A la Une

jeudi 10 mars 2011

Haut-Karabakh : Incidents sur la ligne de front

***

Traduction Gérard Merdjanian – commentaires

Après la mort d'un soldat arménien la semaine dernière, Bakou ne pouvait faire moins que d'avoir aussi un mort dans ses rangs, et tant qu'à faire un enfant.

On reste toutefois perplexe quant aux possibilités d'un tireur d'élite (qu'il soit arménien ou azéri) de pouvoir atteindre une cible à plus de 2 km. Car aucun village (arménien ou azéri) ne se trouve à moins de cette distance de la ligne de front. Par contre les tranchées ennemies à certains endroits sont distantes de moins de 100m.

C'est très bien que des observateurs de l'OSCE se rendent sur place. L'ennui c'est qu'ils ne trouveront pas grand-chose, comme cela a été le cas jusqu'à présent. Et de plus sachant qu'il y a une visite en cours, aucun coup de feu ne sera tiré de part et d'autre.

Sans un spécialiste de la question, le bon sens voudrait, pour que les observations servent à quelque chose, qu'une visite se déroule sans que la partie adverse en soit informée. Ceci bien évidemment est à appliquer pour les deux côtés. On verrait effectivement qui viole ou pas le cessez-le-feu.

***


Groupe-de-minsk63_medium
Les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE, ont publié mercredi la déclaration suivante :

*

"Nous, les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE - (les ambassadeurs Bernard Fassier de la France, Robert Bradtke des États-Unis, et Igor Popov de la Fédération de Russie) - sommes profondément préoccupés par les rapports de violations du cessez-le-feu le long de la ligne de contact avant et après le Sommet de Sotchi du 5 Mars. Ces actes insensés, s'ils sont confirmés, iraient à l'encontre de l'engagement des parties à s'abstenir de faire usage de la force et à rechercher un règlement pacifique au conflit du Haut-Karabakh.

Les coprésidents demandent à l'Ambassadeur Andrzej Kasprzyk, Représentant personnel du Président de l'OSCE en exercice, de procéder à une enquête immédiate avec la participation des deux côtés, comme convenu dans la déclaration conjointe du 5 Mars, publiée à Sotchi par les présidents Dmitri Medvedev, Ilham Aliyev, et Serge Sarkissian. Les coprésidents se rendront la semaine prochaine dans la région, où ils appelleront les parties à coopérer pleinement à l'enquête."

*

Cette déclaration en termes vigoureux suit l'information diffusée par Bakou accusant les forces arméniennes d'avoir tué mardi un jeune garçon azéri à l'Est du Karabakh. Selon Fariz Badalov, du ministère de la Défense azerbaidjanais, un enfant de 9 ans habitant un village proche de la frontière Arménie-Azerbaïdjan a été mortellement blessé à la tête par un tireur d'élite arménien.


Eldar-Sabiroglu_medium
"L'implication des autorités et des dirigeants militaires de l'Arménie dans cet incident est irréfutable. Tout se passe sur leurs ordres directs," a déclaré pour sa part le porte-parole du même ministère, Eldar Sabiroglu.

Le ministère arménien de la Défense et celui de l'Armée de Défense de la RHK ont réfuté les informations diffusées par le ministère azerbaïdjanais de la Défense accusant les Arméniens d'avoir abattu un enfant azerbaïdjanais le 8 Mars dernier.


David-Garabedian_medium
"La déclaration du ministère azerbaïdjanais de la défense n'est rien d'autre qu'une tentative pour sauver la face de sa propre action, qui a été gravement endommagée par la mort d'un soldat arménien abattu par un snipper sur la ligne de contact la veille de la réunion présidentielle du 5 Mars," a déclaré David Garabédian, le porte-parole du ministre arménien de la Défense, soulignant :

"Ceux qui désinforment doivent comprendre que de telles mesures à vils prix ne sont pas seulement convaincantes pour la communauté internationale, mais sont aussi une honte, car dans ce cas, ils spéculent sur la vie d'un enfant et créer une image de victime, sans succès."

Dans leur déclaration, les médiateurs ont souligné qu'ils sont "profondément préoccupés" des violations de la trêve relevées à la fois avant et après le Sommet arméno-azerbaïdjanais de ce week-end.

"Nous les coprésidents, condamnons fermement toute perte de vie, et nous exhortons toutes les parties à faire preuve de retenue, de respecter le cessez-le-feu de 1994, et de remplir leurs obligations contractées à Astrakhan en Octobre 2010 et renouvelées à Sotchi."

*

Extrait de la Radio Publique d'Arménie et de Armenialiberty



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More