A la Une

dimanche 21 décembre 2014

Haut-Karabakh : une fin d’année tendue



***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Avant même de faire le bilan 2014, il est clair que cette année dépassera en violence et en tensions extrêmes les autres années, sans compter évidemment le nombre très élevés de violations du cessez-le-feu.

Il faudra pourtant, un jour ou l’autre, que les pays coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE – à savoir les Etats-Unis, la Russie et la France, admettent qu’essayer de faire entendre raison à un potentat ne sert à rien. La seule chose qu’ils peuvent faire, et qu’ils font à peu près correctement, c’est d’éviter que le sieur İlham Heydər oğlu Əliyev se lance dans une nouvelle guerre et utilise son arsenal militaire acquis à coup de milliards. Milliards empochés, directement ou indirectement, par ceux-là même qui sont sensés faire progresser les négociations de paix. Trouver l’erreur …

Puisque que l’on est dans les anomalies,
je ne puis passer sous silence les frasques du sieur Recep Tayyip Erdogan - L’islamiste, dit ‘modéré’, qui pendant des années a favorisé l’activité des Djihadistes de tout poil, Daesh ou non. Comme d’ailleurs les grands copains arabes des Occidentaux à savoir : le Qatar et l’Arabie Saoudite, lesquels au moins investissent des milliards dans les dits pays, à l’inverse d’Ankara qui lui reçoit des milliards des dits pays. Ainsi, les Etats-Unis continuent de caresser la Turquie dans le sens du poil, et l’UE la subventionne depuis des années pour qu’elle se démocratise et satisfasse aux 35 chapitres d’adhésion. Trouver l’erreur …

Ce qu’il y a de fâcheux avec les Politiciens, surtout lorsqu’ils sont aux Affaires, c’est que leur mémoire se raccourcit et pour les plus puissants, elle devient même sélective. Et comme par hasard, cette anomalie disparaît dès qu’ils ne sont plus en responsabilité. Quand de surcroit les politiciens sont Turcs, ottomans ou azéris, cette perte se transforme en amnésie chronique entrainant une falsification de l’histoire.

Ainsi : pour Ankara, dans les années 1915, ce sont les Arméniens – femmes, enfants et vieillards, qui se sont révoltés contre la soldatesque turque et donc il a fallu les déplacer en masse ; Et pour Bakou ces sont toujours les Arméniens qui d’un coup se sont dit «tiens on va aller occuper les territoires azerbaidjanais», alors que ces derniers sont une population paisible et sans haine n’ayant commis aucun méfait.

Comme disait Patrick Lowie : «La diplomatie est la dentelle de l'hypocrisie.»
 

***

Traductions – revue de presse

***

Arménie

Du 7 au 13 décembre, environ 1600 violations du cessez-le-feu ont été relevées à la ligne de contact entre l’Artsakh et les forces armées azerbaïdjanaises, provenant d’armes de divers calibres, notamment de mitrailleuses et de tirs de snipers.

«La situation à la frontière est tendue, mais pas sans précédent. Quand ils disent que c'est sans précédent, c’est exagéré, en fait, l’usage de mortiers a été plutôt rare au cours des 20 dernières années,» a déclaré le porte-parole du ministère
 
 
***

Azerbaïdjan 

«Les récentes déclarations du ministre des Affaires étrangères arménien ont confirmé une fois de plus que Erevan essaie de déformer les faits sur les négociations en cours pour résoudre le conflit du Haut-Karabakh,» a déclaré le porte-parole par intérim du ministère d'Affaires étrangères de l'Azerbaïdjan, Hikmet Hajiev.

«Ces propos servent à tromper et à égarer la communauté internationale sur les réalités du conflit.

L’Arménie ne retire pas ses troupes des territoires azerbaïdjanais occupés. Erevan n'a pris aucune mesure pour commencer les travaux sur un accord de paix malgré les appels lancés par les pays coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE.

La communauté internationale et le groupe de Minsk de l'OSCE sont bien conscients des mensonges de l'Arménie. Donc, des mesures appropriées doivent être prises afin qu’Erevan adopte une position constructive dans le processus de négociation. La raison fondamentale du conflit est l'agression arménienne contre l'Azerbaïdjan et l'occupation continue des territoires azerbaïdjanais. Tout d'abord, les troupes arméniennes doivent être retirées des territoires azerbaïdjanais occupés pour un règlement pacifique du conflit," a-t-il précisé.

***

OSCE

Le coprésident américain du Groupe de Minsk de l'OSCE, James Warlick, a félicité la confirmation des ambassadeurs des États-Unis nouvellement nommés : Francis Cekuta en Azerbaïdjan et Richard Mills en Arménie.

Les deux ambassadeurs sont des diplomates de carrière.

(…)

«La France, en tant que pays coprésident du Groupe de Minsk, tente de reprendre le dialogue entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie.

Malheureusement, il y a quelque temps la tension entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie a dégénéré, et cela continue. Nous sommes en faveur de la paix, ce qui favorise la prospérité. La chute du prix du pétrole et le déclin du rouble montrent que la tension ne sert pas le développement durable, de l'économie. Nous sommes pour la paix et la stabilité dans la région", a déclaré l’ambassadeur français en Azerbaïdjan, Pascal Meunier.

Le diplomate a également déclaré que la reprise du dialogue entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie accélérera le processus de paix.

***

Turquie

Plus de 20 personnes, dont le rédacteur en chef de Zaman et le directeur de la télévision Samanyolu, ont été arrêtés dimanche lors d'une opération policière.

Dans un communiqué commun publié dimanche, Federica Mogherini, le Haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, et Johannes Hahn, le Commissaire pour la politique européenne de voisinage et des négociations d'élargissement, ont déclaré : «la répression contre Zaman et d’autres médias sont une «atteinte inacceptable» contre la liberté de la presse. Cette opération rejette les valeurs et les normes européennes, alors que la Turquie aspire à en faire partie ,et qui sont au cœur des relations renforcées.»

Le département d'Etat américain a également
 
Suite
 
***

Union économique eurasienne

La Chambre haute du Parlement russe - le Conseil de la Fédération, a ratifié mercredi le traité d'adhésion à l'Union économique eurasienne de l'Arménie.

Avant de devenir un membre à part entière de l'Union économique eurasienne, probablement après le 1er Janvier 2015, l'Arménie en tant que membre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) doit réviser ses engagements tarifaires dans le cadre des règles de
 
Suite

***

Relations UE-Arménie

Le président Serge Sarkissian a reçu le vice-président du Parlement européen et membre du Bureau de l'Assemblée parlementaire Euronest, Ryszard Czarnecki.

Serge Sarkissian et son hôte ont salué les relations arméno-polonaises. Le président a indiqué que l'Arménie a un partenaire fiable sur la scène internationale avec la Pologne ; que les relations entre les deux pays sont fondées sur des liens historiques et des approches communes sur différentes questions.

Les parties attachent une grande importance aux


***

Artsakh

Le ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan vient d’accuser le Karabakh d’avoir détruit les monuments culturels azerbaïdjanais.

«En faisant des allégations non fondées contre les Arméniens, les dirigeants azerbaïdjanais croient à tort qu'ils peuvent se débarrasser de la réputation de leur pays qui a fait que le vandalisme a atteint les niveaux politiques de l'Etat,» a déclaré le ministère des Affaires étrangères de


***

Le coin des analystes et des observateurs

«Le processus d'adhésion à l'union économique eurasienne sera pratiquement finalisé au début de 2015. Je doute que nous finalisions le processus avant le 1er janvier, à cause des écarts à l'intérieur de l'UEE, entre Minsk et Astana, d'une part et Moscou d'autre part,» a déclaré le politologue Alexander Iskandarian.

Selon Iskandarian, l'UEE n'est pas un centre de résolution des conflits. Ce serait plutôt lui-même un centre de conflits et de problèmes comme n'importe quelle autre union politique, vu que les pays et leurs intérêts sont différents.

L’analyste ne s'attend à aucun changement en matière de politique intérieure. Comme pour le 100e anniversaire du génocide arménien, il estime que "en avril 2015, la Turquie va essayer de "brouiller" l'influence du centenaire du génocide par différentes déclarations et actions."


***
 **


Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de Tert.am et de News.az


 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More