A la Une

samedi 25 juillet 2015

Conflit du Karabakh (suite)



 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Alors que les coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, selon leur bonne habitude, caressent tout le monde dans le sens du poil, les mettant dans un même paquet, les violations ont redoublé sur la ligne de front ces derniers jours. Ce qui confirme bien que dès les coprésidents se réunissent ou se déplacent dans la région, les violences augmentent.

Quant à savoir qui est le fautif, il suffit d’écouter les discours de chacun et on voit tout de suite qui est content du travail des coprésidents et qui veut en découdre absolument et récupérer ses terres.

Dans ce contexte, il est intéressant de décortiquer le dernier discours du N°1 azerbaidjanais : İlham Heydər oğlu Əliyev. (Cf. § Azerbaïdjan). Cela nous éclaire sur les états d’âme actuels des dirigeants azéris et sur leur profond désir de négocier pacifiquement.

Lors de la rencontre des coprésidents à Erevan, le chef de la diplomatie arménienne a réitéré la volonté de l’Arménie de restituer des territoires sous réserve que la sécurité de la population du Haut-Karabakh soit effectivement assuré. Hors là-dessus, c’est le flou total, on ne sait pas par qui, comment ou le contenu exact du mandat des forces de maintien de la paix. Rétrocéder quoi que ce soit avant devient suicidaire.

Une chose est quasiment sûre : Le clan Aliev ne se contentera de quelques districts. Il a en tête de récupérer la totalité de ses territoires, Erevan compris ! Car en croire les historiens azéris, tout le territoire arménien serait des anciennes terres tatares, donc azéries.

Cela me rappelle les historiens turcs pour qui la présence des Turcs dans la région remonte aux temps des Hittites. Que les dirigeants soient bornés, est une chose, mais que des universitaires qui se disent historiens effacent d’un trait de crayon l’arrivée des peuplades turques des plaines d’Asie centrale, Seldjoukides au XIème siècle puis Ottomans et Tatars au XIIIème siècle, cela en dit long sur leur honnêteté intellectuelle et leur soumission au pouvoir.

Les esprits chagrins montrent du doigt l’Arménie, se contentant de constater que les Arméniens occupent x% du territoire azerbaidjanais, sans chercher à savoir pourquoi il y a eu des pogroms, lesquels ont entrainé une guerre et la création d’une zone de tampon (les districts azéris).

Par contre, les mêmes esprits chagrins restent silencieux sur les discours bellicistes des dirigeants de Bakou, que ce soit en interne mais également à l’étranger, traitant les dirigeants arméniens de dictateurs militaires ou de noms d’oiseaux. C’est sans doute leur façon à eux de préparer leur population à la paix.


***

Traductions – revue de presse

***

Union européenne

"La résolution pacifique du conflit du Haut-Karabakh reste une priorité pour l'Union européenne. L'Union européenne soutient les négociations menées par le Groupe de Minsk de l'OSCE visant à régler le conflit», a déclaré le président du Conseil de l'Union européenne, Donald Tusk, lors d'une conférence de presse conjointe avec le président arménien Serge Sarkissian.

"Nous soutenons la poursuite du dialogue entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, y compris au plus haut niveau - à votre niveau, Monsieur le Président. Il est essentiel de respecter


***

OSCE

Le ministre arménien des Affaires Etrangères Edouard Nalbandian a reçu les coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE : Igor Popov, James Warlick, Pierre Andrieu ainsi que le Représentant personnel du Président en exercice de l'OSCE Andrzej Kasprzyk.

Les interlocuteurs ont discuté du processus de règlement pacifique du conflit du Karabakh. Les coprésidents ont informé le ministre des résultats de leurs réunions à Washington et


***

Artsakh

Conformément aux accords conclus, la Mission de l'OSCE a mené une surveillance prévue de la ligne de contact entre le Haut-Karabakh et les forces armées azerbaïdjanaises à l'Est du village de Talish dans la région de Mardakert.

Côté RHK, la surveillance a été effectuée par Khristo Christov (Bulgarie) et Jiri Aberle (République tchèque). Côté Azerbaïdjan, le suivi était mené par Yevgeny Sharov (Ukraine) et Simon Tiller (Grande-Bretagne).

Comme d’accoutume, aucune violation du cessez-le-feu n’a été relevée.

On notera toutefois que le même jour, Bakou a violé 130 fois le cessez-le-feu sur d’autres points de la ligne de front. La veille près de 160 violations ont été relevées. Parmi les 1 600 tirs, l’armée d’Artsakh a comptabilisé  123 obus de mortier de calibre 60 mm, 3 missiles  lancés par un RPG-7, et environ 140 rafales de mitrailleuses lourdes.

***

Azerbaïdjan

Discours du président Ilham Aliev lors de la réunion avec les membres du conseil d'administration du Conseil national de la presse :

"Nous avons couvert la réalité historique, la position de l'Azerbaïdjan et la situation actuelle liée au conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh.

La cible numéro un pour les Arméniens du monde entier est l'Azerbaïdjan, j’ai déjà parlé de cela, et je tiens à réitérer que notre ennemi principal est le lobby arménien, je le dis et je peux le prouver à tout moment.



***
 **


Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de Today.az et de News.az


 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More