A la Une

lundi 28 février 2011

Haut-Karabakh : Avis d'experts et de politiques

***

Traduction Gérard Merdjanian – commentaires

Tout le monde est d'accord, Azerbaïdjan compris, qu'il soit expert ou politique, que le problème doit se régler de façon pacifique, sur la base des normes internationales.

Seul détail qui fausse ce consensus, c'est ce que l'on met derrière le mot ‘façon', et là, les positions d'Erevan et de Bakou sont en totale contradiction. Droit à l'autodétermination des peuples contre intégrité territoriale, tous deux faisant partie des normes internationales.

Pour Erevan, le Haut-Karabakh a déjà choisi son statut définitif par son référendum de 1991. Pour Bakou, le Haut-Karabakh est et restera une région de l'Azerbaïdjan, referendum ou pas.

Et si par le plus grand des hasards les dirigeants azéris acceptaient le fait que la population du Karabakh puisse choisir son statut - d'ici une quinzaine d'années - le referendum porterait sur toute la population, c'est-à-dire les 1.000.000 de réfugiés Azéris plus les 160.000 Arméniens du Karabakh. Trouver l'erreur !

En attendant, la fin Février a vu les célébrations d'événements tragiques. Les Azéris ont commémorés les morts de Khodjalu et les Arméniens les victimes des pogroms de Sumgaït, Kirovabad et Bakou. Malheureusement, les paroles de haine et de vengeance prononcés dans les différentes localités par les officiels azerbaidjanais ne prédisposent en rien à une quelconque réconciliation mais plutôt à une future reprise des hostilités.

***

** Propos d'experts **

* Mikhaïl Alexandrov


Mikhail-Alexandrov_maxi
Selon, les doubles standards sont utilisés dans le règlement du conflit du Karabakh, la Russie devant manœuvrer entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Il est fort probable que l'OTAN soit derrière les dernières menaces de l'Azerbaïdjan.

"La position de l'Occident sur la réalité d'un génocide arménien au Haut-Karabakh n'est pas claire, tout comme mettre les régimes démocratiques d'Arménie et du Karabakh au même niveau que le pouvoir autoritaire en Azerbaïdjan," a fait remarquer le politologue russe, Mikhaïl Alexandrov.

Ainsi, les menaces azéries sont un moyen de pression sur l'Arménie, l'Occident étant le premier à bénéficier des longueurs dans le règlement des conflits. "C'est au perdant à faire des concessions. Alors qu'ici, c'est l'Azerbaïdjan qui tente de forcer l'Arménie à faire des concessions. Et l'Occident, en particulier l'OTAN, est derrière cela," a souligné le directeur de l'institut de la CEI.

L'expert est confiant sur le fait que l'Alliance [OTAN] a besoin de l'Azerbaïdjan en tant que corridor vers la mer Caspienne, utilisant le Karabakh comme un levier de pression sur Bakou ; rapporte le quotidien ‘Argumenty i Fakty'.

*

* Andrei Areshev


Andrei-Areshev_maxi
L'expérience montre que la psychologie et la mentalité du Caucase n'est l'objet d'aucune pression de l'extérieur, selon l'expert russe Andrei Areshev.

"L'Azerbaïdjan souhaite gagner quelque chose sans rien donner en échange, ce qui ne peut se faire. Aucun pays ne peut obliger l'Arménie à agir au détriment de ses intérêts nationaux," a souligné le rédacteur en chef du portail de la société des spécialistes scientifiques du Caucase.

"Les pourparlers pour le règlement des conflits dans le Sud-Caucase devraient se tenir en permanence non seulement au niveau présidentiel et ministériel, mais aussi avec l'aide de la société civile."

L'expert a également souligné le rôle important de l'Iran et de la Russie. "Il existe de nombreuses communautés arménienne et azerbaïdjanaise en Russie. Je vous laisse imaginer si une guerre éclatait au Karabakh ; personne n'en tirerait bénéfices."

*

** Propos de politiques **

* James B. Steinberg


James-Steinberg0_medium
"Les États-Unis sont intéressés à un règlement rapide du conflit du Haut-Karabakh sur la base du droit international et des principes d'Helsinki. Nous espérons des progrès dans la résolution du conflit. Nous pensons que les deux pays sont intéressés à promouvoir cette question", a déclaré James B. Steinberg, le Secrétaire d'Etat adjoint des Etats-Unis à son arrivée à Bakou, venant de Tbilissi.

Il a ajouté qu'il était très important de maintenir une solution diplomatique au conflit, ce qui est dans l'intérêt de tous les pays de la région.

"Nous sommes surpris par les difficultés auxquelles nous avons été récemment confrontés, étant donné les avantages potentiels que les deux parties en conflit peuvent tirer dans le cas d'un règlement pacifique et les risques d'escalade du conflit. Il est dans notre intérêt de faire tout ce qui est en notre pouvoir. Nous en avons également parlé avec le président arménien Serge Sarkissian. Les parties doivent se rencontrer dans une atmosphère positive pour trouver un terrain d'entente. C'est dans l'intérêt de tout le monde. Il est indubitable que les parties doivent poursuivre leurs efforts dans cette direction."

*

* Jordi Xuclà i Costa


Jordi-Xucla-i-Costa1_medium
Le nouveau président de la Sous-commission sur le Haut-Karabakh de l'APCE, Jordi Xuclà i Costa, a déclaré qu'il comptait être un médiateur impartial et professionnel pour le Haut-Karabakh.

Professeur de droit dans une université locale, il a affirmé qu'il y avait d'autres députés à l'APCE, qui ont probablement une meilleure connaissance de la région, mais qu'ils ont été accusés d'afficher une attitude partiale envers l'une ou l'autre des parties.

Par conséquent, M. Xuclà i Costa revendique que sa nomination vise à éliminer toute ces accusations dans la mesure où il ne représente aucun groupe d'intérêt sur cette question particulière. "J'ai de l'expérience, mais je n'ai pas aucun intérêt dans l'une quelconque des parties. Et c'est l'une des raisons de mon élection comme président de cette Sous-commission."

M. Xuclà i Costa a déclaré que selon le nouvel agenda de la commission ad hoc, un ‘projet de conclusions' du travail effectué sera présenté à la fin de l'année.

Interrogé pour savoir si ce ‘projet de conclusions' doit servir de base pour une autre résolution de l'APCE sur le Haut-Karabakh, M. Xuclà i Costa a déclaré : "Il s'agit d'un différend entre deux parties, pas plus ... [un conflit] autour du Haut-Karabakh, lequel n'est pas un acteur indépendant du processus, c'est une des parties du conflit."

A la question s'il voulait dire que c'est un conflit entre deux points de droit international autour d'un territoire, c'est-à-dire un conflit territorial, il répondit : "Exactement".

*

Extrait de la Radio Publique d'Arménie et de PanArmenian.net



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More