A la Une

lundi 26 juillet 2010

Réactions arméniennes à l'annonce de la décision de la CIJ

***

Traduction Gérard Merdjanian – commentaires

La FEAJD a donné son point de vue dans sa déclaration du 23 juillet.

Comme indiqué par plusieurs observateurs et déclarations, il n'y a plus d'antinomie stricte entre les deux principes du droit international : Autodétermination des peuples et Intégrité territoriale.

Bakou serait bien inspiré de comprendre la portée de la décision de la CIJ, mais également, que le mot ‘autodétermination' peut signifier autonomie, tout comme indépendance, si telle est la volonté du peuple. Et par peuple, on entend la population qui vit au Haut-Karabakh et non le million de réfugiés azéris qui habitait les districts environnants. Lesquels n'ont pas besoin d'indépendance puisqu'ils vivent déjà dans un Etat indépendant : l'Azerbaïdjan.

***

** Ministère des A.E de la RHK **


ministere-aff-etrang-Karaba
Le ministère des Affaires étrangères de la République du Haut-Karabakh a publié une déclaration sur la décision de la Cour Internationale de Justice concernant l'indépendance du Kosovo :

"Le 22 Juillet 2010, la Cour Internationale de Justice a confirmé que le droit des peuples à l'autodétermination et son application ne viole aucun principe ou norme de droit international général, y compris le principe de l'intégrité territoriale.

La décision est d'une grande portée juridique, politique et morale. Elle peut servir de précédent et ne peut être limitée à l'exemple du Kosovo seulement.

Conscient de leur droit à créer un Etat indépendant, le peuple de l'Artsakh a été contraint de résister à l'agression militaire lancée par l'Azerbaïdjan, qui a abouti à de nombreuses pertes en vies humaines, et des dizaines de milliers de personnes déplacées qui sont devenues des réfugiés. Cette action n'a pas encore été correctement évaluée par la communauté internationale.

Le peuple de l'Artsakh continue de bâtir un Etat démocratique, en le transformant en une composante du système de sécurité régionale du Sud-Caucase.

Le droit du peuple de l'Artsakh à construire son propre État et à maîtriser son destin sera sans aucun doute reconnu par la communauté internationale, car il a été réalisé en conformité avec les principes fondamentaux du droit international et doit être considéré comme une réalisation équitable."

*

** Bako Sahakian **


Bako-Sahakian6_medium
"Indépendamment de la reconnaissance de l'indépendance du Kosovo, le Haut-Karabakh continuera de travailler à la reconnaissance internationale de la République d'Artsakh," a déclaré le président de la République du Haut-Karabakh, Bako Sahakian, aux journalistes à Stepanakert. Le président a évalué la décision de la Cour de La Haye comme un événement important qui crée une nouvelle situation politique.

En réponse à la question sur la politique poursuivie par l'Arménie dans le processus de négociation, Bako Sahakian a déclaré : "La politique mise en œuvre par l'Arménie est évidemment constructive et contribue au règlement du conflit du Karabakh. Le président arménien ne poursuit pas une politique radicale, c'est un fait salué par nous et par la communauté internationale. Face à cela, l'Azerbaïdjan prend des mesures pour faire échouer le processus de négociation. Le Karabakh fait de son mieux pour contribuer à aider l'activité du Groupe de Minsk de l'OSCE. Toutefois, les médiateurs ne parviennent pas à obtenir de meilleurs résultats parce la RHK ne participe pas aux négociations. Les coprésidents ont également fini par comprendre qu'une solution durable n'est possible qu'avec la participation de l'Arménie, de l'Azerbaïdjan et du Karabakh," a-t-il souligné.

Touchant à la possibilité de changer le format du Groupe de Minsk, et particulièrement aux propositions de l'Iran, Bako Sahakian a répondu que de telles modifications du format ne peuvent pas contribuer à améliorer l'efficacité du Groupe de Minsk.

Selon le président de la RHK, la position de l'Artsakh n'a pas changé au fil des ans : "L'indépendance et la sécurité de l'Artsakh ne peuvent pas être objets de négociation."

Quant à la reconnaissance de la RHK par l'Arménie, le chef de l'Etat a déclaré : "cette reconnaissance ne doit pas être une fin en soi. C'est un processus qui doit avoir des motifs valables. Bien sûr, la République d'Artsakh est la plus intéressée dans ce domaine, mais elle ne peut pas ignorer le fait que l'Arménie a certains engagements devant la communauté internationale."

*

** Assemblée Nationale de la RHK **


parlement-karabagh4_medium
Les forces politiques de l'Assemblée nationale de la RHK - La Mère Patrie, le parti Démocratique et la FRA-Dachnaktsoutioun – ont publié la déclaration suivante :

"Sur la base des grands principes du droit international et conformément à la législation de l'URSS, le 10 Décembre 1991, le peuple du Haut-Karabakh a proclamé son indépendance par référendum.

Au cours des vingt dernières années, la RHK a fait face aux attaques militaires de l'Azerbaïdjan, a obtenu la conclusion de l'accord de cessez-le-feu, et s'est engagé sur la voie d'un Etat démocratique à part entière. Notre peuple aspire à la reconnaissance internationale de l'indépendance.

Le 22 Juillet, la Cour Internationale de Justice a confirmé que le droit des peuples à l'autodétermination et que son application ne violait aucun principe du droit international, y compris le principe de l'intégrité territoriale."

Cette déclaration précise également que les forces politiques réaffirment la volonté du peuple de l'Artsakh de résoudre les problèmes existants par la voie de négociations pacifiques fondées sur le droit international.

*

** Vahan Hovhannissian **


Vahan-Hovanessian8_medium
Vahan Hovhannissian, membre du Bureau de la FRA-Dachnaktsoutioun, se félicite de la déclaration du Président Serge Sarkissian indiquant que : "l'Arménie recherchera d'autres moyens si l'Azerbaïdjan refuse d'accepter les principes de Madrid," bien que celle-ci soit quelque peu tardive.

"La dernière déclaration des pays coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE, précisait que l'Azerbaïdjan n'avait pas le droit de sélectionner certains principes et en écarter d'autres," a-t-il précisé.

Selon le député, la décision de la Cour Internationale de Justice sur le Kosovo peut servir comme nouvel argument pour la reconnaissance internationale de la RHK : "Le verdict est juste et correspond à nos intérêts."

Concernant la normalisation des relations arméno-turques, Vahan Hovhannissian a déclaré : "le processus est dans une impasse depuis que nous avons mis l'accent sur la ratification des protocoles, et non sur l'ouverture de la frontière." Selon lui, la décision correcte serait de dénoncer l'accord du 10 Octobre dernier.

*

** Chavarche Kotcharian **


Chavarsh-Kotcharian5_medium
Le Vice-ministre des Affaires étrangères arménien, Charvarche Kotcharian, a déclaré que la décision de la Cour Internationale de Justice sur le Kosovo était sans précédent, puisque pour la première fois il fait référence à la corrélation entre les deux principes : l'intégrité territoriale et l'autodétermination des peuples.

"L'autodétermination des peuples est l'un des objectifs des Nations Unies, tandis que l'intégrité territoriale est un outil pour atteindre cet objectif. Quand il y a l'autodétermination, l'intégrité territoriale devient secondaire. C'est ce que la décision de la CIJ sous-entend," a-t-il souligné.

Il a également cité le président de la CIJ, Hisashi Owada, disant que : "le droit international ne contient pas d'obstacles pour déclarer l'indépendance" ; Ainsi que les paroles des représentants officiels des Etats-Unis : "le droit international n'interdit pas la déclaration d'indépendance, pas plus qu'il le permet."

"Après tout cela, il devient évident que les accrétions de l'Azerbaïdjan sont en contradiction avec le droit international. La Cour internationale a réellement dit ‘oui' à l'indépendance des deux Etats albanais – l'Albanie et le Kosovo. Nous savons tous que les Albanais vivant au Kosovo sont majoritaires. Après tout cela, les dirigeants azerbaïdjanais ne seront plus en mesure de déclarer que les Arméniens ne peuvent pas avoir deux Etats," a souligné le diplomate arménien.

*

Extraits de la radio Publique d'Arménie



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More