A la Une

lundi 15 décembre 2014

Moscou : cet ami qui vous veut du bien


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

La Russie a annulé la dette de nombreux pays du monde, dont le montant total avoisine les 100 milliards de dollars.

Citons pêle-mêle les heureux bénéficiaires : L’Ouzbékistan, Cuba, l'Ukraine, la Corée du Nord, la Syrie l'Afghanistan, l'Irak, la Libye, la Mongolie, le Laos, l'Éthiopie, le Nicaragua, le Vietnam, le Yémen, le Burkina Faso, la Guinée Bissau, le Mali, Madagascar et d'autres pays africains ou asiatiques.

Cependant, Moscou n'a, non seulement, pas annulé la petite dette de son «allié stratégique» et «ami» l'Arménie, mais a pris en lieu et place des actifs stratégiques.

En 2002, l'Arménie a transféré à la Russie : la centrale thermique de Hrazdan, le secteur R&D des entreprises de machines numériques, l’usine Mars, et l'Institut des sciences des matériaux. De 2003 à 2013, le gouvernement de l'Arménie a continué en transférant : des pans entiers de ses infrastructures énergétiques et de transport, sa participation de 20% à Gazprom, et a remboursé la moitié des 300 millions de dollars de dette russe.

En principe, la Russie est sensée assurer la sécurité de l’Arménie. Certes elle s’acquitte correctement de cette tâche en partageant le travail de surveillance de la frontière arméno-turque avec les gardes-frontières arméniens. Une réminiscence ininterrompue de l’époque soviétique, renouvelée pour 44 ans par des accords militaires.

Seulement si guerre il y a, l’ennemi ne sera pas ottoman mais azéri. On voit effectivement mal Ankara, membre de l’OTAN, attaquer de front Erevan, protégé qu’il est par les dits accords militaires. Par contre on voit très bien Ankara attaquer indirectement et sournoisement sa voisine par l’entremise de son allié, le potentat de Bakou, lequel lassé de vingt ans de négociations de paix décidait que le cessez-le-feu avait assez duré.

Croire pour autant que l’Arménie en sortirait indemne serait une grave erreur. Indépendamment des dégâts causés par l’arsenal azerbaidjanais, il resterait toujours le problème des relations avec la Russie, ou plus exactement de la géopolitique de Moscou envers son vassal. Car nous ne voilons pas la face, selon leur sale habitude, les dirigeants moscovites chercheront avant tout leur intérêt ; Et si celui-ci nécessite de sacrifier le Haut-Karabakh ou soumettre encore plus l’Arménie, ils n’hésiteront pas. Eltsine était une parenthèse pour certains, une faiblesse pour d’autres.
 

***

Traductions – revue de presse

***

Arménie

Le ministre arménien de la Défense Seyran Ohanian a blâmé Bakou pour les provocations et a ajouté que l'Azerbaïdjan porte le fardeau des incidents frontalier :

«2014 a été une année assez tendue pour l'armée de défense de la RHK. Elle est chargée de mettre en œuvre des mesures préventives ainsi que de défense.

Les tensions à la frontière avec l’Azerbaïdjan s'aggravent périodiquement puis retombent. Dans le passé l’adversaire violait le cessez-le-feu entre 30 et 50 fois par jour représentant un milliers de tirs, alors qu'aujourd'hui, le nombre des violations du cessez-le-feu tourne autour de

 
***

Relations Arménie-Lettonie

Le ministre des Affaires étrangères letton Edgars Rinkevics est arrivé en Arménie pour une visite de travail à l'invitation de son homologue arménien, Edouard Nalbandian. Les ministres ont examiné la coopération dans le cadre du Programme de partenariat oriental de l'UE. La Lettonie assumera la présidence de l'UE en janvier 2015, et accueillera le sommet du partenariat oriental en mai.

Le ministre arménien a informé son homologue letton sur les efforts de l'Arménie et le travail


***

Russie

La Douma - chambre basse du Parlement russe, a ratifié le traité permettant à l'Arménie de se joindre à l'Union économique eurasienne.

Arménie ne deviendra membre de l'UEE qu’après que tous les pays membres (Russie, Bélarusse et Kazakhstan) auront ratifié le traité, c’est à dire pas avant le 1er janvier 2015.

"L'Arménie a montré que le maximum sera fait sur la voie eurasiatique de développement. C'est une décision historique pour la formation de l'EEU », a déclaré le directeur de la Commission des Affaires CIS de la Douma, Leonid Slutsky.

***

Artsakh

204 violations du cessez-le-feu par le côté azerbaïdjanais ont été enregistrées dans la nuit du 11 au 12 décembre à la ligne de contact avec les forces armées du Karabakh.

Aucune perte a été signalée côté arménien, le côté arménien a répliqué faisant plusieurs morts côté azerbaïdjanais.

Selon le porte-parole présidentiel de l’Artsakh, David Babayan, ces violations représentent plus de 2200 tirs dont 144 tirs de snippers, 820 tirs de mitrailleuses et pour la première fois 24 obus de mortiers.

***

OSCE

L'OSCE a effectué jeudi une surveillance sur la frontière arméno-azerbaïdjanaise.

La surveillance a eu lieu vers les villages de Aygepar-Movses dans la région de Tavush, et celui frontalier d’Alibelyli dans la région de Tovuz côté Azerbaïdjan.

Du côté arménien, le suivi a été mené par Jiri Aberle (République tchèque), Yevgeny Sharov (Ukraine) et Simon Tiller (Grande-Bretagne).

Du côté azéri, la surveillance était conduite par Hristo Hristov (Bulgarie) et Peter Svedberg (Suède).

Une communication visuelle de 500 mètres a été établie de part et d’autre de la frontière entre les équipes de surveillance. Aucune violation du cessez-le-feu n'a été enregistrée. Toutefois, des coups de feu ont été tirés près de Movses après que la surveillance soit terminée.

***

Etats-Unis

«Les États-Unis sont préoccupés par l'arrestation et la détention de la journaliste azerbaïdjanaise Khadija Ismayilova.

Nous sommes profondément préoccupés par des restrictions accrues en Azerbaïdjan sur les activités de la société civile, journalistes compris. Nous sommes aussi de plus en plus préoccupés que le gouvernement ne satisfait pas à ses obligations et engagements internationaux relatifs aux droits de l'homme," a déclaré la représentante du département d'État


***

Le coin des analystes et des observateurs

GrigoryTishchenko : Moscou et le génocide arménien. 

NairaHayroumian : Pourquoi la Turquie démine-t-elle sa frontière avec l'Arménie ?

NairaHayroumian : L’UEE implique de nouvelles conditions pour l'Arménie.
 

***
 **
 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, et de Lragir.am
 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More