A la Une

mardi 2 mai 2017

Rencontre arméno-azérie



***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Ce n’est pas parce que l’on se rencontre, que les problèmes vont se régler ; mais en ne se parlant pas les problèmes ne se régleront jamais. Partant de ce constat basique, les ministres des Affaires étrangères de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan se sont rencontrés pour la Nième fois, sous l’égide de leur homologue russe puis avec les coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE accompagnés du représentant personnel du président en exercice de l’OSCE. Résultat : Néant.

Nalbandian a réitéré la position arménienne, Mammadyarov a réitéré la position azérie, et les coprésidents ont réitéré leurs propositions demandant la mise en œuvre des accords de Vienne et de Saint-Pétersbourg.

Au fait, Messieurs les coprésidents, à quoi cela sert-il de faire signer un accord par les plus hauts personnages de l’état - en l’occurrence les présidents Serge Sarkissian et Ilham Aliev, si celui-ci reste lettre morte ? Que faites-vous pour que les décisions prises en commun soient appliquées ?

Dans ce bis repetita permanent, Bakou a trouvé une nouvelle idée pour justifier les tirs meurtriers de ses snippers. Je cite le média azéri : «Le soldat arménien Mher Arzumanyan, qui a violé le cessez-le-feu au Haut-Karabakh à 17h 50 le 28 avril, a été tué par un tir de représailles de l'armée azerbaïdjanaise (Sic)»

On ne peut que rester bouche bée sur le fait qu’un tireur azéri soit capable de reconnaître très précisément, à 1500m, le soldat arménien qui a fait feu à travers une meurtrière ! Il est vrai que Bakou est coutumier du fait que plus un mensonge est gros plus il a de chance de passer.

(…)

Le président Erdoğan fort de sa victoire au référendum, n’a pas perdu de temps pour serrer la vis des libertés. D’abord en s’attaquant aux sites Web, générateurs de troubles pour les bons musulmans, puis en poursuivant les purges de l’été dernier suite au coup d’état manqué. Ce qui porte le nombre de prisonniers à 40.000 et le celui des fonctionnaires limogés et des salariés renvoyés à 120.000.

Les ministres des Affaires étrangères réunis à Malte se sont partagés en deux groupes (Cf. § UE-Turquie).

Le premier groupe mené par la Commission européenne dans lequel on retrouve la France et l’Allemagne, tient à poursuivre les négociations d’adhésion, faisant fi de la marche forcée d’Erdoğan vers la dictature. L’UE met en avant sa vision stratégique – éviter qu’Ankara se rapproche trop de Moscou et reste au sein de l’OTAN, tout en préservant son approche tactique – éviter un nouvel afflux de réfugiés. Quand au couple franco-allemand, il tient à préserver ses juteux contrats commerciaux avec Ankara, ses possibilités d’attaque contre Daech et au passage de la Syrie. Autant on peut comprendre Berlin qui a une longue histoire d’affinité avec la Sublime Porte, autant la politique française est étrangère aux Affaires dans ce coin du monde.

Le second groupe mené par l’Autriche demande à ce qu’on cesse de jouer au chat et à la souris avec la Turquie mettant en avant que l’AKP, avec Erdoğan en tête, fait tout pour réduire l’opposition au silence, s’en prend sans vergogne aux minorités, et met les bouchées doubles depuis l’été dernier pour fouler aux pieds les valeurs démocratiques.

Force est de constater que l’Europe des états s’éloigne de plus en plus de l’Europe des peuples et que tôt ou tard celle-ci explosera à la figure de ses dirigeants.



***

Traductions – revue de presse
  
Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de News.az, de Hurriyetainsi que de la presse française

***

APCE

Le président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, Pedro Agramunt, a été empêché de présider l'Assemblée vu que Sa Majesté le roi Felipe VI d'Espagne s'est adressé à la séance.

Selon le membre de la délégation arménienne Samvel Farmanian, Agramunt a été en fait empêché de présider la séance sous la pression des groupes politiques de l'APCE.

Farmanian est confiant que c'est la dernière journée de travail d'Agramunt dans l’Assemblée et attend que les Espagnols le démissionnent le lendemain.

Le Bureau de l'Assemblée a résolu de retirer sa confiance à Pedro Agramunt en tant que Président de l'Assemblée. En outre, M. Agramunt n'est pas autorisé à entreprendre des visites officielles, à assister à des réunions ou à faire des déclarations publiques au nom de l'Assemblée en sa qualité de Président.

"Le Président a choisi de ne pas assister au Bureau aujourd'hui et n'a pas présenté de lettre de démission. En conséquence, et dans le contexte du Règlement intérieur en vertu duquel le Président ne peut être obligé de démissionner, le Bureau a jugé nécessaire de prendre ces mesures", a déclaré Sir Roger Gale (Royaume-Uni, CE), Vice-président principal de l'Assemblée, après avoir assisté à la réunion du Bureau ; et d’ajouter :

"Les normes et les principes de l'Assemblée parlementaire sont plus importants que n'importe quel membre individuel, et l'intégrité de notre Assemblée doit être maintenue".

***

Russie

«La Russie valorise les efforts de l'OSCE dans le règlement du conflit du Karabakh. Il y a des obstacles sérieux pour l'avancement du règlement. Mais au moins tous les acteurs étrangers impliqués sont disposés à créer des conditions pour rechercher des compromis entre les parties impliquées,» a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lors de la conférence de presse conjointe avec le Secrétaire général de l'OSCE, M. Lamberto Zannier.

Selon lui, la Russie considère


***

République tchèque

"La Chambre des députés de la République tchèque vient d’approuver  une résolution condamnant les crimes contre l'humanité commis par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale sur les populations juives, roms et slaves dans les territoires contrôlés, ainsi que le génocide des Arméniens et des autres minorités nationales et religieuses dans l'Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale", a déclaré le


***

Arménie

Le président Serge Sarkissian a reçu le Représentant spécial de l'UE pour le Caucase du Sud et la crise en Géorgie, Herbert Salber.

Les interlocuteurs ont abordé les relations entre l'Arménie et l'UE, les élections législatives en Arménie, les réformes à mettre en œuvre dans différents domaines, ainsi que les possibilités de poursuivre le processus de négociation sur le règlement du conflit du Karabakh.

Le représentant spécial a félicité le président Sarkissian pour la tenue avec succès des élections législatives, soulignant que l'Arménie a franchi une étape sérieuse vers la stabilité et le renforcement de la démocratie. Il a également salué les progrès dans les relations entre l'Arménie et l'UE.

Le président a souligné la contribution considérable de l'UE dans le processus de préparation des élections, ce qui l’a aidé à organiser des élections répondant aux normes internationales.

Les interlocuteurs ont discuté de la perspective de la poursuite du processus des négociations de paix, des problèmes et des défis existants, des moyens d'apporter une contribution possible de l'UE au processus.

M. Salber a assuré la volonté de l'Union européenne de contribuer au règlement du conflit en soutenant les efforts des coprésidents du Groupe Minsk de l'OSCE dans les limites des possibilités.

***

Relations UE-Turquie

Le chef des Affaires étrangères de l'Union européenne, Federica Mogherini, a déclaré le 28 avril que les négociations d'adhésion avec la Turquie n'avaient pas été interrompues et qu’elle souhaitait toujours que la Turquie se joigne à l’UE, si Ankara répondait aux conditions nécessaires.

Ses remarques, suite à la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Valletta, sont venues après de récents appels de certains pays qui souhaitaient que les négociations d’adhésion soient arrêtées.

Après un rassemblement


***

OSCE

L'OSCE a réalisé une observation de la frontière Arméno-azérie le 27 avril.

Le suivi effectué dans le cadre du mandat du représentant personnel de la présidence de l'OSCE s’est passé sans incidents.

Du côté azerbaïdjanais, il a été effectué par Simon Tiller (Grande-Bretagne) et Mikhail Olaru (Moldavie), dans le district de Gazakh.

Du côté arménien, l’équipe des observateurs était composée de Gennady Petrica (Moldavie) et Martin Schuster (Autriche), s’est rendue près de Kayan, dans la province de Tavouch.

Avant le suivi, les observateurs de l'OSCE ont été informés de la situation à la frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, et notamment sur des statistiques des violations du cessez-le-feu par le côté azerbaïdjanais. Une attention particulière a été accordée au fait que le côté azerbaïdjanais ouvre périodiquement le feu en direction des villages et autoroutes situés en première ligne.

Les responsables de l'OSCE ont déclaré que ces données seraient prises en considération.

***

Azerbaïdjan

"La réunion des présidents n'a pas été abordée lors des pourparlers tripartites entre les ministres des Affaires étrangères de la Russie, de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie sur le Haut-Karabakh. Les présidents décideront eux-mêmes sur la tenue d’une réunion"", a déclaré le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Elmar Mammadyarov.

Lorsqu'on lui a posé une question sur l'évaluation des pourparlers, Mammadyarov a déclaré




***
 **



Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de News.az, de Hurriyetainsi que de la presse française


Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More