A la Une

jeudi 18 juillet 2013

Conflit du Karabakh


 

***

 

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

On a beau masquer les échecs successifs, il faut se rendre à l’évidence que les déclarations généralistes officielles du style "Faut qu’on – y a qu’à" dans lesquelles les coprésidents se contentent de tracer la ligne directrice, et laissent les intéressés se débrouiller entre eux, commencent à faire long feu. Rien ne change dans les propos de chacun et les violations du cessez-le-feu continuent de plus belles. Seul point positif de la médiation, Bakou n’a pas repris les hostilités, … ou tout du moins pas encore.

 

Aussi depuis l’automne dernier



l’accent est mis par les organisations internationales sur la société civile. Si sur le principe on ne peut que s’en féliciter, en pratique cela ne semble pas influer sur les dirigeants et notamment sur Ilham Aliev qui n’a que faire de l’opinion publique et pour qui seules les démonstrations de forces comptent, le tout accompagné d’un «arrosage» ciblé de VIP étrangers de tout poil.

 

Si en France "on n’a pas de pétrole mais on a des idées", en Azerbaïdjan c’est le contraire, ou plus exactement on a qu’une seule idée, fixe de surcroit : reprendre coûte que coûte ‘tous’ les territoires perdus ! Hélas c’est une situation qui risque fort de perdurer, vu que le potentat a de fortes chances d’être réélu. Aussi, il serait faux de dire que le spectre de la guerre s’éloigne, car tôt ou tard il y aura un imbécile azéri, militaire ou politique, qui commettra l’irréparable.

 

Face à cela, il n’y a pas grand-chose à faire si ce n’est se préparer à la riposte et frapper là où cela fera mal, c'est-à-dire au portefeuille. Car ne nous y trompons pas, ce c’est ni l’UE ni les Etats-Unis qui bougeront le petit doigt ; peut-être la confédération russe et encore sous certaines conditions.

 

L’UE palabrera, car les vingt-sept (Croatie compris) ne représentent au mieux qu’une union bancaire, pas même fiscale et encore moins économique ; quand à parler d’union politique ou militaire, autant attendre que les poules aient des dents. Vous allez me dire : et le vingt-huitième ? Il suffit pour cela de regarder ce que font ou décident les Etats-Unis.

 

Quant aux seconds, empêtrés dans leurs propres mensonges, ils ont suffisamment de problèmes avec la situation au Moyen-Orient, sans compter le problème iranien ou le problème syrien. Et, je laisse de côté l’alimentation en armes des rebelles, soi-disant syriens, dont un grand nombre sont des islamistes extrémistes pour ne pas dire des sympathisants d’Al-Qaïda ! Décidément, il y en a qui sont indécrottables, mais qu’attendre d’un pays qui te demande à la douane si tu es venu assassiner son Président ?

 

Vous allez penser que je suis ‘anti’ plein de pays, vous auriez tort. J’apprécie beaucoup la Chine car elle nous a donné Vartan Mamigonian, ou l’Inde car elle a été le berceau du premier journal imprimé arménien.

 

 

 

***

 

Traductions –revue de presse

 

***

 

Groupe de Minsk

 

Les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE - les ambassadeurs Igor Popov de la Fédération de Russie, Jacques Faure de la France, et Ian Kelly des Etats-Unis, ainsi que et le Représentant personnel du Président de l'OSCE en exercice, l'ambassadeur Andrzej Kasprzyk, ont mené une série de réunions en Juin et en Juillet et développé de nouvelles idées pour une résolution pacifique du conflit du Haut-Karabakh.

 

Ils ont

 


 

***

 

Brèves de Turquie

 

Ankara a réagi à la déclaration du Procureur Générale arménien Aghvan Hovsepian, qui a déclaré lors d'une conférence pan-arménienne des avocats à Erevan que : "Les héritiers des victimes du génocide arménien doivent recevoir une réparation matérielle. Les églises miraculeusement sauvées en Turquie et les terres appartenant à l'église doivent être restituées à l'Eglise arménienne, la République d'Arménie doit récupérer ses territoires perdus, les églises arméniennes

 
Suite



***

 

Rencontre société civile arméno-azérie

 

Après un échange qui s’est tenu du 15 au 18 Juin à Tbilissi sur le thème «Brisons l’Impasse", un groupe d'experts azerbaïdjanais et arméniens de la région du conflit du Haut-Karabakh a produit un document donnant des recommandations pour les organisations et institutions internationales, les gouvernements locaux, les donateurs et la société civile. Le groupe estime que,

 
Suite

 

***

 

Le coin des experts

 

"La réunion des ministres arménien et azerbaïdjanais des Affaires étrangères laisse espérer que la réunion des présidents des deux pays pourrait avoir lieu d'ici la fin de l'année," a déclaré le politologue Hrant Melik-Chahnazarian.

 

"Les développements dans le cadre du
 
 




***

 **

 

 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am et de Tert.am

 


 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More