samedi 9 novembre 2019

La Turquie attaque, l’Azerbaïdjan se lâche




***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Ne pouvant suivre l’exemple du grand frère ottoman, c’est-à-dire lancer ses troupes contre son ennemi juré, l’Azerbaïdjan doit se contenter de déverser son fiel et cracher ses insanités.

Si le sultan de la Sublime Porte (Sublime ? façon de parler),  s’est permis d’envahir la Syrie et de massacrer des Kurdes sous prétexte que ce sont des terroristes (1), il avait pour ce faire reçu le feu vert, et de Washington et de Moscou. Ce qui n’est pas le cas de l’ex-camarade Aliev, lequel n’a que l’aval de la Turquie, ainsi qu’une compréhension bienveillante de l’Organisation de Coopération Islamique (OCI).

vendredi 1 novembre 2019

Turquie : «Je t’aime moi non plus»




***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Mardi 19, les présidents russe et turc se sont mis d’accord sur un retrait des forces kurdes du nord-est de la Syrie, avec comme corollaire, le contrôle d’une grande partie de la frontière turco-syrienne (120 km). De son côté, le président Trump avait levé les sanctions appliquées à la Turquie une semaine plus tôt.

Pour le sultan d’Ankara, c’est tout bénéfice. Il a obtenu le maintien de ses troupes en Syrie, il a chassé de leur foyer une bonne partie des Kurdes - qu’il compte remplacer par des Syriens qui lui sont favorables, et il met la pression sur l’Union européenne avec le robinet des immigrés. Cerise sur le gâteau, il se permet même de jouer au chat et à la souris avec les deux grandes puissances par chasseurs F-35 et missiles S-400 interposés.

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More