A la Une

lundi 13 décembre 2010

Il y a cinq ans l'Azerbaïdjan détruisait le cimetière arménien de Djougha

***

Traduction Gérard Merdjanian

En décembre 2005, l'armée azerbaidjanaise détruisait les milliers de Khatchkars du cimetière arménien du Vieux-Djougha situé sur la rive gauche du fleuve Araxe, au Nakhitchevan (région autonome de l'Azerbaïdjan).

La vidéo prise à partir de la rive iranienne montrant les soldats en action, n'a donné lieu jusqu'à ce jour à aucune sanction contre Bakou, d'autant que le site est classé ‘militaire' et donc interdit à toute mission d'observations.

***

L'Institut du Musée du génocide arménien a publié un livre illustré de Haig Demoyan, intitulé "Azerbaïdjan : Le Vandalisme comme toujours".


djoura24_maxi
En Décembre 2005, les soldats et officiers de l'armée azerbaïdjanaise démolissaient entièrement, à la masse et avec des pelleteuses, les milliers de Khatchkars (pierre-croix) et de pierres tombales du cimetière arménien du Vieux-Djougha, et jetaient les gravas dans le fleuve Araxe. Le site fut classé ‘terrain militaire' et sert depuis de champ de tir. Cet acte de vandalisme complétait la politique étatique de destruction du patrimoine chrétien arménien au Nakhitchevan et dans les territoires azerbaïdjanais au cours des deux dernières décennies.

Quelle que soit la vigueur des nombreuses preuves indéniables, photographiques et vidéo, jusqu'à ce jour de nombreuses organisations internationales, et notamment l'UNESCO, n'ont pas correctement évalué les activités de vandalisme, planifiées et réalisées par et au nom de la République d'Azerbaïdjan.

Yerguir



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More