A la Une

dimanche 9 août 2015

Aliev ne dort que d’un œil


 

***

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

***

Croire que parce que c’est l’été, l’Azerbaïdjan va diminuer sa pression sur l’Arménie, serait une grave erreur.

Les jeux olympiques européens de Bakou (du 12 au 28 Juin) ont été une parenthèse dans l’agressivité atavique des dirigeants azerbaidjanais. Les TV du monde entier étaient là, ce n’était pas le moment de se faire remarquer par des discours anti-arméniens, belliqueux et revanchards. Par contre, maintenir la tension à la ligne de contact avec le Karabakh, loin des regards indiscrets, c’était plus aisé.

Dupuis la fin des jeux, l’armée azérie s’est rattrapée, avec des pointes de cent cinquante violations par jour, sans doute du au «manque» d’exercices sur les cibles arméniennes. Il y a fort à parier que le mois d’Août ressemble au précédent. Ainsi, pour la semaine qui vient de s’écouler, huit cents violations, représentants 14.000 tirs, ont été relevés.

Les contrôles hebdomadaires de la mission d’observation de l’OSCE, n’ont rien changé aux sales habitudes des militaires azéris. Pensez : 566km de frontière arméno-azérie, 220km de ligne de contact Artsakh-Azerbaïdjan, à contrôler avec une demi-douzaine de personnes à répartir de part et autre de la ligne de front. Bien évidemment, lors du contrôle la Mission ne constate aucune violation, vu que les parties sont prévenues plusieurs jours à l’avance du lieu et du moment du contrôle. Trouvez l’erreur ! On remarquera que de temps à autre, les Azéris ne conduisent pas les contrôleurs en première ligne, officiellement pour leur sécurité ; Mais rien à voir avec du matériel et des équipements qui ne devraient pas se trouver là où ils se trouvent.

Quant à la visite des coprésidents du groupe de Minsk de l’OSCE dans la région, hormis réentendre les mêmes arguments pour la nième fois, elle sert de prétexte au camarade İlham Heydər oğlu Əliyev à envenimer la situation sur la ligne de front, pour montrer son impatience et lui permettre par la même occasion de tester ses nouvelles acquisitions.

Depuis l’arrivée au pouvoir du potentat, le rôle essentiel pour ne pas dire exclusif des médiateurs, consiste à empêcher que le dictateur se lance dans une nouvelle guerre avec ses «jouets» achetés à coup de milliards.

Depuis les déboires de Moscou en Ukraine et la réaction des Occidentaux, Poutine, malgré sa présence à Erevan le 24 avril dernier et les accords militaires passés, semble distendre ses liens à l’égard de son allié dans le Sud-Caucase, l’Arménie. Il y a des signes avant-coureurs à cela : - De fréquents voyages aux Etats-Unis de hauts fonctionnaires et/ou de ministres arméniens ; - Washington commence à remplacer Moscou dans l’achat de biens étatiques arméniens ; - Moscou met des bâtons dans les roues quand Erevan essaie de trop s’approcher de l’Iran dans le domaine des infrastructures énergétiques ou de communications ; - Moscou tarde à la mise en œuvre effective de l’Union Economique Eurasienne, empêchant de ce fait que Erevan ait les coudées franches avec l’Union européenne ; - Enfin et malheureusement Erevan semble de moins en moins attrayant pour Moscou, préférant s’appuyer sur les Turcs, ottomans ou azéris, pour assurer sa géostratégie dans la région. 

Reste à l’Arménie à faire valoir les quelques atouts dont elle dispose.

 

***

Traductions – revue de presse

***

Azerbaïdjan

Le ministère des Affaires étrangères azerbaïdjanais a réagi à la visite du média allemand Deutsche Welle en République du Haut-Karabakh.

Selon son porte-parole Hikmet Hajiyev : "la vidéo est biaisée et partiale, et n'a rien à voir avec les principes d’un journalisme objectif, de plus la visite de l'équipe est illégale. Ce rapport qui prétend assurer la compréhension mutuelle entre les cultures et les peuples du monde entier, va au contraire ‘attiser les conflits ethniques et religieux’. Notre ambassade de Berlin

 
***

Artsakh

«La morbide réaction nerveuse de l'Azerbaïdjan aux événements de la vie réelle fait pitié. Ce n’est pas une réaction aux événements, mais la morbide perception de la réalité. Le processus d'intégration internationale du Haut-Karabakh est inévitable, et il est en cours,» a déclaré le porte-parole du Président de la République du Haut-Karabakh, David Babayan, commentant la réaction du ministère des Affaires étrangères azerbaïdjanais au document réalisé par Deutsche Welle.

«L’équipe de tournage est venue au Karabakh de son propre chef. Elle voulait présenter la vie au Karabakh dans ses vraies couleurs. Et peu importe les menaces de l'Azerbaïdjan, peu importe quelle notes ou SMS ils envoient, ils ne parviendront pas à déformer la vérité. Il est clair pour tout le monde que la RHK est un État viable, non encore été reconnu à la lumière des enjeux géopolitiques. Nous nous ne soucions pas de la réaction nerveuse de l'Azerbaïdjan. L’important est que la vérité atteigne la communauté internationale,» a-t-il ajouté.

***

Russie

Le Conseil de Coordination des organisations arméniennes de Russie a publié une déclaration soutenant le célèbre homme d'affaires russe German Sterligov, qui s’est récemment  installé au Haut-Karabagh avec sa femme et ses enfants.

«German, fils de Lvov, s’est établi à Chouchi. En réponse, les autorités de l'Azerbaïdjan voisin ont lancé un mandat international via INTERPOL contre M. Sterligov et l’ont placé sur leur liste noire.

Bakou, après sa défaite en 1994 dans la guerre imposée contre l’Artsakh, ressemble à un enfant plein de ressentiment qui, en aucun cas peut concilier avec l'expression de la volonté du peuple de l'Artsakh. La crainte de Bakou est que la vraie image de la situation au Karabakh soit connue dans le monde.

Le CCAR considère la politisation de la délocalisation de l'homme d'affaires russe German Sterligov, déplacée. M. Sterligov a répété que ce pays fait appel à lui.

Mais ce faisant, Bakou en lançant un mandat contre lui, reconnaît implicitement que le Haut-Karabakh est un territoire étranger."

*** 

Etats-Unis

Le président du Comité National Arménien d'Amérique (ANCA) a écrit à la commission d’éthique du Congrès concernant les agissements de l’Azerbaïdjan. Le président Kenneth Hachikian a adressé la lettre aux membres de la Commission Charles W. Dent et Linda T. Sanchez.

«Les conclusions du Bureau d’éthique du Congrès concernant le financement par l’Azerbaïdjan des membres du Congrès doivent être rendues publiques. La Commission ne doit pas
 
Suite

***

Relations Arménie-Nations Unies

Dans le cadre d'aide au développement (2016-2020) à l’Arménie, un accord d’un montant de 119 millions $ a été signé entre le Premier ministre arménien Hovik Abrahamian, le Coordonnateur résident des Nations Unies et le Représentant résident du PNUD pour l'Arménie, Bradley Busetto.

Hovik Abrahamian a indiqué que l'Arménie attachait une grande importance au programme de développement de l'ONU et allait le mettre en œuvre, une fois que les objectifs seront adoptés en Septembre prochain : "Cet accord marque également le début d'une nouvelle phase de la coopération entre l'Arménie et l'Organisation des Nations Unies. Le cadre d'assistance au développement des Nations Unies-Arménie (2016-2020) servira de référence de partenariat pour nous. Les sept axes principaux du programme ont été élaborés conjointement par le gouvernement arménien, l'équipe arménienne de l'ONU et la société civile. L'égalité des sexes, les droits de l’homme, l'amélioration des politiques, de la durabilité de l'environnement et de la gestion axée sur les résultats sont les cinq principales lignes de base pour le programme."

Bradley Busetto a indiqué que le projet décrit la coopération entre l'Arménie et l'Organisation des Nations Unies. "Le programme est un outil stratégique pour la planification de l'assistance de l'ONU, qui reconnaît les progrès accomplis par l'Arménie et cherche des solutions innovantes aux défis auxquels l'Arménie est confrontée".

*** 

Relations Arménie-Allemagne

Le nouvel ambassadeur d'Allemagne en Arménie, Bernhard Matthias Kiesler, a remis les copies de ses lettres de créance au ministre des Affaires étrangères arménien, Edouard Nalbandian.

Le ministre a exprimé l’espoir  que le nouvel Ambassadeur contribuera au renforcement et à l'approfondissement des relations entre l'Arménie et l’Allemagne.
 
Suite

***

Le coin des analystes et des observateurs

Arkadi Krikorian : Balayer préalablement devant sa porte

Naïra Hayroumian : Le chaos contrôlable

 

***
 **

 


Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am et de Lrakir


 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More