A la Une

vendredi 27 mai 2011

Les pays coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE ont fait une déclaration lors du G8

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Jeudi, au Sommet du G8 de Deauville, les présidents des pays coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE - Barack Obama (Etats-Unis), Nicolas Sarkozy (France) et Dmitri Medvedev (Russie) - ont fait une déclaration traditionnelle sur le règlement du conflit du Karabakh.

En plus de faire des appels et des états déclaratifs, les trois présidents ont fermement appelé les dirigeants arméniens et azerbaïdjanais à montrer leur volonté politique d'aboutir à un accord de paix au cours du prochain Sommet trilatéral de Juin à Kazan, les avertissant qu'un nouvel échec remettrait en question leur engagement à faire la paix.

Dans un avertissement qui visait essentiellement les dirigeants azerbaïdjanais, les présidents américain, russe et français ont précisé que les tentatives pour mettre fin au conflit du Karabakh par la force seraient condamnées par la communauté internationale.

Il est difficile de prédire quelles méthodes de coercition seront appliquées par les grandes puissances, si les parties en conflit n'écoutent pas les appels à une solution pacifique, mais il est évident que Medvedev, Obama et Sarkozy sont déjà fatigués d'attendre le règlement du conflit.

Tant que Bakou interprétera les principes de base selon ses propres critères en lieu et place de ceux de la communauté internationale, aucun accord ne peut être envisagé par l'Arménie. En attendant, surarmer l'Azerbaïdjan ne dérange aucunement les pays coprésidents, en totale opposition avec leurs discours.

* Brève *

"Le 22 Novembre 1920, Woodrow Wilson a signé la sentence arbitrale, qui définit la frontière entre l'Arménie et la Turquie. Toutefois, ce document important a été gardé secret pendant une longue période," a indiqué aux journalistes le directeur du Centre Politique Modus Vivendi, Ara Papian. Ce dernier a réussi à réunir le document de 245 pages et les cartes jointes, qui décrivent clairement que non seulement le Haut-Karabakh, mais aussi le Bas-Karabakh appartenaient à l'Arménie.

"Il s'avère que c'est l'Azerbaïdjan qui a occupé les terres arméniennes," a déclaré l'ex-ambassadeur d'Arménie au Canada.

La sentence arbitrale de Woodrow Wilson se compose de deux parties et n'a jamais été publiée. Toutefois, Ara Papian précise qu'il n'a pas de délai de prescription. Le livre sera présenté au public le 30 mai prochain et sera traduit en arménien au cours des deux prochaines années.

L'auteur espère que la publication de cet important document sera utile. Il conseille de présenter le document aux meilleurs avocats du monde pour obtenir leurs avis et demander à la Cour Internationale des Nations-unies si la sentence arbitrale de Woodrow Wilson est imprescriptible ou non.

*

***

Déclaration


Sarkozy-Medvedev-Obama2_max
"Nous, les Présidents des pays coprésides du Groupe de Minsk – la France, la Fédération de Russie et les États-Unis d'Amérique - sommes convaincus que le moment est venu pour toutes les parties en conflit au Haut-Karabakh de faire un pas décisif vers un règlement pacifique.

Nous rappelons que seul un règlement négocié peut conduire à la paix, la stabilité et la réconciliation, ouvrant des perspectives pour le développement et la coopération régionales. L'utilisation de la force a créé la situation actuelle de confrontation et d'instabilité. Son utilisation à nouveau ne ferait qu'apporter plus de souffrances et de dévastation, et serait condamnée par la communauté internationale. Nous demandons instamment aux dirigeants des côtés de préparer leurs populations pour la paix, et non pour la guerre.

À la suite des efforts déployés par les parties et les pays coprésidents à tous les niveaux, des progrès significatifs ont été accomplis. La dernière version des Principes de base, tel que discuté à Sotchi le 5 Mars, jette les bases justes et équilibrées pour la rédaction d'un règlement de paix global. Ce document, basé sur l'Acte final d'Helsinki et les éléments énoncés dans nos déclarations communes de L'Aquila en Juillet 2009 et de Muskoka en Juin 2010, fournit un moyen pour toutes les parties à aller au-delà du statu quo inacceptable.

Nous appelons donc les présidents de l'Arménie et l'Azerbaïdjan à montrer leur volonté politique en mettant au point les Principes de base lors de leur prochain sommet en Juin. Un délai supplémentaire ne ferait que remettre en question l'engagement des parties de parvenir à un accord. Une fois qu'un accord a été atteint, nous sommes prêts à assister à l'acceptation officielle de ces principes, afin d'aider à la rédaction de l'accord de paix, puis d'appuyer sa mise en œuvre avec nos partenaires internationaux."

*

Réaction :


Aram-Hamparian_medium
"Dans un autre exercice enrobé dans une impartialité artificielle, les présidents Obama, Medvedev et Sarkozy ont, au détriment du travail du Groupe de Minsk vers une paix juste et durable, une fois de plus évité d'affronter directement la pièce maitresse, à savoir la claire escalade militaire de l'Azerbaïdjan vers une guerre. La cause de la paix régionale serait beaucoup mieux servie par des mesures concrètes prises par ces dirigeants pour contrecarrer la belligérance de Bakou, en imposant des mesures de rétorsion à l'Azerbaïdjan pour toute nouvelle menace ou acte d'agression," a déclaré le directeur exécutif de l'ANCA, Aram Hamparian.

*

Extrait de Armenialiberty, Radiolour, PanArmenian, Armenianweekly



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More