A la Une

lundi 15 juillet 2013

Relations UE-Arménie


 

***

 

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Visitant le Sud-Caucase dans le cadre du partenariat oriental, Štefan Füle ne s’est pas rendu en Azerbaïdjan, simplement parce que Bakou est en retard sur nombre de points de l'Accord d'association et plus encore sur l’Accord de libre-échange approfondi et complet. Rien à voir donc avec le comportement des dirigeants azéris vis-à-vis du conflit du Karabakh.

 


Lorsqu’on lit ou on écoute les propos du Commissaire européen à l'élargissement et à la politique européenne de voisinage, on serait tenté de croire ce qu’il dit et prendre pour argent comptant ses constatations. Hélas la réalité est tout autre. Certes l’Arménie partage les mêmes valeurs que l’Europe, mais dans des proportions différentes. Et sur certains comportements, rien ne la différencie de l’Azerbaïdjan voisine.

 

Ceux qui se rendent périodiquement en Arménie le constatent de visu : Les riches sont plus riches et les pauvres plus pauvres. Et si les pauvres sont relégués à la périphérie des villes, dans les centres-villes et notamment dans la capitale l’étalage de la richesse se fait de manière ostentatoire à travers des véhicules que l’on voit à Monte-Carlo ou dans les pays du golf. Les mauvaises habitudes soviétiques ont la peau dure et refont surface, malheureusement il n’y a plus de circuits parallèles pour compenser ! Le virage postsoviétique est difficile à aborder et il semble encore plus difficile d’en ressortir.

 

La question que l’on doit se poser n’est pas de savoir si les subventions versées par les organisations internationales ou l’UE vont réellement là où elles devraient aller, mais plutôt quel pourcentage de cet argent atteint son but ? A voir l’indigence de la population, je ne serais pas étonné si les trois-quarts de ces sommes servent à alimenter les réseaux mafieux et les oligarques locaux. Une gangrène qui déborde les politiciens et touche des militaires, voire des dignitaires religieux.

 

Peut-être qu’après vingt ans d’indépendance, il serait temps de conditionner les subventions après vérification du bon usage des fonds alloués. Par exemple en inversant le pourcentage de ci-dessus. Nombre d’ONG et d’organismes humanitaires y arrivent, pourquoi pas le FMI ou l’UE ?

 

Fort heureusement qu’il y a la société civile et les diverses ONG qui apportent un certain réconfort moral et matériel à la population. Mais même là le ‘jeu’ est parfois faussé, quelques unes de ces ONG ont beaucoup trop d’yeux pour regarder et autant d’oreilles pour écouter, et leur matériel n’a rien à voir avec leur mission première …... passons.

 

 

 

***

 

Traductions –revue de presse

 

***

 

Relations UE-Arménie

 

Le commissaire européen à l'élargissement et à la politique européenne de voisinage, Štefan Füle, a visité la Géorgie et l'Arménie du 9 au 12 Juillet pour discuter des relations et de la coopération des deux pays avec l’UE, et faire le point sur les progrès réalisés dans la phase finale des négociations d'accord d'association, y compris l’Accord de libre-échange approfondi et complet (DCFTA) en vue de leur initialisation lors du Sommet du Partenariat oriental à Vilnius en Novembre prochain.

 

Il a rencontré

 


 

***

 
Brève de France



La députée française Valérie Boyer, auteur du projet de loi sur la pénalisation du génocide arménien, a déclaré que le conflit du Karabakh ne doit pas être ignoré et qu’il doit sortir de l'état d’enfermement. "Un pont de communication doit être construit entre Ere

 


 

***

 

Le 15 juillet le ministre arménien des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a reçu le Président en exercice l'OSCE, le ministre des Affaires étrangères ukrainien, Leonid Kozhara, dont le voyage avait décalé d’une semaine.

 

"L'Arménie et l'Ukraine ont des traditions séculaires d'amitié, et aujourd'hui,

 


 

***

 

Le coin des analystes

 


"La Turquie n'a pas assez d'avantages pour ouvrir sa frontière avec l'Arménie. L'Union européenne a un ‘pouvoir faible’ et c'est bien connu. L'Europe ne peut pas utiliser en ce moment des mécanismes d'application stricte. Il y a environ trois douzaines de pays, [et] chacun d'eux a ses [propres] accords bilatéraux ainsi que

 


 

***

 **

 

 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian et de News.am


 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More