A la Une

jeudi 21 mars 2013

Relations Arménie-Azerbaïdjan


 

***

 

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Le proverbe arabe ‘Les chiens aboient, la caravane passe’ colle parfaitement au comportement des dirigeants azerbaidjanais, à commencer par leur chef, Ilham Aliev.

 

Tous les observateurs et tous les acteurs, hormis Bakou, soutiennent la proposition des pays coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, c'est-à-dire les trois principes de base. Monsieur Aliev et son clan n’en retiennent qu’un seul : L’intégrité territoriale. Mais même là, une divergence fondamentale

jeudi 14 mars 2013

Relations Arménie-Diaspora



 

***

 

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Lorsqu’on sort de soixante-dix de dictature – qu’elle soit le fait d’un homme, d’un parti ou d’une classe, il est très difficile pour ne pas dire impossible de franchir le pas de la démocratie, tant pour la classe dirigeante que pour le peuple. Les uns comme les autres appliquent les schémas qu’ils ont appris de leurs ainés : faire taire l’opposition par des moyens qui ne sont pas toujours très légaux pour les premiers, et utiliser le système D, version actualisée, pour les seconds. Seuls échappent à ce cercle vicieux,


mercredi 6 mars 2013

Edouard Nalbandian à Vienne



 

***

 

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

La haine anti-arménienne de l’Azerbaïdjan, à l’instar de son leader, n’a plus de limites, ou plus exactement n’a plus de frontière. En son temps, le dénommé Ramil Safarov, officier dans l’armée du potentat local, avait ouvert la voie en massacrant à la hache et dans son sommeil, un officier arménien qui suivait le même stage que lui à l’OTAN. Ilham Aliev l’a accueilli avec les honneurs et l’a élevé au grade supérieur.

 

Le chemin était montré, tout ‘bon’ azéri qui se respecte, parallèlement aux menées diplomatico-économiques,  se doit de

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More