A la Une

mercredi 20 août 2014

L'après rencontre Sarkissian-Aliev


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

Et la montagne accoucha d'une souris … ou si vous préférez la pub d'un soda célèbre: "What did you expect ?".

On aurait pu croire qu'avec la présence de Poutine la rencontre allait déboucher sur un résultat plus tangible que les banalités habituelles. Toutefois, un début de commencement d'un préaccord était irréaliste tant le fossé est immense entre les présidents arménien et azerbaidjanais, même si la majorité de la population des deux pays aimerait bien que la paix revienne.

La seule concession d'Aliev à l'issue de la réunion a été de baisser sensiblement la tension sur la ligne de front, les violations du cessez-le-feu passant de plusieurs centaines par jour à quelques dizaines et donc à moins de victimes des deux côtés. Mais pas question de renforcer les observateurs de l'OSCE sur la ligne de front. Il est à craindre qu'avec le potentat azéri les bonnes résolutions ne durent pas très longtemps.

Quant à l'Arménie, elle ne lâchera rien, sous-entendu des districts de la ceinture de sécurité entourant l'Artsakh, si en face l'Azerbaïdjan ne cède sur rien. Comme il a été dit à plusieurs reprises, faire

passer le Haut-Karabakh d'une autonomie classique à une très grande autonomie – seule proposition d'Ilham Aliev, signifierait pour les Karabakhis, retourner sous administration azérie, ce qui est totalement exclue. Il est vrai aussi que perdre le Haut-Karabakh signifierait pour le clan Aliev non seulement perdre la face mais également le pouvoir et les richesses associées. L'ennui, c'est qu'à vouloir tout gagner, on finit par tout perdre.

Si l'Occident, et plus particulièrement l'UE, ne peut pas grand-chose sur le plan politique, économiquement il n'exerce aucune pression, au contraire le commerce, y compris d'armement, se porte très bien avec Bakou, d'autant que le clan Aliev sait se montrer très généreux avec ceux qui le soutiennent.

Quant au sieur Poutine vendre des armes offensives aux belligérants ne le gêne pas outre mesure, sous réserve qu'une seconde poudrière ne se crée pas à ses frontières. Mais tirer les ficelles de ses ex-RSS, il sait faire.
 

***

Traductions – revue de presse

***

L'après Sotchi

"L'Arménie et l'Azerbaïdjan ont la volonté affirmée de résoudre pacifiquement le conflit du Haut-Karabakh. Je déclare avec plaisir que le président de l'Azerbaïdjan a souligné la nécessité de résoudre le problème pacifiquement, et vous [président arménien] avez dit de même tout à l'heure. C'est de la plus haute importance, car il n'y a pas de plus grande tragédie que la mort de personnes. Toute situation peut être résolue que s'il y a de la bonne volonté. Il me semble, que le peuple azéri et le peuple arménien ont une telle bonne volonté," a déclaré le président Vladimir Poutine lors de la réunion avec les présidents de ces pays.

Le président russe a également déclaré que
 

***

Brève de Turquie

Le Président turc nouvellement élu, Recep Tayyip Erdogan, effectuera sa première visite en Azerbaïdjan.

Il compte également se rendre en République Turque de Chypre du Nord.


***

Etats-Unis

Le Département d'Etat américain a publié une déclaration exprimant sa profonde préoccupation suite à la mort de Karen Pétrossian, un habitant du village de Chinari de la province arménienne de Tavouch, fait prisonnier par les Azéris.

Le Département d'État a appelé l'Azerbaïdjan à réaliser une enquête approfondie sur la mort en captivité et à faire connaître les résultats. Il a exhorté également les parties à


***

Le coin des experts et des observateurs

Karen Bekarian

"En augmentant la tension sur la ligne de contact entre le Haut-Karabakh et l'Azerbaïdjan, Bakou s'est efforcé de créer une situation permettant à Ilham Aliev d'être plus exigeant et de lancer des ultimatums. Toutes les tentatives de l'Azerbaïdjan ont échoué face à la neutralisation systématique par les forces armées arméniennes, vu que leur plan était clair comme de l'eau de roche," a déclaré le président de l'ONG "Intégration européenne", Karen Bekarian.

Selon le politologue, "les coprésidents du Groupe de Minsk ont



***
 **

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.az et de Today.az

 


 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More