vendredi 26 avril 2019

24 Avril 2019




***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan peut dormir sur ses deux oreilles, l’irréparable n’a pas été commis, entendez par là que le communiqué du président Donald Trump n pas le mot qui fâche. Il tourne autour du pot, mais évite de tomber dedans.

Certes, il y a eu cette année quelques anicroches aux habitudes : La France a inscrit sur son calendrier républicain le 24 Avril comme journée officielle de la commémoration du génocide des Arméniens. Le parlement italien a qualifié de génocide les massacres commis en 1915 par le gouvernement Jeunes-Turcs.  

samedi 20 avril 2019

Rencontre Arménie-Azerbaïdjan : Bis repetita




***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

L’arrivée au pouvoir de Nigol Pachinian a-t-elle réellement changé la donne ? Oui si on se rapporte aux rapports de la communauté internationale envers l’Arménie et/ou aux pourvoyeurs de Fonds. Même l’Azerbaïdjan a adouci son discours, accompagné d’une forte baisse des violations du cessez-le-feu. Du moins sur la forme, car sur le fond, rien n’a changé.

Seule ombre à ce tableau presque idyllique : la Turquie. Ankara continue de maintenir sa position inébranlable, à travers son négationnisme d’état depuis un siècle et au blocus de l’Arménie depuis 26 ans. Et gare aux Etats ou aux Parlements qui osent reconnaitre le génocide des Arméniens perpétré par le gouvernement Jeunes-Turcs de 1915 à 1916 ; les foudres d’Erdoğan ou de Mevlüt Çavuşoğlu ne sont pas loin, sans compter les vomissures dans les réseaux sociaux.

samedi 13 avril 2019

Turquie : Les jeux sont faits




***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Après la récente rencontre Poutine-Erdoğan on peut dire sans se tromper que «Les jeux sont faits, rien ne va plus». Le Sultan ottoman a mis la barre à droite toute, au sens figuré comme au sens propre.

Le vent souffle dorénavant de l’Est et le peu de vernis démocratique qui existait, a encore diminué. L’Occident n’a plus le vent en poupe. Les vicissitudes(1) créées par l’Union européenne associées aux tours de vis(2) de Washington ont fini par avoir raison du double jeu de la Turquie. Comme on dit familièrement : «on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre». Les Brexiteurs en savent quelque chose.

vendredi 5 avril 2019

Chassez le naturel, il revient au galop




***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Ce n’est un secret pour personne, l’Arménie et l’Azerbaïdjan ne sont pas d’accord sur l’essentiel, à savoir le devenir du Haut-Karabakh, pierre d’achoppement du conflit.

Comme vient de déclarer le président Aliev devant des militaires ; «Il n'y a aucun changement dans la position de l'Azerbaïdjan sur le règlement du conflit.»

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More