A la Une

jeudi 23 juin 2016

La guerre des trois n’aura peut-être pas lieu




***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

La guerre des (2+1) républiques s’éloigne un peu mais pas complètement, vu qu’Aliev n’a pas obtenu ce qu’il était venu chercher : Le retrait des forces arméniennes des sept districts.

Retrait (partiel ou total ?) pour Erevan qui est conditionné par le statut définitif du Haut-Karabakh, en l’occurrence par son droit à l’autodétermination, c'est-à-dire son indépendance.

Pour ce qui est de l’accord-cadre final, le problème reste entier et est suspendu à la décision d’Ilham Aliev : est-il prêt à céder le Haut-Karabakh pour récupérer ses districts ?

Comme répété à plusieurs reprises l’Arménie accepte les trois principes de base proposés par les coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE mais reste circonspect sur les six éléments principaux et plus particulièrement sur le point quatre(1).

Rappelons qu’en stricte conformité avec les lois soviétiques en vigueur, le Haut-Karabagh organisa un référendum sur sa souveraineté étatique le 10 décembre 1991, en présence d'observateurs internationaux ; Soit quelques semaines avant la fin officielle de l’URSS. La population du Haut-Karabakh vota en faveur de l'indépendance de la République du Haut-Karabagh à 99,89 %. Référendum qui hélas, n’est pas considéré comme une expression juridiquement contraignante par la communauté internationale.

Quoi qu’il en soit, l’armée de défense du Karabakh ne se retirera pas des districts entourant le Haut-Karabakh - zone tampon, tant que le statut définitif ne sera pas fixé et les modalités validées par le gouvernement de Stépanaguerd.

Même avec cette question essentielle décidée, il restera à se mettre d’accord sur une foultitude de points touchant à la sécurité et à la viabilité du Haut-Karabakh.

Suite à la réunion trilatérale, on comprend la déception de Bakou qui constate que l’on est toujours dans une situation de statu quo et que ses incartades seront plus difficiles avec l’augmentation du nombre d’Observateurs de l’OSCE et l’engagement de respecter le cessez-le-feu. Et comme cela ne suffisait pas, il a été fait référence à la mise en œuvre de mesures de confiance et notamment les mécanismes d’enquêtes, éléments qui jouent en faveur de l’Arménie.

Le seul bénéfice pour l’Arménie et non des moindres depuis la réunion trilatérale du 16 mai à Vienne, est que l’Azerbaïdjan a mis un bémol à ses attaques répétées et notamment sur l’usage d’armes lourdes. Bémol également dans les propos haineux et belliqueux des dirigeants azéris. Les coups de fil du camarade Poutine au camarade Aliev n’y sont certainement pas étrangers. 
 

 

(1)  Les trois principes de base :
-      intégrité territoriale ;
-      non usage de la force ou de la menace d’usage de la force ;
-      égalité des droits et autodétermination des peuples.

Les six éléments principaux :
- Retour des territoires entourant le Haut-Karabakh sous contrôle azerbaïdjanais
- Un statut pour le Haut-Karabakh en prévoyant des garanties pour la sécurité et l'auto-gouvernance  
- Un couloir reliant l'Arménie au Haut-Karabakh
- Une détermination dans le futur du statut juridique définitif du Haut-Karabakh par le biais d'une expression juridiquement contraignante d’un referendum
- Le droit pour les toutes les personnes déplacées et/ou des réfugiés à retourner dans leurs anciens lieux de résidence
- Une garantie de sécurité internationale incluant une opération de maintien de la paix.

 

***

Traductions – revue de presse

***

La réunion trilatérale de St Petersburg et les réactions associées


***
 
Russie

«Les entretiens du président Vladimir Poutine avec ses homologues arménien et azerbaïdjanais, Serge Sarkissian et Ilham Aliev, ne vont pas être aisés. Naturellement que les négociations seront difficiles. La tâche principale est maintenant de garantir que les opérations militaires ne sont pas reprises. Il ne faut pas laisser se perdre les quelques progrès atteints par la résurgence de la violence autour du Haut-Karabakh. Donc, la journée de travail promet d'être très chargée et dure," a déclaré lundi l’attaché de presse du président russe, Dmitri Peskov.

Selon Peskov, suite aux


***
 
Arménie

Le président Sarkissian attend de la rencontre un accord sur la mise en œuvre des engagements pris par l'Azerbaïdjan et l'exclusion des violations du cessez-le-feu.
 
S’adressant aux journalistes avant la réunion trilatérale entre les trois présidents arménien, azerbaïdjanais et russe à Saint-Pétersbourg, le Président arménien a déclaré:

«Ces dernières années ont montré que le processus de négociation peut être plus ou moins productif si les parties respectent leurs engagements, à savoir
 
Suite

***
 
France

«Le seul fait que des réunions ont lieu et que le dialogue visant à la mise en œuvre des mesures de renforcement de la confiance est en cours, sont des signes positifs par eux-mêmes. Sans dialogue il ne peut y avoir aucune solution politique. Le dialogue est une chance de se familiariser avec les positions de chacun," a déclaré l'ambassadeur de France en Arménie, Jean-François Charpentier.

Il a salué


***
 
Kazakhstan

«Le Kazakhstan a toujours soutenu le règlement pacifique de tous les conflits dans la région, y compris la question du Karabakh. Nous voulons qu'il n'y ait pas de tir le long de la ligne de contact entre les forces armées du Haut-Karabakh et l'Azerbaïdjan et voir le cessez-le-feu observé. Nous regrettons la perte de vies humaines des deux côtés pendant la guerre de quatre jours en Avril. C’est inacceptable au 21ème siècle,» a déclaré


***
 
Conseil de l’Europe

«Le Conseil de l'Europe n’est pas impliqué dans le processus de règlement du conflit du Haut-Karabakh. C’est au Groupe de Minsk de l'OSCE qu’a été confié la résolution de ce conflit,» a déclaré le Secrétaire Général du CoE, Thorbjørn Jagland, répondant à une question posée par un membre de la délégation de l’Azerbaïdjan de l'APCE.

"Ils (les coprésidents) ne veulent pas que quiconque d'intervienne dans le processus de règlement. Nous devons respecter leur décision. Si on nous demande de contribuer au processus, nous serons certainement prêts à apporter notre aide. Comme ce n’est pas le cas, nous ne voulons pas créer des problèmes supplémentaires".

***
 
Azerbaïdjan

«La réunion a été constructive. La partie azerbaïdjanaise salue les résultats de la réunion. Nous croyons que cette rencontre créera des opportunités pour parvenir à un avancement dans le processus de négociations concernant le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabakh,» a déclaré le

Suite

 

 

***
 **

 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de Trend, et de APA

 

 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More