A la Une

mardi 7 décembre 2010

Les relations entre Israël et l'Azerbaïdjan

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

On savait depuis longtemps que les pourvoyeurs d'armement de l'Azerbaïdjan, étaient essentiellement la Turquie et Israël. C'est-à-dire les deux piliers des Etats-Unis dans la région.

Bien que l'arraisonnement de la flottille turque en route vers Gaza par la marine israélienne, le pilier Nord donne quelques signes de faiblesse ; faiblesse ne signifiant pas rupture, sauf peut-être en cas de guerre ouverte contre l'Iran.

Comme toute loi, embargo ou interdit, le Traité sur les Forces Conventionnelles en Europe a été contourné par les deux pays susnommés qui non seulement n'ont pas respecté les limites en volume d'armement mais également la nature des armes vendues, en l'occurrence offensives.

Les faucons azerbaidjanais, à savoir toute la classe dirigeante entourant le clan Aliev, n'a qu'une idée en tête : se servir au plus tôt de ces achats, malgré leurs engagements envers les médiateurs internationaux. Une victoire à la Pyrrhus ne leur fait pas peur.

***

Quelques brèves de Turquie :

- **
Nihat-Ergun_medium
"La résolution des processus Arménie-Azerbaïdjan et Arménie-Turquie, pourrait accroître considérablement le potentiel régional," a déclaré le ministre turc de l'Economie, Nihat Ergün, lors de sa visite à Kars. Il a indiqué que la construction du chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars est un projet très important capable d'attirer des investissements importants. - .Toutefois pour Ergun, la résolution du conflit du Karabakh reste primordiale pour Ankara. La Turquie est un pays tolérant, mais, "la tolérance de notre pays n'est pas liée au fait que l'Arménie a été confrontée à des problèmes beaucoup plus graves." **

- **
Galip-Ensarioglu_medium
Les Kurdes de Turquie admettent la faute de leurs ancêtres et leur complicité dans le génocide des Arméniens dans l'Empire ottoman. "Les Arméniens ont été anéantis par nos mains et aujourd'hui nous payons pour les péchés du passé", a déclaré à Istanbul le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Diyarbakir, d'origine kurde, Galip Ensarioglu. - Selon lui, si le problème kurde n'est pas résolu dans les prochaines années, cela conduira à une nouvelle catastrophe en Turquie, rapporte le quotidien turc Sabah. **

***

** Extraits des dépêches de Wikileaks **


WikiLeaks---depeches1-USA
Les relations entre l'Azerbaïdjan et Israël sont discrètes mais serrées, indique un des conseillers de l'ambassade des États-Unis en Azerbaïdjan, Robert Garverick, dans l'une de ses dépêches publiée sur Wikileaks.

"Chaque pays trouve facile de s'identifier à un autre qui partage les mêmes difficultés géopolitiques, ainsi Bakou considère l'Iran comme une menace pour sa sécurité existentielle. L'industrie de défense israélienne, de classe mondiale, avec son attitude détendue envers ses clients, est parfaite pour les besoins de l'Azerbaïdjan en matière de défense, qui sont en grande partie non satisfaits par les États-Unis, l'Europe et la Russie pour diverses raisons liées au conflit du Haut-Karabakh. Les autorités azerbaïdjanaises protègent assidûment les intérêts d'Israël à Bakou. Décrite avec justesse par le président azerbaïdjanais Aliev comme étant semblable à un iceberg, les neuf dixièmes des échanges restent invisibles. Cette relation est également marquée par une reconnaissance pragmatique par Israël du besoin politique de l'Azerbaïdjan pour contrer publiquement et dans les instances internationales la ligne générale de l'OCI (Organisation de le Conférence Islamique)."

(…)

"Grâce à ses relations étroites avec Israël, l'Azerbaïdjan obtient un niveau d'accès aux systèmes d'armes de qualité dont elle a besoin pour développer son armée. Lorsque d'autres pays occidentaux sont réticents à vendre des systèmes de combat terrestre à l'Azerbaïdjanais par crainte d'encourager l'Azerbaïdjan à recourir à la guerre pour reprendre le Haut-Karabakh et les territoires occupés, Israël est libre de faire des ventes importantes d'armes et bénéficie grandement de pouvoir traiter avec ses clients bien nantis. Ainsi, en Septembre 2008 (encore une fois dans une affaire peu médiatisée) la GOAJ a signé un accord étendu avec le ministère de la Défense israélien prévoyant la fourniture par trois compagnies israéliennes (Soltam8, Tadiran Communications et Israeli Military Industries) de mortiers, de munitions, de l'artillerie et des équipements radio. Le détail exact n'a pas été fourni, on sait seulement que le montant portait sur plusieurs centaines de millions de dollars."

(…)

*

Extrait de PanArmenian



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More