciennes colonies notamment africaines. Sortie de là, les choses se passent plus difficilement et plus particulièrement dans le Proche et le Moyen-Orient dans le tourbillon des ‘printemps’ arabes.

 


Alors qu’au lendemain de la première guerre mondiale, elle avait le protectorat du Liban et de la Syrie et où elle avait encore il y a quelques décennies, un certain renom voire un prestige certain auprès de ces populations, la politique pro-américaine menée ces dernières années a complètement terni son image. Et bien évidemment, je laisse de côté




lundi 12 novembre 2012

Partenariat européen pour le règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh (EPNK)


 
 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

A quoi cela sert-il «d’engager la population civile» si derrière la propagande officielle déverse à longueur de temps des contre-vérités, des discours haineux et racistes envers les Arméniens. Même si la population azerbaidjanaise prenait conscience, fera-t-elle pression sur les dirigeants pour changer cet état de fait ? C’est peu probable et les occidentaux ne sont pas chauds du tout pour créer un nouveau ‘printemps’ dans cette région.

 

Faire un procès d’intention alors que le projet est sur les rails depuis 18 mois, est probablement déplacé, attendons de voir le résultat. Dans l’absolu, c’est toujours mieux que

samedi 10 novembre 2012

OSCE : Les missions d’observations se suivent et se ressemblent


 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Venimus, vidimus ... R.A.S.mus (1). C’est la locution que devraient choisir les observateurs internationaux de l’OSCE qui depuis des années et des années font les mêmes constatations. Raisonnons par l’absurde.

 

Le fait de n’avoir rien relevé pendant tout ce temps signifie deux choses : soit ce sont les personnes missionnées qui sont des amateurs et qui ne connaissent pas leur travail, soit la méthode choisie est inadaptée à la situation, et donc inopérante.

 

Le choix est vite fait. Alors pourquoi persister à se rendre sur la ligne de contact arméno-azérie à grand renfort de publicité, en tenues très voyantes avec des drapeaux bien visibles ? Sans doute pour

mardi 6 novembre 2012

L’Azerbaïdjan et ses sujets tabous



Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

La liberté d’expression - en parole, en écrit ou en acte, était déjà fortement limitée dans le pays du pétrole-gaz roi. Il faut ajouter à cette liste celle de circuler.

 

Si l’on admet que la zone de contact avec le Karabakh ou à la frontière arménienne peuvent être dangereuses, on peut honnêtement se demander qui ou quoi est susceptible de menacer un diplomate dans un vieux cimetière désaffecté et totalement détruit. De deux choses l’une : soit ce sont les fantômes des morts, soit ce sont les gardes-frontières iraniens puisque le cimetière est attenant au fleuve Araxe, séparant le Nakhitchevan et l’Iran.   

 

En fait de sécurité, c’est

samedi 3 novembre 2012

Conflit du Karabakh : Bakou et le groupe de Minsk de l’OSCE


 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Ce n’est pas nouveau, plus le temps passe et plus l’Azerbaïdjan s’impatiente. Ce qui ne l’empêche pas de se surarmer et de pousser les Arméniens à la faute. La dernière tentative (libération et héroïsation du meurtrier Safarov) ayant lamentablement échoué, Bakou essaie par tous les moyens de transférer la résolution du conflit sur d’autres instances internationales.

 

Manque de chance encore, vu que les dites instances ont d’autres chats à fouetter que de se pencher sérieusement sur le conflit du Karabakh. Et ce d’autant plus que

dimanche 28 octobre 2012

Conflit du Haut-Karabakh




Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 


Le dialogue de sourds se poursuit sous l’égide de l’OSCE. Les ministres des Affaires étrangères, arménien et azerbaidjanais, se sont rencontrés Samedi à Paris pour se donner rendez-vous à la prochaine fois.

 

Depuis l’affaire Ramil Safarov et l’augmentation notable des violations du cessez-le-feu, notamment par des tentatives d’infiltrations en Artsakh par des commandos azéris comme l’a indiqué

mercredi 24 octobre 2012

Rencontre Arménie-Azerbaïdjan



 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Depuis l’énorme bévue volontaire d’Ilham Aliev qui a gracié et héroïsé son officier condamné à perpétuité, Ramil Safarov, l’Azerbaïdjan essaie de se faire une virginité aux yeux de la communauté internationale, et pourquoi pas reprendre du poil de la bête dans les négociations de paix avec l’Arménie.

 

Jusqu’à présent, c’’est essentiellement Moscou qui prenait l’initiative de réunir les parties pour leurs proposer des aménagements des Principes de bases, édictées depuis la réunion de Madrid en 2007, en vue d’aboutir à un accord de principe, voire un préaccord de paix. Autant Nicolaï Medvedev était relativement souple, autant

lundi 22 octobre 2012

Rencontre Etats-Unis-Arménie

 

 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 


Après la N°1 (Hillary Clinton) qui avait transité par l’Arménie en juin dernier, le N°3 (Philip Gordon), que l’on voit habituellement, - la N°2 – (Wendy R. Sherman) qui n’a jamais mis les pieds au Caucase -, voici le N°4. C’est dire ‘l’importance’ accordée à Erevan par Washington.

 

Depuis plusieurs années déjà l’intérêt des Etats-Unis pour l’Arménie et les Arméniens va décroissant. Le fait d’avoir poussé Ankara et Erevan à signer les protocoles arméno-turcs, en fermant volontairement

mercredi 17 octobre 2012

La France fait entendre sa voix



 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

On avait oublié qu’en dehors des frontières européennes, la France pouvait avoir un point de vue clair et distinct sur certains sujets. François Hollande l’a prouvé au Mali.

 

Sans doute est-ce là l’exception française, propre à l’Afrique francophone, car lorsqu’on arrive au Moyen-Orient et plus particulièrement au Caucase, la voix de la France n’a plus rien d’exceptionnelle si tant est qu’elle soit audible. Il suffit de reprendre

samedi 13 octobre 2012

L’Azerbaïdjan n’en peut plus d’attendre


 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

A l’inverse de la France où le dicton «Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué» est toujours opérationnel, l’Azerbaïdjan a opté pour la démarche contraire.

 

Ce n’est pas nouveau, tous les dirigeants azéris le répètent depuis plusieurs années, le groupe de Minsk de l’OSCE est à bout d’arguments, si une solution pacifique [conforme à leurs vœux] n’est pas trouvée rapidement, une autre option sera choisie. Avec le temps et le

mardi 25 septembre 2012

Bakou s’enfonce mais continue de se justifier


 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Le clan Aliev règne depuis près de vingt ans sur l’Azerbaïdjan. Si le père (Haydar) entrevoyait vers 2001 un accord de paix avec l’Arménie moyennant quelques sacrifices, son fils Ilham 1er – Le mégalomane – fort de ses pétrodollars, moins précautionneux et moins diplomate vise exclusivement la récupération totale des territoires et n’a que faire des principes de base proposés par le groupe de Minsk de l’OSCE, pourtant repris en chœur par toutes les organisations internationales et la quasi-totalité des pays – sauf la Turquie, bien évidemment. Prenant comme parole d’évangile pardon de Coran :

mardi 18 septembre 2012

Ecologie à la française : Pourquoi chercher du gaz de schiste alors qu’Ilham Aliev est à Paris ?


 

 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

A voir les mines réjouies de chacun, on se demande si les questions qui fâchent ont été abordées ?

Car - occulter la grâce accordée au criminel Safarov au tiers de sa peine (1), passer sous silence les écarts permanents de l’Azerbaïdjan dans les négociations de paix sous l’égide du groupe de Minsk de l’OSCE, se contenter de faire des remarques généralistes en ne ciblant personne et fermer les yeux sur les violations quotidiennes du cessez-le-feu sur la ligne de contact Azerbaïdjan-Karabakh et sur la frontière arméno-azerbaidjanaise -, ne feront certainement pas progresser les négociations et encore moins la signature d’un accord de paix.





jeudi 13 septembre 2012

L’homme qui valait 3 milliards


 


 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Rien à voir à priori avec le superman bionique des années 70. Si ce n’est que l’acteur qui incarnait le Colonel Steve Austin s’appelait Lee Majors, et que le lieutenant Ramil Safarov a été fait ‘major’ pour son acte de bravoure : Avoir tué à la hache un officier dans son sommeil, pour le seul crime qu’il était Arménien. Mais surtout que le héros du feuilleton tout comme le ‘héros national’ azéri ont coûté 3 milliards. Il y a 2000 ans, Judas n’avait coûté que 30 pièces d’argent … .

 

La honte devrait rejaillir sur la tête du premier ministre hongrois Victor Orban comme l’opprobre international a rejailli sur l’Azerbaïdjan et sur son dictateur Ilham Aliev. Mais

lundi 3 septembre 2012

La main de la Turquie dans la libération d’un meurtrier azéri

 
 
Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian
 
***
 
Commentaires
 
La partie azérie veut faire croire qu’elle a agi en conformité avec les lois internationales pour commuer une peine de réclusion à perpétuité en liberté par une grâce présidentielle. Un chef d’Etat peut effectivement gracier un condamné à mort en la transformant en réclusion à perpétuité ou bien commuer une réclusion à perpétuité en une peine d’au moins 25 ans et non en une peine d’au plus 25 ans. Sinon, cela voudrait dire que tout condamné à vie pourrait être libéré au bout de X mois sur décision présidentielle !!! Ce qu’Ilham Aliev a fait purement et simplement dès que le meurtrier a posé le pied sur le sol azerbaidjanais.
 
Mais l’important n’est pas là, le dictateur azéri est coutumier du fait, contourner la loi et les règlements, voire les normes internationales pour satisfaire ses ambitions et sa vision du monde, appliquant à la lettre le dicton ‘Charbonnier est maître chez lui’.
 










vendredi 31 août 2012

Chassez le naturel, il revient au galop

 
 
Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian
 
***
 
Commentaires
 
Il ne faut grand-chose pour que la Turquie monte sur ses grands chevaux. Parler du génocide arménien dans un livre d’histoire est pour Ankara insupportable, même si le livre en question est un manuel scolaire d’’un pays qui a reconnu que les massacres de masse perpétrés contre ses sujets arméniens par l’empire ottoman durant la première guerre mondiale était un génocide.
 
Par contre que dans les livres scolaires turcs on dénigre les Arméniens de l’empire ottoman à longueur de page, les faisant passer pour un peuple d’assassins, de révolutionnaires voire de traitres à leur patrie, ne les choque pas.

mardi 28 août 2012

Syrie : Des ‘rebelles’ pas très syriens

 
 
Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian
 
***
 
Commentaires
 
Que l’on veuille arrêter les tueries de civils et les dizaines de morts quotidiens c’est tout à fait compréhensible et même fort louable. Mais, il y a manière et manière. Or, ce qui se déroule sous nos yeux ne ressemble plus du tout à une lutte de libération – droits de l’homme et démocratie, mais à une sale guerre contre le clan Assad menée par des forces islamistes étrangères appuyées par les Occidentaux, Etats-Unis en tête.
 
Chat échaudé craint l'eau froide’ dit-on, il faut croire que ce dicton n’a pas cours en politique. Après le fiasco de l’intervention des forces américano-anglaises en Irak sous un prétexte fallacieux inventé de toute pièce par l’équipe Bush (existence d’armes de destructions massives), voici maintenant le même scénario qui risque fort de se répéter en Syrie ; avec quelques variantes toutefois.
 

dimanche 26 août 2012

Relations Arménie-Israël

 
 
Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian
 
***
 
Commentaires
 
Depuis que les relations israélo-turques se sont envenimées, les relations israélo-arméniennes se sont améliorées. Par ‘améliorées’ il faut comprendre un peu mieux que nulles, vu que la chute de l’URSS n’a rien changé aux habitudes si ce n’est que plusieurs chercheurs et intellectuels juifs – avec des figures emblématiques comme les Profs. Israel Charny ou Yaïr Oron, ont commencé à soutenir la principale revendication des Arméniens : La reconnaissance du génocide. Ces personnes ont été suivies par des organisations juives notamment aux Etats-Unis et en France et ce n’est que très récemment que des contacts ont été établis au niveau gouvernemental.
 
Mais on est encore loin de la normalité, d’autant qu’Israël ne cesse d’alimenter l’Azerbaïdjan voisin en armement divers et variés, et

mercredi 22 août 2012

La Turquie travaille à sa nouvelle constitution




Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian



***



Commentaires



On ne peut que se réjouir qu’une nouvelle constitution soit en gestation en Turquie, avec bien sûr la question qui en découle : sera-t-elle meilleure que l’actuelle ? Les minorités devaient se contenter des miettes, les défenseurs de droits de l’homme et autres militants des libertés allaient croupir en prison plus que de raison quand à la Justice, elle était le plus souvent appliquée au gré des juges, voire à la tête du client ; sauf bien évidemment quand les projeteurs sont braqués sur eux.



Mais attention, changer la constitution permet à l’Etat et surtout au gouvernement d’assurer ses assises, alors que les remontrances de l’UE portent essentiellement sur le code pénal, lequel comporte encore nombre d’articles réduisant les droits des citoyens ou tout bonnement liberticides.

lundi 20 août 2012

Laurent Fabius a visité des pays voisins de la Syrie



Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Après avoir visité des camps de réfugiés syriens en Jordanie et au Liban, Laurent Fabius a terminé son périple par la Turquie. Ce qu’il a vu l’a mis hors de lui, ce qu’on peut aisément comprendre. Ce qu’on comprend un peu moins ce sont certains de ses propos, quelque peu déplacés dans la bouche d’un Chef de la diplomatie, d’un grande puissance. A croire qu’Affaires internationales et diplomatie lui semblent des termes antagonistes, bizarre quand on voit comment il a louvoyé, pour ne pas dire ‘noyé le poisson’, quand il s’est agi de parler de la pénalisation du déni du génocide arménien avec son homologue turc.


samedi 18 août 2012

L’Arménie renforce ses dispositifs



Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Il y a ce que l’on dit, et  il y a ce que l’on fait. Dans le cas de l’Azerbaïdjan, il y a longtemps que cette maxime est mise en œuvre, il suffit pour s’en convaincre d’écouter les propos du sieur Aliev, ex et futur président à la fois, de lire les documents signés lors des rencontres trilatérales sous l’égide de Moscou ; puis l’écouter une fois rentré chez lui et voir le comportement de ses troupes sur la frontière avec l’Arménie et sur la ligne de contact avec la RHK. On se croirait devant un mauvais remake du Dr Jekyl et de M. Hyde.

lundi 13 août 2012

L’Arménie fortifie sa frontière avec l’Azerbaïdjan


Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

On se souvient que la visite de la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton en Juin dernier avait donné lieu de la part de Bakou à une recrudescence des attaques tant sur la frontière avec l’Arménie qu’avec la ligne de contact du Haut-Karabakh, attaques qui avaient fait plusieurs morts de part et d’autre et inquiété sérieusement la communauté internationale et plus particulièrement les trois pays coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE.

Le clan Aliev, persuadé qu’il est, que l’ensemble des territoires perdus au cours de la guerre de 1992-1994, Haut-Karabakh compris, lui sera retourné, agit partout où il peut pour accélérer ce retour, faisant fi de l’évolution de l’espace postsoviétique et des principes de base proposés par les médiateurs internationaux. Si pour certains ne pas avoir de pétrole donne des idées, pour d’autres avoir du pétrole abétifie.






Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More