A la Une

mardi 26 octobre 2010

L'Arménie présente au Sommet de la francophonie

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

L'Organisation Internationale de la Francophonie, comprend 75 Etats et gouvernements (56 membres et 19 observateurs). L'Arménie a adhéré en tant qu'Etat associé le 19/10/2008. Dans la région, seule la Géorgie est adhérente depuis 2004 comme Etat observateur, alors que les pays musulmans et/ou turcophones ont adhéré de préférence à l'Organisation de la Conférence Islamique (OIC).

Ce qui explique également pourquoi dans leur résolution finale, l'appréciation sur le conflit du Karabakh diffère d'une Organisation à l'autre. L'OIF, plus culturelle, s'appuie essentiellement sur les principes de base proposés par les coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE, alors que l'OIC, plus politique, insiste sur la notion d'intégrité territoriale (faisant fi des deux autres principes) et sur l'agresseur/occupant arménien ; plus grave, elle vote les résolutions anti-arméniennes présentées par l'Azerbaïdjan à l'ONU.

***

Les 23-24 Octobre, le ministre des Affaires étrangères arménien, Edouard Nalbandian, a participé à la 13ème session des Etats membres de la Francophonie qui s'est tenue à Montreux (Suisse) dans le cadre du 40e anniversaire de l'OIF. Des délégations des 75 membres, les pays associés et les pays observateurs, ont participé à l'événement.



JPEG - 32.4 ko

Edouard-a-francophonie_maxi


Lors du Sommet, le ministre arménien a attaché une grande importance à la coopération dans le cadre de la Francophonie et sur le rôle de l'organisation dans le renforcement de la paix entre les peuples et les pays à travers le dialogue interculturel.

La résolution finale adoptée par le Sommet incluait un point sur le règlement du conflit du Karabakh, qui stipule : "Nous réitérons notre soutien traditionnel aux efforts des coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE pour un règlement pacifique du conflit du Haut Karabakh. Nous appelons toutes les parties en conflit à s'abstenir de recourir à la force ou à la menace de la force, qui mettrait en péril l'avenir du processus de paix. Nous exhortons les parties à poursuivre les négociations sur la base des principes proposés par les coprésidents du Groupe de Minsk, qui sont un bon terreau pour un règlement équilibré et à long terme du problème."

Edouard Nalbandian ministre a tenu un certain nombre de réunions bilatérales en marge du Sommet de la Francophonie.

Radio Publique d'Arménie



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More