A la Une

samedi 12 février 2011

Conflit du Karabakh : Les médiateurs en Azerbaïdjan

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Il est évident que les médiateurs n'étaient pas venus à Bakou avec d'autres propositions que celles déjà exprimées à de multiples reprises lors des rencontres internationales ou en réunions bipartites ou tripartites.

Les Azerbaidjanais connaissent la position de l'Arménie, tout comme Erevan connaît la position de Bakou, et les médiateurs le comportement de chacune des parties.

Seulement voilà, le travail essentiel des coprésidents du groupe de Minsk est certes d'essayer de rapprocher les deux points de vue mais surtout d'éviter le clash qui déboucherait sur une reprise des hostilités.

L'Azerbaïdjan n'a aucune intention de ‘lâcher' le Haut-Karabakh et se fiche royalement des principes de bases. C'est également ce qui ressort de la rencontre avec le ministre azéri de la défense qui a dit clairement que l'utilisation de la force était une option on ne peut plus actuelle.

Si les médiateurs ont quelques doutes sur les intentions de Bakou, ils devraient lire le dernier discours du président Aliev prononcé à Goranboy. C'est dur mais très édifiant. On est bien loin des négociations de paix.

***


Groupe-de-minsk63_medium
Les coprésidents - Russe, Français et américain - du groupe de Minsk de l'OSCE sont arrivés à Bakou, en provenance d'Arménie, sans avoir pu se rendre au Karabakh à cause des intempéries.

Le coprésident français, Bernard Fassier, a refusé de répondre aux diverses questions des journalistes, se contentant de donner le calendrier de la visite.

"Nous sommes heureux d'être de retour en Azerbaïdjan. Comme vous le savez, nous étions à Erevan ces deux derniers jours. Nous avons rencontré le président arménien, le ministre des Affaires étrangères et le ministre de la Défense. Nous sommes au milieu de notre mission. Nous avons l'intention de rencontrer le président azerbaïdjanais et le ministre des Affaires étrangères et demain, si c'est possible, le ministre de la Défense. Notre mission vise à dynamiser les efforts pour parvenir à un accord sur les principes de base d'un règlement de paix. Nous ne pouvons pas répondre à vos questions parce que nous ne divulguons jamais les détails avant d'avoir rencontré les deux présidents," a déclaré B.Fassier.

*


Safar-Apiev4_medium
Le ministre de la Défense azerbaïdjanais, le colonel-général Safar Abiev, a reçu les coprésidents du Groupe de Minsk, accompagné du représentant personnel du président en exercice de l'OSCE.

Selon Abiev, si l'activité du Groupe de Minsk n'a pas produit des résultats concrets, il n'a pas perdu espoir sur cette mission. Le ministre a indiqué que les efforts doivent être unis pour trouver une solution au conflit, que l'Arménie doit renoncer à sa politique agressive et que c'est dans ce contexte que la variante pacifique pourra être possible.

Le ministre a souligné l'importance d'appliquer les règles internationales en vigueur pour solutionner ce type de conflit, et il a donné comme exemple d'une telle approche le cas de plusieurs pays.

"Aussi, la même attitude doit être montrée à l'égard de l'Azerbaïdjan. Mais ce n'est pas le cas, et c'est regrettable," a-t-il précisé.

Il a souligné que l'Azerbaïdjan se préparait sérieusement pour libérer les territoires occupés, ajoutant que tous les Etats agiraient de même dans de telles circonstances.

"Personne ne peut blâmer l'Azerbaïdjan sur cette question," a-t-il souligné.

*

Avant de quitter Bakou, les coprésidents ont déclaré : "Le temps est venu pour une action décisive au nom de la paix pour résoudre le conflit du Haut-Karabakh".

Les coprésidents pensent qu'il y a eu un mouvement positif à la suite des travaux effectués depuis le Sommet d'Astrakhan en Octobre 2010. Dans ce contexte, ils ont exhorté les parties à faire de nouveaux progrès pour permettre au processus de paix de passer à sa prochaine phase.

Les coprésidents se sont engagés à soutenir les côtés pour les aider à prendre les décisions nécessaires afin de parvenir à un règlement pacifique. Pour promouvoir un climat propice à la paix, les coprésidents ont de nouveau exhorté les parties à faire preuve de retenue à la fois sur le terrain et dans leurs déclarations publiques.

*

Extrait de News.az



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More