A la Une

mardi 2 novembre 2010

La Turquie fait parler d'elle

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Il est un fait que la Turquie marque des points sur la scène internationale. Après son admission en 2009 au G20 et comme membre temporaire au Conseil de Sécurité de l'ONU, la voila en 2010 à la tête de deux organisations importantes européennes.

Elle dispose depuis l'arrivée au pouvoir de Cameron, d'un soutien quasi inconditionnel de la Grande Bretagne, qui depuis cet été ne cesse de faire les yeux doux à elle et à l'Azerbaïdjan, faute de ne pouvoir le faire suffisamment aux pays du Moyen-Orient.

L'UE joue de la diplomatie, tout en faisant profil bas, sans doute pour compenser les déboires d'Ankara dans ses négociations d'adhésion avec une date d'entrée qui s'éloigne de plus en plus. On remarquera que la Turquie ne fait pas partie des six pays qui composent le partenariat de l'Est lancé par l'UE en mai 2009. Ce qui ne l'empêche pas de recevoir de grosses subventions.

Ses rapports avec les Etats-Unis sont au plus bas depuis que ses regards se font de plus en plus pressants vers l'Est. En cas de fortes tensions avec l'Iran, Washington n'est pas certain de pouvoir s'appuyer sur Ankara. Les dirigeants américains n'ont pas oublié le refus turc de laisser passer leurs troupes lors de l'invasion de l'Irak.

Ce que la Turquie a du mal à admettre, c'est qu'en tant qu'héritière de l'empire ottoman, elle a un contentieux avec la moitié des pays qui lui sont mitoyens. Elle ne fait pas partie du monde arabe qu'elle a opprimé jusqu'à la première guerre mondiale, et que géographiquement parlant, elle ne se trouve ni en Europe, ni au Proche-Orient, ni au Moyen-Orient, mais en Asie mineure. Son comportement envers ses minorités musulmanes (Kurdes), ou non-musulmanes (Grecs, Arméniens, Assyro-Chaldéens ou Juifs) ne plaide pas en sa faveur, tout au contraire.

Hélas pour ses voisins, elle n'en demeure pas moins une puissance régionale.

***

** De la rencontre d'Astrakhan **


Sarkissian-Medvedev-Aliev9_
La Turquie a salué les résultats de la réunion trilatérale sur le Haut-Karabakh de la semaine dernière à l'invitation du président russe Dmitri Medvedev.

"La Turquie espère que le Sommet d'Astrakhan apportera une contribution positive au processus de règlement du conflit du Haut-Karabakh par l'accélération des efforts pour sa résolution. Dans ce contexte, elle espère que les mesures à prendre dans le domaine humanitaire seront soutenues et renforcées par le biais de mesures similaires pour l'amélioration dans d'autres domaines," a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué publié dimanche.

*

** Relations Turquie – Etats-Unis : l'arme fatale **


drapeaux-US-Turquie_medium
La Turquie fait la fine bouche pour un projet d'installation d'un système de défense antimissile dans le cadre de l'OTAN ; aussi, Washington essaie d'utiliser un sujet sensible afin d'obtenir la coopération d'Ankara.

Frustré par la divergence croissante des opinions, l'administration américaine a averti la Turquie qu'elle ne sera pas en mesure de bloquer l'adoption par le Congrès de la résolution sur le génocide arménien.

Lors de leurs entretiens avec les autorités turques, les responsables américains ont abordé les questions touchant à la politique entre Ankara et Téhéran, aux tensions avec Israël et maintenant le positionnement d'Ankara sur le système anti-missile de l'OTAN. Ces points détermineront l'état exact des relations turco-américaines et seront un test sur la façon dont la Turquie veut se positionner pour l'avenir. À moins qu'il y ait une certaine amélioration dans ces trois domaines, Washington a clairement fait savoir par la voie diplomatique que la Turquie ne devra pas être surprise de voir une résolution reconnaissant le génocide arménien passer avant la fin de l'année.

*

** Relations Turquie – Grande Bretagne : un amour croissant **


Abdullah-Gul30_medium
Le président turc Abdullah Gül, qui a été reconnu par Chatham House "comme une figure importante pour la réconciliation et la modération en Turquie et à l'étranger, et une force motrice qui a entrainé les étapes positives que la Turquie a pris ces dernières années", a été invité à la cérémonie du 9 Novembre 2010 à Londres, pour recevoir un prix et un document signé de la Reine.

Selon Chatham House, en 2009, M. Gül a travaillé à resserrer les liens traditionnels de la Turquie avec le Moyen-Orient, comme médiateur entre les groupes hargneux d'Irak et à réunir les dirigeants afghans et pakistanais pour tenter de résoudre les différends. Il a également fait d'importants efforts pour la réunification de l'île de Chypre et a joué un rôle de premier plan avec son homologue arménien, pour engager un processus de réconciliation entre la Turquie et l'Arménie.

"La Turquie est désormais un pays important qui joue un rôle grandissant à la fois régional et mondial, ce qui explique pourquoi ce pays devient une priorité pour Chatham House," a déclaré Fadi Hakura, le directeur Europe et Moyen Orient de Chatham House.

*

** La Turquie et le Conseil de l'Europe **


Conseil-de-l-europe1_maxi
Le 10 Novembre 2010, la Turquie prendra la présidence du Conseil de l'Europe pour six mois.

"La Turquie qui présidera le Conseil des ministres du CoE est un développement très important et historique. Il affiche le niveau atteint par la Turquie dans son processus de démocratisation. La Turquie assure aussi la présidence de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE). Ce sont les postes les plus élevés occupés en même temps par la Turquie dans le système européen, créé après le Congrès de Vienne en 1815," a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Amet Davutoglu ; rapporte l'Agence Anatolie.

Parlant des relations de la Turquie avec la Grèce, le ministre a ajouté : "Nous avons repris des pourparlers exploratoires entre nos deux pays, suite à la réunion de l'an dernier entre les Premiers ministres Recep Tayyip Erdogan et George Papandreou, et à ma visite en Grèce en début d'année. Les pourparlers se dérouleront dans une atmosphère de bonne volonté et de compromis. Nous voulons voir la mer Egée se transformer en une mer d'amitié."

*

Extraits de la Radio Publique d'Arménie et de PanArmenian.net



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More