A la Une

vendredi 7 novembre 2014

Les tribulations des Ottomans en Turquie


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Si la Turquie parle peu du centenaire du génocide arménien, elle ne reste pas pour autant les bras croisés. Ses divers émissaires et ambassadeurs travaillent d’arrache pied pour contrer l’activité des Arméniens, nationaux et surtout diasporiques.

Avec le conflit du Karabakh, qui lui a permis de fermer sa frontière et couper toute normalisation avec l’Arménie, elle est aidée dans son entreprise de dénégation par son allié fidèle l’Azerbaïdjan, qui faute d’avoir une audience internationale équivalente à Ankara, lui apporte ses pétrodollars. A choisir entre une Arménie pauvre, chrétienne et revendicatrice et un Azerbaïdjan islamiste, riche et généreux, la question ne se pose pas.

Le terme de sözde (soi-disant) qui précédait ‘génocide arménien’, et qui avait quelque peu disparu du vocabulaire officiel des dirigeants turcs, est revenu à la mode avec l’élection d’Erdogan comme président de la république. A lire la diatribe de l’ambassadeur turc d’Azerbaïdjan.

Bien évidemment le comportement revanchard de Bakou qui, dès qu’il s’agit des Arméniens, vomit sa xénophobie et sa rancœur, accompagnées de tirs mortels sur les frontaliers, n’a rien à voir avec la méthode plus policée ottomane. Ainsi on a vu dernièrement le premier ministre Ahmed Davutoglu prendre comme conseiller principal l’arménien Etyen Mahçupian, histoire de faire bonne figure devant les détracteurs de sa politique. Mais cela ne change rien sur le fond, puisque comme l’a rappelé Erdogan à plusieurs reprises, les archives turques sont ouvertes et c’est aux historiens d’étudier l’histoire et non aux politiques, et de plus ce n’est pas dans les gènes de la Turquie de perpétrer un génocide (sic).

La Turquie comme à son accoutumée joue sur deux tableaux, faisant miroiter aux Occidentaux, OTAN en tête, son appartenance au club euro-atlantique ; et collaborant en sous-main, quand ce n’est pas ouvertement, avec le monde islamique, jusqu’à aider les Djihadistes de tout poil, du moment qu’ils servent ses intérêts à savoir : s’en prendre aux Kurdes, aux chrétiens de tous bords, notamment les communautés arméniennes, et à l’occasion aux chiites et autre alaouite. L’hypocrite n’est pas celui qu’on croit, mais l’Occident qui passe son temps en salamalec pour des raisons géopolitiques et/ou bassement économiques.

Même si un nombre croissant de pays reconnaissent que les massacres de masses de 1915 sont bel et bien un génocide, et malgré que de plus en plus de Turcs de la société civile utilisent le mot ‘génocide’ pour qualifier ces événements, il est peu probable qu’Ankara reconnaisse sa responsabilité en tant que successeur de l’empire ottoman et surtout qu’il ouvre la boite de pandore des réparations ; car longue est la liste des sacrifiés sur lesquels s’est construit la Turquie dite ‘moderne’.


***

Traductions – revue de presse

***

Relations Arménie-Grande-Bretagne

Le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a reçu le ministre britannique chargé de l'Europe, David Lidington. Les deux ministres ont discuté d'un large éventail de questions liées au développement des relations bilatérales, du règlement du conflit du Haut-Karabakh, de la situation au Moyen-Orient, etc.

"La deuxième visite dans une capacité ministérielle est en soi une illustration de la forte relation bilatérale qui existe entre l'Arménie et le Royaume-Uni. Nous soutenons fermement les efforts déployés par les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE pour tenter de trouver un moyen d'avancer vers

 
***

OSCE

Le 5 novembre, conformément aux accords, la Mission de l'OSCE a effectué une surveillance de la ligne de contact entre les forces armées du Haut-Karabakh et l'Azerbaïdjan à l'Est de Seisulan de la région de Mardakert.

Côté Artsakh, le suivi a été mené par Yevgeny Sharov (Ukraine) et Khristo Khristov (Bulgarie).

Côté opposé, la surveillance a été réalisée Jiri Aberle (République tchèque) et Simon Tiller (Grande-Bretagne).

Aucune violation du régime de cessez-le-feu n’a été enregistrée. Cependant, le côté azerbaïdjanais n’a pas autorisé la mission de l'OSCE à se rendre sur le ligne de front.

***

Azerbaïdjan

«Une des principales réussites de la récente réunion des Présidents azerbaïdjanais et arménien a été l'appel du Président François Hollande aux deux parties en conflit à commencer à travailler sur un traité de paix global,» a déclaré le ministre des Affaires étrangères de l'Azerbaïdjan Elmar Mammadyarov.

Il a souligné que l'Azerbaïdjan a exprimé à maintes reprises qu'il était prêt à commencer les travaux dans ce sens. Il a déclaré qu’au cours de la réunion, les négociations se sont été tenues en plusieurs étapes, axées sur des questions sur lesquelles


***

Turquie

Le président Recep Tayyip Erdogan a fait une série de déclarations sur le centenaire du génocide arménien et la politique d'Ankara lors de son discours du 31 octobre à l'Institut Français des Relations internationales (IFRI).

Il a rappelé l'offre faite en 2005 au président arménien Robert Kotcharian d’étudier les archives, regrettant que les "Bonnes intentions" d'Ankara restent incomprises.

"Nous avons ouvert nos archives et avons divulgué plus d’un million de documents. Si l'Arménie a
 
Suite

***

Le coin des experts et des Observateurs

Coté ONU
Alfred de Zayas

 
 
Côté Azéri
News.az
Fikrat Sadikhov
Elhur Soltanov






 
 
Côté Turc
Osman Ünalan
Günal Kurșun


 
 
Côté Arménien
Hagop Badalian
 

***

 **
 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de Lragir.am, de News.az, de Today.az et de Zaman

 


 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More