A la Une

mardi 29 janvier 2013

Turquie : Des Arméniens agressés



 

***

 

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Décidemment il est difficile pour certains de chasser le naturel, c’est le cas des nationalistes turcs ou de leur émanation, les Loups gris. Tuer des opposants à l’Etat turc ou plus simplement des ‘giaours’, Arméniens de préférence, est passé dans leurs gènes. Quand de surcroit ces individus sont de connivences avec des Services étatiques, voire des forces de l’ordre, pourquoi se retenir ?

 

A qui profite le crime ? Certainement pas à la communauté arménienne de Turquie dont les seules activités portent exclusivement sur l’église et sur le Culturel, le tout bien évidemment,
encadré et piloté par les représentants du gouvernement turc, quelle que soit sa couleur. Et encore, si le Traité de Lausanne ne leur imposait un minimum envers ses minorités, il y a bien longtemps que les dites minorités auraient disparu. Quant aux Kurdes, n’étant pas une ‘minorité’ puisque Turcs, ils n’ont pas droit aux mêmes ‘faveurs’ que les Arméniens. De là à croire que leur sort est enviable serait une colossale erreur. Le gouvernement en a fait officiellement sa tête de Turc, leur accolant l’étiquette ‘terroristes’, terme allègrement adopté par l’Occident.

 

Donc, les Arméniens ont le droit de … se taire ou de … se taire. Et gare aux écarts (Cf. Hrant Dink). Pour peu qu’ils critiquent leurs compatriotes diasporiques sur leur combat pour la reconnaissance du génocide, Ankara leur octroie quelques miettes, comme rénover l’église Sainte Croix d’Akhtamar en la transformant en Musée, ou leur restituer un bien religieux, utilisé pendant des décennies comme étable, entrepôt, ou dépotoir.

 

D’ici deux ans : 24 Avril 2015. Il n’est pas question qu’en plus des diverses manifestations monstres diasporiques à travers le monde, la communauté arménienne de Turquie élève la voix ou fasse quoi que ce soit de répréhensible. Aussi, la pression est mise sur elle par des moyens détournés en s’appuyant sur les nationalistes de tous poils, religieux ou laïcs, militaires ou civils. Aux yeux de la communauté internationale, cela doit passer pour des actes commis par des individus isolés, des malfrats, ou des accidents involontaires.

 

Explications que les Occidentaux avalent telles qu’elles. Pourquoi vexer cette grande démocratie-musulmane, alors qu’on ferme les yeux sur le Qatar et l’Arabie Saoudite qui financent les islamistes et appliquent la Charia à la lettre ?

 

 

***

 

Traductions –revue de presse

 

***

 

 

Début décembre une femme arménienne a été attaquée et volée, quelques mois auparavant, une autre avait été agressée par un chauffeur de taxi qu’il l’avait traitée «d’infidèle» (giaour). Le 6 janvier, trois individus ont tenté de kidnapper une arménienne âgée, sans y parvenir. Le 10 Janvier, c’est le professeur Ilker Shahin, enseignant à l’école arménienne "Aramian" d’Istanbul, qui a été retrouvé la gorge tranchée dans sa maison. Les 22 et 23 janvier, deux vieilles femmes arméniennes
 


 

***

 

Libre opinion

 

Périodiquement, Istanbul se transforme en une ville extrêmement dangereuse pour les Arméniens. Cela ne veut pas dire qu'elle a été sûre autrefois, parfois les Arméniens ont du faire face à des temps encore plus durs. Les massacres de 1955 qui ont touché les Arméniens, les Juifs et surtout les Grecs, avaient été méticuleusement planifiés au sein de la politique nationale turque.

 

Les massacres de la population chrétienne de l'Empire ottoman et de son successeur la Turquie, font partie intégrante de la politique intérieure du pays. Actuellement, 98% des istanbuliotes

 


 

***

 

Déclaration de l'OSCE

 

Lundi, les coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE (les ambassadeurs Igor Popov de la Fédération de Russie, Jacques Faure de la France et Ian Kelly, des Etats-Unis) se sont réunis avec les ministres des Affaires étrangères de l'Azerbaïdjan, Elmar Mammadyarov et de l'Arménie, Edouard Nalbandian. Participait également à la réunion le représentant personnel du Président en exercice de l'OSCE, l'Ambassadeur Andrzej Kasprzyk.

 

Les coprésidents ont poursuivi les

 


 

***

 **

 

Extrait de PanArmenian et de News.am
 


 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More