A la Une

mercredi 14 avril 2010

Washington : Arménie, Turquie et les rencontres bilatérales

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Si les questions restent toujours les mêmes, la manière de les traiter change suivant les interlocuteurs.

Après ces deux jours de rencontres bilatérales de part et d'autres des parties, arméniennes, turques et américaines, il ressort que le Président Sarkissian précise et/ou reconfirme sa position :

- Le génocide n'est pas sujet à discussion. La Commission d'historiens n'a plus de raison d'être. Pour la Turquie, elle devait qualifier les événements de 1915, pour l'Arménie, décortiquer le mécanisme génocidaire.

- Le tracé de la frontière arméno-turque, fermée depuis 16 ans par Ankara, n'est pas aussi clair qu'il n'y parait. L'arbitrage du président W.Wilson en 1920 n'a jamais été annulé et/ou abrogé.

- Il n'est pas question de lier le processus de négociations sur le Karabakh à la normalisation des relations arméno-turques.

De son côté, la Turquie ne démord pas d'un pouce sur sa pré-condition. Le pétrole et le gaz des frères azéris ont beaucoup plus d'importance que la modeste économie de l'Arménie. Et si l'on ajoute à cela l'épée de Damoclès que représente la reconnaissance du génocide et les réparations qu'elle implique, Ankara n'aucune envie de faire ami-ami avec un tel voisin.

Les seuls à espérer une avancée sont les Etats-Unis, pour des raisons géostratégiques.

S'il n'y avait pas la Russie, le pot de terre aurait du mal à résister aux pots de fer.

***

* Serge Sarkissian et Hillary Clinton


Hillary-Clinton-et-Serge1_m
Le président Serge Sarkissian a rencontré la Secrétaire d'Etat Hillary Clinton en marge du Sommet de Washington sur la Sécurité nucléaire. Les interlocuteurs ont abordé les perspectives de normalisation des relations entre l'Arménie et la Turquie.

H.Clinton a réitéré l'appel du président Barack Obama à poursuivre le processus d'établissement des relations, sans conditions préalables.

S.Sarkissian et H.Clinton ont discuté de questions liées aux relations bilatérales arméno-américaines, ainsi que du règlement du conflit du Karabakh dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE.

Le même jour, le Président Sarkissian a rencontré le député Adam Schiff. Au cours de la conversation Serge Sarkissian a exprimé sa gratitude pour les efforts de M. Schiff sur la voie de la reconnaissance du génocide arménien par le Congrès américain, ainsi que pour son soutien à l'Arménie et au Haut-Karabakh.

* Edouard Nalbandian et Sergueï Lavrov


Serguei-Lavrov-et-Serge1_me
Les ministres des Affaires étrangères de l'Arménie et la Russie, Edouard Nalbandian et Sergueï Lavrov, se sont rencontrés en marge du Sommet. La réunion a porté sur un certain nombre de questions de l'agenda bilatéral.

Les interlocuteurs ont discuté sur la coopération entre les deux pays dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE et ont échangé des vues sur la situation dans la région, et notamment sur le processus de règlement du conflit du Haut-Karabakh.

* Edouard Nalbandian et Ahmet Davutoglu


Ahmed-Davutoglu-et-Edouard1
Les ministres des Affaires étrangères arménien et turc, Edouard Nalbandian et Ahmet Davutoglu, ont eu un déjeuner de travail offert par le Secrétaire d'Etat Hillary Clinton en l'honneur de ministres des Affaires étrangères présents.

La conversation était axée sur la poursuite des débats d'hier entre le président Serge Sarkissian et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan.

* Serge Sarkissian et l'AAA


Serge-et-AAA_medium
Plus tôt dans la journée, Sarkissian a eu une réunion séparée avec les dirigeants de l'Assemblée Arménienne d'Amérique, l'autre grand groupe de lobby américain d'origine arménienne. L'AAA a été un bailleur de fonds clé de la diaspora sur sa ligne de conciliation sur la Turquie et en particulier, un grand soutien aux protocoles turco-arméniens signés en Octobre.

"Nous avons soutenu et continuerons à soutenir la réconciliation entre l'Arménie et la Turquie", a déclaré dans un communiqué l'AAA. Elle a en même temps accusé le gouvernement turc "de violer et de continuer à violer la lettre et l'esprit de ces documents."

* Serge Sarkissian et l'ANCA


Serge-et-FRA-USA_medium
La visite du Président Serge Sarkissian aux Etats-Unis s'est poursuivi. Le Président Sarkissian a eu une réunion avec les membres du Comité National Arménien d'Amérique.

Les questions liées à la préservation de l'identité nationale arménienne, aux relations Arménie-Diaspora et au rôle des structures de la diaspora dans le renforcement de ces relations, ont été abordées. Bien évidemment, l'état actuel de la normalisation des relations arméno-turques faisait partie des sujets ; indique le Bureau de presse présidentiel.

S.Sarkissian a parlé de "la phase actuelle" du processus de normalisation turco-arménien avec les dirigeants de la Fédération Révolutionnaire Arménienne (FRA) des États-Unis et de l'ANCA.

Viken Hovsepian, du Bureau de la FRA, s'était adressé à la presse arménienne "Armenian Weekly" avant la réunion, et avait exhorté le président à "revenir sur sa signature des protocoles Turquie-Arménie."

La FRA et plusieurs groupes de la communauté arméno-américaine avaient exprimé la même demande dans une lettre commune à Sarkissian, publiée avant son arrivée à Washington. "Nous espérons ... qu'à Washington, vous annoncerez que le processus entre l'Arménie et la Turquie qui a commencé avec la signature des protocoles, ne peut plus continuer en raison de la posture peu constructive et antagoniste de la Turquie."

* Erdogan et Obama


Erdogan-et-Obama6_medium
Le président américain Barack Obama a rencontré le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan à la Maison Blanche.

Avant la réunion le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait déclaré à CNN qu'il était confiant que le président américain n'utilisera pas le terme de ‘génocide' pour décrire les incidents de 1915.

"C'est mon attente, car à ce jour, aucun dirigeant américain n'a prononcé ce mot, et je crois que le président Obama ne le fera pas."

M. Erdogan avait déclaré que l'époque des massacres avait été une période de guerre et de révoltes, et il avait souligné que le peuple turc a également subi de terribles pertes pendant le conflit de 1914-18.

"Aucune nation, aucun peuple n'a le droit d'imposer à une autre nation ou au peuple la façon dont il se souvient de l'histoire - et la Turquie ne cherche pas à le faire," a-t-il ajouté.

La réunion, initialement prévue de 20 minutes, a duré 45 minutes. Le point principal a été processus de normalisation entre l'Arménie et la Turquie et plus particulièrement la feuille de route relative aux protocoles Arménie-Turquie ; rapporte le quotidien Hurriyet, se référant à une source diplomatique.

Obama s'est engagé à faire tout son possible pour réactiver les efforts du Groupe Minsk de l'OSCE et faire accélérer le règlement du conflit du Karabakh.

Ahmed Davutoglu et Hillary Clinton qui assistaient à la réunion, ont convenu de poursuivre les travaux sur le Caucase. Pour la première fois les ministres des Affaires étrangères ont abordé les questions techniques de la feuille de route, et notamment sur le conflit du Karabakh, pour faire coïncider la retraite simultanée des forces arméniennes des régions adjacentes du Haut-Karabakh et l'ouverture de la frontière.

Extraits de la Radio Publique d'Arménie et d'Armenialiberty



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More