A la Une

dimanche 21 décembre 2014

Haut-Karabakh : une fin d’année tendue



***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Avant même de faire le bilan 2014, il est clair que cette année dépassera en violence et en tensions extrêmes les autres années, sans compter évidemment le nombre très élevés de violations du cessez-le-feu.

Il faudra pourtant, un jour ou l’autre, que les pays coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE – à savoir les Etats-Unis, la Russie et la France, admettent qu’essayer de faire entendre raison à un potentat ne sert à rien. La seule chose qu’ils peuvent faire, et qu’ils font à peu près correctement, c’est d’éviter que le sieur İlham Heydər oğlu Əliyev se lance dans une nouvelle guerre et utilise son arsenal militaire acquis à coup de milliards. Milliards empochés, directement ou indirectement, par ceux-là même qui sont sensés faire progresser les négociations de paix. Trouver l’erreur …

Puisque que l’on est dans les anomalies,

lundi 15 décembre 2014

Moscou : cet ami qui vous veut du bien


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

La Russie a annulé la dette de nombreux pays du monde, dont le montant total avoisine les 100 milliards de dollars.

Citons pêle-mêle les heureux bénéficiaires : L’Ouzbékistan, Cuba, l'Ukraine, la Corée du Nord, la Syrie l'Afghanistan, l'Irak, la Libye, la Mongolie, le Laos, l'Éthiopie, le Nicaragua, le Vietnam, le Yémen, le Burkina Faso, la Guinée Bissau, le Mali, Madagascar et d'autres pays africains ou asiatiques.

Cependant, Moscou n'a, non seulement, pas annulé la petite dette de son «allié stratégique» et «ami» l'Arménie, mais a pris en lieu et place des actifs stratégiques.

mercredi 10 décembre 2014

Turquie : «une hirondelle ne fait pas le printemps»


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Quand on fournit aide et assistance aux Djihadistes du Daesh au nez et à la barbe de la communauté internationale, il faut être Américain ou Européen pour croire que la Turquie ‘moderne’ est pro-occidentale, qu’elle désire vraiment rejoindre l’UE et adhérer à ses valeurs démocratiques. Les milliards dépensés par l’UE pour transformer les institutions turques conformément aux normes européennes, n’ont servi qu’à appliquer une couche de verni superficielle. Que ce soit dans le code civil ou dans le code pénal, il ne fait pas bon critiquer ou s’opposer au gouvernement, quant à appartenir à une minorité c’est aller au-devant de gros ennuis.

Un pays qui pratique le blocus de son voisin depuis 1993 pour un problème qui ne le concerne pas, qui occupe militairement 37% d’un autre pays voisin depuis 1974, qui pratique le négationnisme d’Etat depuis 1915, mérite-t-il vraiment de rentrer dans l’UE ? Faut croire que si puisque les 28 pays membres de l’UE continuent les négociations d’adhésion émettant quelques critiques du bout des lèvres.

lundi 1 décembre 2014

Crash de l’hélicoptère arménien (suite et fin)


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Trois semaines après que l’hélicoptère arménien soit abattu, les remous ne se sont pas calmés. Que ce soit les dirigeants arméniens en déplacement à l’étranger ou au contraire des diplomates étrangers en Arménie, le sujet est abordé et commenté abondamment. Pour Bakou, ce n’est qu’une péripétie liée au fait que le Karabakh est une partie indivisible de l’Azerbaïdjan et que son espace aérien est donc inviolable. Et comme de plus l’impunité est une notion couramment pratiquée par les Occidentaux – sauf s’il s’agit de la Russie, alors pourquoi s’en priver ?

Comme il a été dit à de multiples reprises, l’Azerbaïdjan n’a jamais accepté les propositions de la communauté internationale et encore moins reconnu ses violations [un millier du 23 au 29 Novembre]ou sa mauvaise foi. Seul compte pour le clan Aliev l’intégrité territoriale du pays, c'est-à-dire le territoire octroyé par les Bolcheviks et consolidé sous le régime soviétique. Le potentat azéri n’a que faire des notions comme le non recours à la force ou à la menace de la force, et surtout du droit à l’autodétermination des peuples. Quant aux valeurs démocratiques, telles les libertés ou les droits de l’homme, c’est vraiment le dernier de ses soucis, partant du principe que ‘charbonnier est maitre chez lui’ et que les pétrodollars servent à beaucoup de choses, notamment à calmer, voire à soudoyer, les consciences occidentales.

D’ailleurs, le grand frère ottoman est là pour lui donner l’exemple.

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More