A la Une

lundi 24 mars 2014

Autodétermination et Intégrité territoriale



***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Les événements de Crimée ont remis au-devant de la scène les deux principes qui cohabitent très difficilement : le droit des peuples à s'autodéterminer et celui de l'intégrité territoriale. Bien évidemment Bakou a sauté à pieds joints sur l'intangibilité des frontières, alors qu'Erevan a réaffirmé le droit des peuples à choisir eux-mêmes leur destinée. S'autodéterminer ne signifie pas demander aux autorités en place si elles veulent bien que l'on s'affranchisse de leur tutelle. Les Américains, si prompt à donner des leçons de démocratie et de morale, ont-ils demandé dans les années 80 aux Anglais s'ils pouvaient se défaire de sa gracieuse majesté ? Et plus près de nous le Kossovo a-t-il suivi le droit et les normes internationales pour déclarer son indépendance et se détacher de la Serbie ? Soyons sérieux, comme le déclare

mercredi 19 mars 2014

La Turquie et le Négationnisme


 
***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires
Ankara a beau essayer de verrouiller au maximum le couvercle du négationnisme, la vérité accumulée depuis une centaine d'années risque tout bonnement de lui exploser à la figure. Le sophisme utilisé depuis plusieurs décennies ne trompe plus personne et notamment nombre d'intellectuels et d'associations turcs.

Pourtant tout y a passé: l'histoire de la Turquie a été réécrite en conséquence et enseignée en tant que telle dans les écoles; les archives nationales ont été épurées avant d'être ouvertes au publique; les nombreuses traces des Arméniens ont été effacées voire détruites; on a accusé les Arméniens de s'être alliés aux Russes lors de la première guerre mondiale, et d'avoir massacré en masse les Turcs, d'où la nécessité de se défendre et de 'déplacer' les populations plus au Sud; et cerise sur le gâteau, comme l'a déclaré Recep Tayyip Erdogan : les Turcs sont incapables de commettre de tel actes !

Le sujet ne serait pas aussi grave que cela prêterait à rire. Le monde entier est au courant de la réalité des faits et si nombre de pays refusent de reconnaitre le génocide ce n'est pas pour des raisons historiques mais plus simplement économico-politiques. Quant aux grandes puissances,

samedi 15 mars 2014

Conflit du Karabakh : Groupe de Minsk


 


***


Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian


***


Commentaires





Comme on le sait les pays coprésidents du groupe de Minsk sont au nombre de trois : Les Etats-Unis, La Russie et la France. S'ils travaillent ensemble, leurs méthodes différentes sensiblement. Les Etats-Unis communiquent beaucoup mais agissent peu, la Russie communique moins mais agit plus, quant à la France elle est absente tant sur le plan de la communication que sur celui de l'agissement, à croire qu'elle a délégué ses pouvoirs aux deux autres.

Il en est de même pour les trois ambassadeurs en poste en Arménie, s'il l'on entend de temps à autre John A. Heffern, Ivan Volynkin est totalement muet sur le sujet, quant à Henri Reynaud, il est intéressé essentiellement par les relations culturelles et l'économiques. Il en est tout autrement de leurs homologues en poste à Bakou, notamment l'américain Richard Morningstar et le français Pascal Meunier, à croire que l'Azerbaïdjan, en comparaison avec l'Arménie, ne se comporte pas comme il devrait vis-à-vis du processus de négociation.

Pour ce qui est des médiateurs eux-mêmes, c'est toujours les Etats-Unis qui ont quelque chose à dire. Ainsi,

vendredi 7 mars 2014

Washington, Bruxelles, Moscou et les autres : Deux poids deux mesures


 


***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Les événements d'Ukraine me font penser à la morale d'une fable de La Fontaine: "Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir." Il en est de même du comportement des grandes puissances envers l'Arménie.

Dans le cas du processus avec la Turquie, les Etats-Unis, tout comme l'UE, ne tiennent pas à vexer la Sublime Porte. Cette 'grande démocratie' dont les valeurs réelles sont pourtant très loin des normes occidentales, qui joue de sa position géostratégique pour les premiers, de son attrait géoéconomique pour les seconds, et d'un soi-disant charisme pour les pays frères, obtient que l'on ferme volontairement les yeux sur la vérité historique des massacres de 1915, et arrive à faire passer l'occupation de Chypre et le blocus de l'Arménie pour un 'détail' de l'Histoire.

Dans le cas du processus avec l'Azerbaïdjan, c'est tout bonnement les besoins énergétiques qui priment sur toute autre considération. Que ce pays soit classé sur les valeurs démocratiques, lui et ses dirigeants, dans le peloton de queue par tous les ONG, qu'il se fiche royalement des injonctions de la communauté internationale sur ce qu'il convient de faire pour arriver à résoudre pacifiquement le conflit du Karabakh, ne semble gêner personne. La diplomatie du 'caviar' associée

samedi 1 mars 2014

Le clan Ilham Aliev ou la perversion narcissique


 

***


Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 
***


Commentaires


"Le pervers narcissique renvoie à l'autre ce qui le dérange chez lui. Il affabule sa victime des défauts, intentions qu'il a en lui et qu'il ne peut gérer. Plus ses sentiments sont puissants, plus la projection est forte et plus l'agressivité croit en conséquence."  (Geneviève Schmit - psychologue)


C'est l'effet miroir. Tout ce que l'Arménie reproche à l'Azerbaïdjan, est repris à l'identique par Bakou en inversant les rôles. Ainsi :

-      c'est l'Arménie qui est l'agresseur alors que ces sont les Azéris qui ont attaqué les Arméniens en premier parce qu'ils voulaient plus de liberté et notamment être rattachés à l'Arménie conformément à la législation et au droit soviétique. Ce sont les Azéris (Omon, civils et militaires) qui ont sauvagement massacré les Arméniens pour cause de "rébellion" - pogroms de Sumgaït, Bakou, Maragha, Mingechaur, Kirovabad et dans de nombreux villages -, et que l'Arménie a du intervenir pour éviter l'anéantissement des Karabakhis.

-      c'est l'Arménie qui a commis un génocide (!!!) à Khodjalou alors que ce sont les Azerbaidjanais qui ont utilisé la population civile, et notamment les Turcs Mechkhets,  comme bouclier humain au lieu de les laisser partir par le corridor humanitaire. Au moment des faits, Khodjalou était sous administration azerbaidjanaise. Pour cacher sa forte dissension avec Moutalibov, Elchibay a fait porter le chapeau aux Arméniens.

-      ce sont les Arméniens qui violent régulièrement l'accord de cessez-le-feu alors que

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More