A la Une

mercredi 19 juin 2013

Le Haut-Karabakh tisse de plus en plus de liens


 

 

***

 

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Elle a beau être reconnue par personne, la République du Haut-Karabakh (Artsakh) poursuit son développement malgré les vociférations et les menaces de l’Azerbaïdjan.  Certes tout n’est pas rose, loin de là, mais tout visiteur se rendant sur place à intervalles réguliers peut constater l’évolution permanente tant sur le plan de la démocratie que des infrastructures ; le financement extérieur provenant aussi bien des Etats-Unis, de l’Union européenne que de la diaspora arménienne.

 

Aussi étrange que cela puisse paraître, le meilleur agent publicitaire pour


mettre en avant la RHK reste … l’Azerbaïdjan. Les actions menées par Bakou pour casser l’image du Karabakh, se retournent contre lui : Que ce soit par les menaces militaires ou les actes incongrus (cas Ramil Safarov) du potentat Ilham Aliev – en contradiction avec les principes de base des médiateurs, que ce soit par les propos haineux de sa (basse) cour, que ce soit par le comportement de ses représentants auprès des organismes internationaux, ou plus choquant encore par la mise à prix de l’oreille d’un intellectuel azéri pro-arménien, Akram Aylisli !

 

Quand les militaires et surtout les snipers azéris passent leurs temps à se défouler sur les populations arméniennes, civiles et/ou militaires, aussi bien sur la frontière avec l’Arménie que sur la ligne de contact avec l’Artsakh, la RHK crée des groupes d’amitié avec nombre de pays et pas forcément des moindres. Alors que les ouailles du calife de Bakou détruisent méthodiquement les milliers de Khatchkars d’un cimetière arménien datant du moyen âge, les Arméniens du Karabakh retapent la mosquée de Chouchi, le tout sous le regard indifférent de l’UNESCO, anesthésié par les millions de pétrodollars azéris.

 

Le travail des organisations internationales et plus spécialement du groupe de Minsk de l’OSCE consiste à rapprocher les points de vue des belligérants et pour cela c’est la diplomatie qui prime, quitte à avaler des couleuvres et faire semblant. Car il est clair, et cela depuis belle lurette, que ni les Etats-Unis ni l’UE ne tiennent à se mettre l’Azerbaïdjan à dos, un Azerbaïdjan qui en plus de fournir gaz et pétrole, multiplie les actes de mécénats vis-à-vis de l’Occident. Reste la Russie, grand maître de cérémonies dans la région, jouant au chat et à la souris avec les uns et jetant un os à ronger aux autres, du moins pour qui se montre conciliant.

 

Une chose est sûre, l’Artsakh va poursuivre sa route vers un avenir meilleur. Une route qui ne rejoindra plus jamais celle de Bakou.

 

 

***

 

Traductions –revue de presse

 

***

 

Le 12 Juin, le ministre des Affaires étrangères de la République du Haut-Karabakh (République d'Artsakh), Karen Mirzoyan, qui était en visite en France, a rencontré les membres du Cercle de l'Amitié France-Artsakh. ils ont abordé les perspectives et les possibilités de coopération entre la France et l'Artsakh dans les domaines politique, éducatif et culturel.

 

Les députés participant à la réunion ont

 


 


***




Déclaration des pays coprésidents du groupe de Minsk

 

Les Présidents des États-Unis, de la Russie et de la France - Barack Obama, Vladimir Poutine et François Hollande - qui coprésident le Groupe de Minsk de l'OSCE, ont publié mardi à l’issue de la Réunion du G8 une déclaration conjointe concernant la résolution du conflit du Haut-Karabakh :

 

«Nous, les présidents des pays coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE - France, Fédération de Russie et États-Unis d'Amérique - restons déterminés à aider les parties du conflit du Haut-Karabakh pour parvenir à un règlement durable et pacifique. Nous regrettons profondément que, plutôt que d'essayer de trouver une solution basée sur des intérêts mutuels, les parties ont continué à

 





***




 

Relations Arménie-Vatican

 

Le premier ambassadeur d'Arménie permanent auprès du Saint-Siège, Mikael Minassian, a présenté ses lettres de créance au pape François.

 

L’entretien a porté sur les liens historiques entre l'Arménie et le Saint-Siège, relatif au
 


 

***

 

Turquie-Azerbaïdjan même combat

 

À Bakou, Les ministres des Affaires étrangères azerbaïdjanais et turc ont discuté de la situation au Moyen-Orient, du Sud-Caucase, et notamment du règlement du conflit du Karabakh.

 


 

***

 

L’Iran et le conflit du Karabakh

 

"L’Iran espère que le conflit du Haut-Karabakh sera résolu pacifiquement. Le meilleur moyen de résolution est le dialogue," a déclaré l'ambassadeur Mohammad Raiesi.

 

Téhéran est opposé à toute action militaire. La partie iranienne est prête à aider au règlement du conflit, si l'Arménie et l'Azerbaïdjan en expriment le désir. L’Iran s’est dit prêt

 


 

***

 

Rapport du Global Peace Index

 

Le rapport 2013 du Global Peace Index  est sorti, donnant un aperçu de la paix dans le monde. Le GPI, produit par l'Institut d'économie et de la paix, est le premier outil mesurant la paix global à travers le monde. Il évalue les conflits nationaux et internationaux en cours, la sureté et la sécurité dans la société, ainsi que

 




***

 

Turquie : Des vérités premières à ne pas oublier

 

Lettre ouverte d'un arménien stambouliote, Stephan Pechdimaldji, intitulé «Dissidence en Turquie" a été publiée par le Comité National Arménien d'Amérique (ANCA). La lettre a été reprise par The New York Times.

 

"Les récents événements en Turquie ne doivent pas surprendre les observateurs occidentaux qui

 


 

***

 

OSCE

 

Le Président en exercice de l'OSCE, à savoir le ministre des Affaires étrangères de l'Ukraine, Leonid Kozhara, s’est rendu dans le Sud-Caucase. Les 17 et 18 juin il est en Azerbaïdjan, en Géorgie les 18-19 et en Arménie les 19-20.

 

Leonid Kozhara rencontrera

 


 

***

 

Le coin des experts

 

"Les émeutes de Turquie indiquent que la vie politique du pays est entrée de façon irréversible dans une nouvelle étape. Cette étape aura de lourdes conséquences. Le mouvement d'occupation de la place Taksim a été une bonne leçon pour le dirigeant du Parti Justice et Développement (AKP) – Recep Erdogan, poussant les autorités à tenir compte de l'opinion publique," a déclaré

 


 

***

 **

 

 

Extrait de Radiolour et de PanArmenian 
 

 
 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More