A la Une

samedi 15 novembre 2014

Le clan Aliev franchit un pas supplémentaire



***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires


Pourquoi s’arrêter en si bon chemin, si la réaction n’est que verbale ? Quoi que fassent les dirigeants azéris, les Occidentaux ne lèvent pas le petit doigt, tout au plus jettent-ils un blâme général renvoyant dos à dos les Arméniens et les Azerbaidjanais, et qui se résume par cette idée laconique : «faites la paix, pas la guerre». Mais faire pression sur l’empêcheur de tourner en rond, que nenni !

Tout comme l’Oncle Picsou, le potentat azéri trône sur son tas de pétrodollars distribuant ses largesses à hue et à dia, du moment que l’on ferme les yeux sur ses errements. Prêcher les bons sentiments à un tel individu revient à donner des coups d’épée dans l’eau, et si en plus on lui fait des courbettes en l’accueillant avec les honneurs et en commerçant avec lui, pourquoi voulez-vous que celui-ci change de comportement. Au contraire, il va augmenter la pression, multiplier les violations et commettre des dérapages.

Bis Repetita. Rappelez-vous les suites du sauvage assassinat à la hache de l’officier arménien Kourken Margarian dans son sommeil par le lieutenant azéri Ramil Safarov. L’officier meurtrier a été gracié par Ilham Aliev et réintégré dans l’armée avec les honneurs et une augmentation de sa solde. Eh bien l’officier qui a ordonné le tir ainsi que le soldat qui a tiré la rocket (RPG) pour abattre l’hélicoptère arménien non armé ont été décoré de la médaille du troisième degré pour "service militaire distingué".

Et dire que l’on considère ce dictateur comme un homme civilisé au point de lui confier la présidence du Comité des ministres du Conseil de l’Europe ! Sans doute aussi qu’il a fait abattre un hélicoptère arménien en guise de pot de départ (13 novembre 2014).

On se demande où se trouve la ligne jaune à partir de laquelle on considérera que palabrer avec les caciques azéris ne mène qu’à une impasse, tout comme discuter avec les dirigeants turcs du génocide arménien.

Quand Poutine s’en prend à l’Ukraine, les Occidentaux considèrent qu’il s’en prend à l’Europe et agissent en conséquence. Quand Ankara ferme sa frontière avec l’Arménie et que Bakou viole en permanence le cessez-le-feu avec sa voisine, les Occidentaux ne considèrent pas qu’ils s’en prennent à l’Europe ; Alors que l’Ukraine et l’Arménie font tout deux partie de la politique européenne de voisinage. Ce que l’on passe volontiers à Aliev ou à Erdogan, on le sanctionne à Poutine ; mettant indirectement au passage Erevan en difficulté.

Deux poids, deux mesures.


***

Traductions – revue de presse

***

Haut-Karabakh

Un hélicoptère Mi-24 appartenant aux Forces armées de la République du Haut-Karabakh a été abattu par un tir azerbaïdjanais lors d’un vol d'entraînement dans la partie orientale de la ligne de contact, cet acte délibéré a entrainé la mort des trois membres de l’équipage.


Arménie
OSCE
Union européenne 
OTAN
OTSC
Russie
Etats-Unis
Grande-Bretagne
France
EuFoA
 
***

Relations Arménie-France


L'ambassadeur Jean-François Charpentier a présenté ses lettres de créance au Président Serge Sarkissian.

Le président a félicité l'Ambassadeur pour sa nomination et a exprimé l'espoir qu'il fera de son mieux pour remplir sa mission diplomatique au profit des deux pays et peuples amis.

Il a exprimé sa satisfaction sur le fait que, année après année, la relation spéciale entre l'Arménie et la France a été encore renforcée et approfondie. Cette relation multidimensionnelle et de proximité se manifeste à travers un dialogue politique actif, de solides relations interétatiques, d’un modèle de coopération décentralisée, de l'intensification des relations économiques et grâce à


***

Relations Arménie-UE

Le 11 Novembre, le ministre des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a eu un déjeuner de travail avec les ambassadeurs des Etats membres de l'UE et le chef de la délégation de l'Union européenne en Arménie.

Un certain nombre de questions régionales et internationales d'urgence étaient sur l'ordre du jour de la réunion.

A la lumière du sommet de Paris entre les présidents de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan, le ministre a informé ses hôtes des efforts conjoints de l'Arménie et des États coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE en vue
 
Suite 

***

Turquie

«La Turquie doit développer une stratégie pour contrer la pression pour qualifier les massacres des Arméniens lors de la Première Guerre mondiale comme génocide, en vue du 100e anniversaire des massacres,» a déclaré lundi l’ex-ambassadeur et actuel directeur général de la planification des politiques du ministère turc des Affaires étrangères, Altay Cengizer.

«Cet anniversaire est comme un ‘tir de pénalité’ que certains voient comme une chance de régler le problème. Le plus grand cauchemar pour la Turquie serait que les Etats-Unis reconnaissent les massacres et les déportations comme un génocide. Nous contestons le fait que ce soit une ‘pénalité’. Mais ils auront
 
Suite 

***

Euronest

«La délégation de l'Azerbaïdjan s’était trouvée elle-même dans une position délicate à la réunion de l'Assemblée parlementaire d’Euronest, car elle a présenté un rapport qui avait pratiquement rien à voir avec l'Azerbaïdjan,» a déclaré le chef de la délégation de l'Assemblée nationale arménienne à Euronest (EU-Neighbourhood East), Artak Zakarian, qui est également président de la Commission des relations étrangères de l’A.n.

Les Azerbaïdjanais, comme d'habitude, ont tenté de lier toute question dynamique au conflit du Haut-Karabakh et ont présenté leur position sur cette question. Toutefois, les parlementaires européens avaient appelé à ne pas surcharger l’ordre du jour de la session avec d'autres questions.

Le député arménien a également informé qu’Euronest a de nouveaux députés avec lesquels un travail est à faire.

"Les députés européens n’ont pas toujours une image correcte du problème du Karabakh, et ils demandent très souvent à organiser des visites en République du Haut-Karabakh [Artsakh]. Aussi, nous avons invité tout le monde en Arménie et au Haut-Karabakh, car ils considèrent cette visite très importante.

Dans ce contexte, la formation du groupe parlementaire UE-Artsakh au Parlement européen prend toute son importance.

L’Assemblée parlementaire d’Euronest ne doit pas devenir une plate-forme pour discuter des problèmes personnels,» a souligné le député.
 
***

Iran

«L'Iran soutient l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan,» a déclaré le ministre iranien des Communications et des Technologies de l'Information Mahmoud Vaezi à Bakou. Il a souligné l'importance du retour des réfugiés et des personnes déplacées sur leurs terres.

Elmar Mammadyarov a déclaré pour sa part que l'agression arménienne contre l'Azerbaïdjan était la principale menace pour le développement de la région. Il a souligné que l'Arménie doit d'abord retirer ses troupes des territoires occupés de l'Azerbaïdjan pour un règlement du conflit.

***

Le coin des experts

Thomas de Waal, analyste senior au ‘Carnegie Endowment for International Peace’, a déclaré :

«Une vidéo prise depuis le côté azerbaïdjanais montre un missile tiré et l'un des deux hélicoptères tomber en flammes sous les cris d'excitation des soldats azerbaïdjanais.

Il n'y a aucune logique militaire à cette attaque. Un commandant local peut être responsable de tirs d'armes légères, mais l'utilisation d'armes lourdes déprend d’une décision de politiciens haut placés. L'Azerbaïdjan verse des centaines de millions de dollars de recettes pétrolières et gazières dans l'achat d'armes lourdes.

Pendant ce temps, la présence internationale est juste comme
 
Suite


***

 **
 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am, de News.az et de Today.az


 

 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More