A la Une

samedi 2 juillet 2011

L'ONU examine le cas des réfugiés au Sud-Caucase

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Le projet de résolutionde la Géorgie, tout comme ceux de l'Azerbaïdjan, est directement lié à la sécession des régions autonomes : Abkhazie et Ossétie du Sud pour la Géorgie, Haut-Karabakh pour l'Azerbaïdjan.

Si pour la Géorgie, le conflit s'est soldé par une guerre éclair russo-géorgienne à l'été 2008 avec pour conséquence l'indépendance, reconnue par Moscou, de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, dans le cas du Haut-Karabakh aucun pays à ce jour n'a reconnu la République du Haut-Karabakh.

Mais à l'inverse du cas géorgien, le groupe de Minsk de l'OSCE pilote les négociations de paix entre Erevan et Bakou, avec comme seul résultat, non négligeable, que Bakou n'a pas repris les hostilités. Pour l'Arménie, c'est dans le cadre d'un accord signé sous l'égide des médiateurs internationaux que seront décidés les modalités de la paix, et notamment le traitement des réfugiés et des personnes déplacées.

Il est donc logique que l'Arménie ne vote pas une telle résolution, car cela reviendrait à plaquer dans une autre étape cette solution au conflit du Karabakh. C'est ‘mettre la charrue avant les bœufs' alors que les négociations de paix sont en cours.

***

*

L'Arménie a voté contre le projet présenté par la Georgia sur les réfugiés et les personnes déplacées d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. L'Azerbaïdjan a de son côté déposé un projet de résolution sur le Haut-Karabakh sur l'agenda de l'ONU. Commentant sur les enjeux, le Représentant permanent à l'ONU de l'Arménie, Karen Nazarian, a déclaré :


JPEG - 27.9 ko

Karen-Nazarian2_medium


"La résolution sur les ‘conflits prolongés' dans la région du groupe GUAM et leurs incidences sur la paix internationale, la sécurité et le développement et la situation dans les ‘territoires de l'Azerbaïdjan' ont été mis sur l'agenda de l'ONU en 2006. L'Arménie et d'autres pays membres de l'ONU étaient contre l'inscription de ces questions dans l'ordre du jour dès le début."

"Les processus de négociation sont en cours dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE, et l'inclusion de ces questions dans l'ordre du jour de l'Assemblée générale ne peut en aucune façon promouvoir le processus. Au contraire, il ne pourra qu'entraver les négociations entre les parties et les médiateurs."

"En outre, ces deux questions ne peuvent pas être considérées comme urgentes pour l'ONU du point de vue de la paix et la sécurité internationales dans le contexte des cas critiques et les problèmes qui existent dans différents points du monde et qui sont régulièrement examinés par les différents organes de l'ONU, dont l'Assemblée générale, le Conseil de Sécurité et la Cour Internationale de Justice."

"C'est une autre question avec l'Azerbaïdjan qui, avec ses déclarations belliqueuses sur la reprise de la guerre et de l'agression et ses actes provocateurs, essaie de créer une image de menace pour la sécurité du Sud-Caucase, mettant ainsi en danger les efforts de médiation des coprésidents du Groupe de Minsk."

"Nous sommes contre les résolutions. C'est pourquoi, hier l'Arménie a voté contre la résolution sur les réfugiés et les personnes déplacées d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud, proposée par la Géorgie."

**

Radio Publique d'Arménie



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More