A la Une

mercredi 16 mars 2011

L'Or des Arméniens spolié par la Turquie

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Le dossier des Réparations est volumineux. Seule la partie qui incombe aux pays qui étaient dans l'empire ottoman, à savoir les grandes puissances de l'époque et/ou les pays colonisateurs, peut à ce jour faire l'objet d'une plainte devant les tribunaux. Ce qui fut le cas les procès contre les entreprises d'Assurance New-York Life, AXA, voire la Deutsch Bank.

Malheureusement 99% de ce dossier concerne l'Etat turc, successeur de l'empire ottoman, auteur du génocide des Arméniens, génocide nié farouchement par tous les dirigeants, passés et actuels, de la République turque.

Une quelconque Réparation ne peut se faire qu'après la reconnaissance par Ankara de ce crime contre l'humanité.

***

Poursuite judiciaire contre la Réserve fédérale américaine

*

Le Centre de la Mémoire Arménienne (CAR) de Glendale, Association à but non lucratif, poursuit la Réserve Fédérale Américaine depuis le 4 Mars, en vue d'avoir des informations sur l'acquisition d'une grande quantité d'Or appartenant aux Arméniens, pillé par le gouvernement ottoman en 1915.
Or_maxi

La plainte a été déposée conformément au premier amendement sur la Liberté d'information. L'Or, initialement évalué à cinq millions Or de livres turques (environ 22 millions de dollars), est maintenant estimé à plusieurs centaines de millions de dollars. Le Conseil des Gouverneurs du Système Fédéral de Réserve et de la Réserve Fédérale de New York, ont récemment fait valoir qu'ils n'ont pas d'Or arménien en leur possession.

L'enquête

Il n'a pas été facile de retracer les circonstances dans lesquelles l'Or arménien a été transféré d'Istanbul aux États-Unis il y a près d'un siècle. Les résultats de nos investigations sont résumés ci-dessous :

Le gouvernement ottoman avait saisi les objets de valeur déposés sur des comptes bancaires et/ou dans des coffres-forts, en Or ou pas, appartenant aux Arméniens déportés et massacrés lors du génocide de 1915. La Commission de Liquidation ottomane a utilisé un ensemble complexe de transferts bancaires pour effacer les traces de ce ‘prix du sang'. Le Trésor turc a placé d'abord l'Or pillé aux Arméniens à la Deutsche Bank d'Istanbul. En 1916, il a été transféré à la Bleichroeder Banque de Vienne, et de là à Berlin, à la Reich Bank (la Banque Centrale allemande), sur le compte de la dette publique ottomane.

À la fin de la Première Guerre mondiale, lorsque les puissances alliées ont exigé des réparations à l'Allemagne et à son allié turc ottoman, les autorités allemandes qui n'avaient d'autres choix que de se conformer à cette demande, ont cédé aux Alliés l'Or arménien détenu par la Reich Bank. C'est ainsi que l'Or volé aux Arméniens, a été transféré à la France et à la Grande-Bretagne en 1921.

Un document britannique de l'époque confirme l'identité du véritable propriétaire de cet Or. Le 26 Septembre 1924, les dirigeants des deux principaux partis d'opposition de Grande-Bretagne, le chef du Parti Libéral et ex-Premier ministre, H.H. Asquith, et le chef du Parti Conservateur et futur premier ministre, Stanley Baldwin, ont envoyé un mémorandum au Premier ministre, MacDonald Ramsey, pour plaider une aide britannique aux Arméniens vu leur soutien à la cause des Alliés et la grande souffrance qu'ils ont enduré pendant la Première Guerre mondiale. Les deux dirigeants britanniques ont fait valoir que "la somme de 5 millions Or de livres turques, déposée par le gouvernement turc à Berlin en 1916, et repris par les Alliés après l'Armistice, était en grande partie, voire entièrement, de l'argent arménien. Après la déportation forcée des Arméniens en 1915, leurs comptes bancaires, courants et de dépôt, ont été transférés par décret au Trésor public à Constantinople. Ce fait a permis aux Turcs d'envoyer cinq millions de livres sterling à la Reich Bank à Berlin, en échange d'une nouvelle émission de billets."

Par la suite, au lieu de restituer cet Or à ses vrais propriétaires, l'Angleterre et la France l'ont utilisé pour payer le Gouvernement des Etats-Unis, par l'intermédiaire de la Banque JP Morgan de Paris, en échange de certificats du Trésor américain.

Le 29 Janvier 1925, le sénateur William H. King a présenté une Résolution (SR319) à la Commission sénatoriale des Affaires étrangères, exigeant que l'Or volé soit "mis de côté en fiducie" pour les Arméniens. La résolution déclarait en substance : « Le gouvernement turc a arbitrairement saisi et transféré vers le Trésor turc tous les comptes bancaires, courants et de dépôts, appartenant à des Arméniens, d'un montant de 5 millions Or de livres turques, (22.450.000 $), puis cet Or a été déposé par le gouvernement turc à la Reich Bank à Berlin (…). L'Or arménien déposé à la Reich Bank à Berlin, conformément à l'article 259 du Traité de Versailles a été transféré et remis aux alliés, dont États-Unis (…). En équité et de droit cette somme appartient aux Arméniens, soit les survivants eux-mêmes, soit à leurs représentants légaux (…). En conséquence, le dépôt devra être annulé en fiducie et par la suite les sommes devront être versées aux propriétaires légitimes ou à leurs représentants légaux (…). »

*

Cet Or représente seulement une petite partie des milliards de dollars d'actifs volés aux Arméniens par la Turquie et par quelques autres pays, pendant et après le génocide arménien. La restitution de tous les biens pillés aux Arméniens, où qu'ils soient, devrait être l'une des priorités les plus importantes pour ceux qui demandent justice pour les crimes horribles commis contre la nation arménienne.

**

Harout Sassounian - Le Courrier de Californie



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More