A la Une

mercredi 6 mars 2013

Edouard Nalbandian à Vienne



 

***

 

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

La haine anti-arménienne de l’Azerbaïdjan, à l’instar de son leader, n’a plus de limites, ou plus exactement n’a plus de frontière. En son temps, le dénommé Ramil Safarov, officier dans l’armée du potentat local, avait ouvert la voie en massacrant à la hache et dans son sommeil, un officier arménien qui suivait le même stage que lui à l’OTAN. Ilham Aliev l’a accueilli avec les honneurs et l’a élevé au grade supérieur.

 

Le chemin était montré, tout ‘bon’ azéri qui se respecte, parallèlement aux menées diplomatico-économiques,  se doit de

tancer les Arméniens où qu’ils se trouvent. Ainsi un couple d’Azerbaidjanais s’est permis d’interrompre la minute de silence à la mémoire des victimes de Soumgait lors de la cérémonie du souvenir dans l’enceinte de l’Assemblée nationale française. Et par un ‘très heureux hasard’ l'ambassadeur d'Azerbaïdjan en France, Elchin Amirbayov, s'est trouvé sur place quelques minutes après l’incident pour réclamer que "les agresseurs" [arméniens] soient "rapidement identifiés et traduits en justice". (Cf. article du Monde)

 

Dans le même état d’esprit et peu de temps avant, toujours en France, une française d’origine turque a poursuivi en justice l’ex-directeur de France-Arménie pour avoir été qualifiée de négationniste, dans un éditorial satyrique publié sur Internet. Que pensez-vous qu’il arriva, c’est le journaliste qui en pâtit. (Cf. le communiqué de presse). La justice française a mis en avant la liberté d’expression, ainsi que l’honneur et la considération de la plaignante, sans tenir aucun compte du fond du problème, c'est-à-dire du génocide arménien. On se souvient qu’il y a un an, la loi adoptée par le parlement pénalisant la négation des génocides a été retoquée par le Conseil Constitutionnel pour le même motif.

 

Que voilà une brèche intéressante dans laquelle peuvent s’engouffrer tous les détracteurs des Arméniens. Au nom de la liberté, on peut tout se permettre y compris dénigrer la mémoire des victimes arméniens, morts il y a un siècle de la sauvagerie ottomane ou il y a vingt-cinq ans de la folie meurtrière azérie.

 

Si un grand nombre de Français, récents ou pas, connaissent leurs droits, seul un petit nombre connaît ses devoirs.

 

 

***

 

Traductions –revue de presse

 

***

 

Le 5ème Forum mondial de l'Alliance des civilisations des Nations Unies a débuté mercredi à Vienne. Le ministre des Affaires étrangères arménien, Edouard Nalbandian, participait à l’événement qui réunissait les délégations de 136 pays et organisations internationales.

 

Il a indiqué dans son discours que
 


 

***

 

Le coin des experts

 

"Un rapport devrait être exigé de la communauté internationale, reconnaissant le droit à l'autodétermination de la République du Haut-Karabakh (RHK)," a déclaré le professeur Aleksander Manassian de l'Université d'Etat d'Erevan, docteur en philosophie et politologue.

 

"Nous n'avons pas fait assez attention à notre mentalité. Pourquoi avons-nous
 
 
 
Suite

 

***

 **

 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian  et de News.am

 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More