A la Une

samedi 4 octobre 2014

Relations Arménie-Azerbaïdjan (suite)


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Il y a ce que l’on dit et il y a ce que l’on fait. En politique, il est rare que ces deux domaines se rejoignent. Lors d’une campagne électorale tout le monde sait pertinemment que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Lors d’une allocution officielle d’un chef d’Etat ou d’un membre éminent de gouvernement face à un auditoire international, on s’attend pour le moins que les propos reflètent un minimum de réalité et surtout de véracité.

Que ce soit le potentat azéri lui-même s’adressant en tant que président en exercice au Comité des ministres du Conseil de l’Europe(1) ou son bras droit diplomatique devant l’Assemblée Générale de l’ONU(2), on se demande comment devant un parterre de hauts responsables tant de contre vérités peuvent être étalées avec le plus grand aplomb. C’est comme si on demandait à un intégriste de parler de tolérance ou à un SDF de parler de l’IGF.

Si les Occidentaux ont bon dos avec les dictateurs, fort heureusement il n’en est pas de même des ONG humanitaires occidentaux, qui souvent sont obligés de dire tout haut ce que leur pays n’osent faire, quand ce n’est réparer le laxisme de leur gouvernement. A force de jouer les trois singes de la sagesse Bruxelles va finir par se dévaloriser également dans le domaine des valeurs, de ses valeurs. Déjà que c’est la désunion quand on aborde la politique étrangère sans parler d’une quelconque action militaire commune. Il aurait été préférable d’adapter le contexte de la CEE plutôt que de sauter à pieds joints dans une structure qui n’a d’Union que le nom.
 
...

(1) En mai 2014, la République d’Azerbaïdjan a pris la présidence du Comité des Ministres pour six mois. Son président Ilham Aliev a détaillé les points forts de son mandat.
- Renforcement de l’état de droit par le développement de la coopération en matière de lutte contre la corruption. (Adoption et mise en œuvre de plans d’action nationaux de lutte contre la corruption et de promotion de la transparence des Affaires publiques).
- Consolidation de sociétés culturellement diverses fondées sur le respect et la compréhension mutuels. (L’Azerbaïdjan qui se prévaut d’une tradition de coexistence pacifique entre différentes communautés ethniques et religieuses, apportera sa contribution à la lutte contre la discrimination et l’intolérance en Europe, notamment en mettant en lumière le rôle du dialogue interculturel. Tout comme sensibiliser à la nécessité et à l’importance de protéger le patrimoine culturel.)
- Soutien du Mouvement contre les discours de haine.
- Cohésion sociale et durabilité sociale : favoriser l’accès des groupes vulnérables aux droits de l’homme. (L’Azerbaïdjan portera bien évidemment une attention marquée à la protection des droits de l’homme, qui constituent un segment vulnérable de la population. Les activités de protection et de promotion des droits de l’homme visant notamment à renforcer l’efficacité du système de la Convention resteront l’une des grandes priorités du Conseil de l’Europe).

(2) Extraits de l’allocution du ministre des Affaires étrangères azerbaidjanais, Elmar Mammadyarov, à la 69ème session de l’assemblée générale de l’ONU :
 
«Depuis plus de vingt années, l'Arménie a utilisé la force contre l'intégrité territoriale et la souveraineté de l'Azerbaïdjan. Elle a occupé environ 20% des territoires de l'Azerbaïdjan et a mené un nettoyage ethnique contre près d'un million d'Azerbaïdjanais, à la suite de quoi, pas un seul azerbaïdjanais ne réside en Arménie ou dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan. De même, pas un seul monument historique et culturel azerbaïdjanais n’a échappé à la destruction dans les territoires occupés et en Arménie.
En 1993, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté quatre résolutions qui réaffirment la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan et de l'inadmissibilité de l'usage de la force pour l'acquisition de territoire.
() L’Arménie viole régulièrement le cessez-le-feu et attaque délibérément des civils azerbaïdjanais, ce qui se traduit par des morts et de blessés. Tout récemment, plusieurs civils azerbaïdjanais visitant les cimetières de leurs parents dans les territoires occupés ont été capturés et torturés, certains d'entre eux ont même été tués par les forces arméniennes.
() Le Président de l'Arménie abuse du noble principe de l'auto-détermination pour couvrir les tentatives de son pays à annexer par la force des territoires de l'Etat voisin, l'Azerbaïdjan. La situation, qu'il tente de présenter comme une autodétermination des Arméniens vivant en Azerbaïdjan, n'a rien de commun avec le principe de l'autodétermination contenu dans la Charte des Nations Unies et l'Acte final d'Helsinki. En fait, le principe de l'autodétermination exige le retour des Azerbaïdjanais déplacés dans la région du Haut-Karabagh, où ils vivront ensemble avec la communauté arménienne dans la paix, la dignité et la prospérité au sein de l'Azerbaïdjan. Nous croyons pourvoir atteindre cet objectif par des moyens politiques.
L’Azerbaïdjan est pour un règlement négocié du conflit. L’Azerbaïdjan ne compromettra jamais son intégrité territoriale et les droits et libertés de ses citoyens violés à la suite de l'agression.
Il doit être clair pour l'Arménie que le statu quo actuel ne sera jamais accepté. La communauté internationale n'accepte pas et n’acceptera pas les tentatives pour modifier par l'usage de la force les frontières internationalement reconnues. À cet égard, le moment est venu de traduire en justice ceux qui en Arménie perpétuent des actes d'agression contre l'Azerbaïdjan et de crimes contre l'humanité, et leur imposer des sanctions.


***

Traductions – revue de presse

***

UE

«L'Union européenne regrette profondément la perte tragique continuelle de la vie dans le conflit du Haut-Karabagh, ce qui met l'accent sur l'urgence à trouver une solution juste et rapide. Nous offrons nos plus sincères condoléances à la famille de Karen Pétrossian et aux autres victimes Arméniens et Azerbaïdjanais,» a déclaré Peter Stano le porte-parole du commissaire européen à l'élargissement et de la politique européenne de voisinage, Štefan Füle.

"L'UE souligne les obligations des deux parties conformément au droit international humanitaire, en particulier en ce qui concerne les civils et le traitement des personnes placées en détention en temps de conflit, et appelle à une enquête complète et transparente de ces incidents. Nous lançons un appel à l'Azerbaïdjan et à l'Arménie pour fournir un accès sans entrave au Comité international de la Croix-Rouge et offrir toute l'assistance pour une résolution rapide en conformité avec le droit humanitaire international, pour les cas de personnes qui ont péri ou été placées en détention à la suite du conflit,» a-t-il ajouté.

***

APCE

La Présidente de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) Anne Brasseur a réfuté les rapports des médias azéris prétendant que lors de la conférence de presse à Bakou, elle a proposé de "tenir une réunion entre l'Azerbaïdjan et les communautés arméniennes du Haut-Karabagh à Bakou malgré la position non constructive de l'Arménie."

Un représentant du bureau de la Présidence de l'APCE a déclaré que "l'Assemblée ne doit pas interférer dans les activités du Groupe de Minsk de l'OSCE, mais peut aider


 
***

Haut-Karabakh

Conformément à l'accord conclu avec les autorités de l’Artsakh (RHK), la Mission de l'OSCE a procédé au programme de suivi de la ligne de contact entre les forces armées du Karabakh et de l'Azerbaïdjan du côté d’Askéran.

Côté Karabakh, le suivi a été effectué par Khristo Christov (Bulgarie) et Peter Svedberg (Suède).

Côté Azerbaïdjan,


***

Relations ONU-Arménie

Le 29 Septembre le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a reçu Mme Helen Clark, Secrétaire Général adjoint et administrateur du Programme de Développement de l'ONU (UNDP).

Les interlocuteurs ont échangé des vues sur la mission de l’UNDP dans différentes parties du monde, discutés des résultats des programmes communs, et des futurs projets.

L'Administrateur de l’UNDP a

Suite

***

Turquie

Une enquête menée par le cabinet d'analyse Metropoll en Turquie portant sur le groupe terroriste État islamique (ISIS), a donné des résultats intéressants.

Ainsi, 53% des sondés sont convaincus qu’ISIS a été formé en Turquie.

53% sont également convaincu qu’ISIS (Jabhat al-Nusra), qui est une branche d'Al-Qaeda, va mener des attaques terroristes en Turquie.

Par ailleurs, un lecteur a apporté son commentaire suivant sur le site de Mynethaber : «Ceux qui abattent les militants du PKK, les Arméniens, les Yézidis et les Kurdes ne sont pas des terroristes. Ce sont mes amis. Je suis gêné de dire, mais maintenant, l'État islamique est en train de faire ce que nous [les Turcs] n’avons pas pu faire." (Sic)

***

Azerbaïdjan

«L'UE doit appeler à un boycott des Jeux européens de 2015 à Bakou,» écrit le journaliste azerbaïdjanais Shahin Abbasov dans un article publié sur le site Web de l'organisation américaine "EurasiaNet".

C’était la première fois que l'Union européenne a émis l'idée de la mise en œuvre de sanctions contre des dirigeants azerbaïdjanais responsables de violations des droits de l'homme dans le pays et cela a donné de l'espoir aux militants. Le président Barack Obama dans un discours lors de la réunion annuelle de la Clinton Global Initiative (CGI) à New York a abordé le problème des droits de l'homme

Suite


***

 **


Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de Times.am, de Tert.am, de News.az, de Trend.az et de APA.az

 

 







 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More