A la Une

mardi 19 juillet 2011

Haut-Karabakh : les médiateurs ont rendu leur copie

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Comme le dit clairement le ministre russe Sergei Lavrov parlant des points d'achoppement : "Ils sont peu nombreux, mais ils sont d'une importance cruciale."

En fait cela se résume en un seul et unique point : l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan. Il faut entendre par là, le retour des sept districts entourant le Haut-Karabakh et le Haut-Karabakh lui-même dans le giron azéri, c'est-à-dire la situation d'avant-guerre.

Le problème, c'est que le Haut-Karabakh a mené une lutte d'indépendance et a appliqué le principe de base du droit à l'autodétermination et s'est autoproclamé : République du Haut-Karabakh. Il est clair que dans ces conditions les Karabakhis ne retourneront jamais sous l'autorité de Bakou.

* Brève *

Les co-rapporteurs de l'APCE pour le suivi de l'Arménie, John Prescott (Royaume-Uni - SOC) et Axel Fischer (Allemagne - PPE/DC), effectuent une visite d'étude de deux jours en Arménie pour discuter des derniers développements concernant l'amnistie et la normalisation de l'environnement politique, ainsi que la réforme électorale et les préparatifs pour les élections parlementaires de 2012.

Ils comptent rencontrer le Président Sarkissian, le président du Parlement arménien, les représentants des factions de l'opposition et des membres de la communauté diplomatique.

***

* Elmar Mammadyarov à Moscou *


Elmar-Mahmediarov-et-Sergey
Lundi, l'Azerbaïdjan a officiellement réagi aux propositions du président russe Dmitri Medvedev visant à sauver le processus de paix du Haut-Karabakh.

Le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Elmar Mammadyarov, lors de sa rencontre avec Sergueï Lavrov à Moscou, a remis une lettre du président Ilham Aliev adressée à son homologue russe. Aucun détail n'a été rendu public.

La Russie et l'Azerbaïdjan ont discuté de la coopération bilatérale et des moyens de sortir de la crise du Karabakh.

Lavrov a déclaré aux journalistes que les parties en conflit continuent d'être en désaccord sur certains des principes de base proposés. "Ils sont peu nombreux, mais ils sont d'une importance cruciale."

"La Russie aide les deux pays à trouver une solution dans le cadre de l'OSCE, en coopération avec les Etats-Unis et la France. Le règlement du conflit du Haut-Karabakh est une question prioritaire pour la Russie. Le projet de principes de base commence à partir de la volonté des parties à travailler sur le traité de paix. Nous poursuivrons nos efforts dans le cadre des relations avec les deux parties et en tant que pays coprésident du Groupe de Minsk de l'OSCE," a souligné le ministre russe.

Elmar Mammadyarov a déclaré pour sa part que "tout ne dépend pas de l'Azerbaïdjan. Nous devons attendre la réponse de l'Arménie aux propositions de Moscou, mais nous pensons qu'il y a des progrès dans les pourparlers, et nous progressons vers le point, où chacun comprendra que le statu quo ne profite à personne."

Selon lui, la stabilité dans la région est tout d'abord importante pour l'Arménie et pour l'Azerbaïdjan. Il a indiqué que la réunion de Kazan a été un pas en avant, et que les parties ont réussi à rapprocher les positions sur plusieurs questions. "Nous devons continuer les discussions sur les questions en suspend. Il est temps pour nous de commencer à travailler sur un accord juridique - un traité de paix. Le traité de paix sera un signal sérieux de l'entrée en phase finale des négociations."

*

* Edouard Nalbandian s'entretient avec Sergei Lavrov *


Serguei-Lavrov-et-Edouard6_
Lundi, le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a eu une conversation téléphonique avec son homologue russe, Sergueï Lavrov. Les questions actuelles liées du règlement du conflit du Haut-Karabakh ont été discutées et notamment sur les possibilités de faire des efforts supplémentaires pour créer une atmosphère favorable dans les négociations.

Les ministres ont abordé la mise en œuvre des accords conclus entre les présidents Serge Sarkissian, Dimitri Medvedev et Ilham Aliev lors des réunions d'Octobre 2010 à Astrakhan et de Mars 2011 à Sotchi, portant sur la consolidation du régime de cessez-le feu, sur l'accroissement dans le domaine militaire, sur le règlement de tous les différends par des moyens pacifiques, ainsi que sur les enquêtes à mener sur les incidents sur la ligne de contact.

Le ministre arménien a informé son homologue russe que la réponse du président arménien au message du président Medvedev sera présentée dans les prochains jours.

*

* Les médiateurs à Erevan *


groupe-de-Minsk-et-Serge11a
Le président Serge Sarkissian a reçu lundi les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE, Bernard Fassier (France), Robert Bradtke (USA) et Igor Popov (Russie), ainsi que le Représentant personnel du Président de l'OSCE en exercice, Andrzej Kasprzyk.

Les participants ont discuté des problèmes liés à l'étape actuelle des négociations sur le règlement du conflit du Karabakh.

Le même jour, les interlocuteurs ont rencontré Edouard Nalbandian.
groupe-de-Minsk—Edouard12_maxi

Les médiateurs ont informé le ministre arménien sur leurs impressions des rencontres à Bakou.

Les coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE, avaient rencontré Ilham Aliev à Bakou vendredi.

"Nous nous attendons à recevoir la réponse de la partie arménienne très rapidement", a déclaré Popov aux journalistes avant les pourparlers.

"Cela a été une période très active avec de gros efforts déployés par les médiateurs, par nos dirigeants, pour tenter d'avancer et de parvenir à un cadre pour le règlement du conflit du Haut-Karabakh. Je pense que nous devons être très prudents pour ne pas sauter trop rapidement aux conclusions sans avoir évalué les résultats de la diplomatie. Nous allons voir dans les prochaines semaines les résultats des efforts menés," a déclaré pour sa part Robert Bradtke. Et d'ajouter "l'importance de l'étroite coopération entre nos trois pays. Les Etats-Unis soutiennent les efforts de médiation active de la Russie."

Aliev avait signalé la semaine dernière l'insatisfaction de Bakou sur certaines des propositions de paix faites par les médiateurs au cours de la dernière année et avait proposé de discuter d'un traité de paix global avant la validation des principes de bases. "Parfois, ces propositions ont changé l'essence des principes de base des négociations que nous avons mené au cours des sept dernières années."

Ce à quoi le ministre arménien a répondu que : "Cela va l'encontre et de la logique du processus de négociation et de la position des médiateurs."

*


Groupe-de-minsk62_medium
Dans un communiqué conjoint publié lundi soir, à la fin de leur navette diplomatique les médiateurs ont déclaré :

"Les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE – les Ambassadeurs Bernard Fassier de la France, Robert Bradtke des Etats-Unis, et Igor Popov de la Fédération de Russie - se sont rendus du 11 au 18 Juillet à Moscou, Vilnius, Bakou et Erevan. Rejoints par l'ambassadeur Andrzej Kasprzyk, le Représentant personnel du Président de l'OSCE en exercice, les coprésidents ont rencontrés le 11 Juillet à Moscou, le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, pour discuter des développements dans le processus du groupe de Minsk pour parvenir à un règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh. A Vilnius le 13 Juillet, les coprésidents ont informé le ministre des Affaires étrangères lithuanien, Audronius Ažubalis, du déroulement du processus de paix et des mesures prises depuis la réunion du sommet de Kazan du 24 Juin.

A Bakou et Erevan, les coprésidents ont rencontré respectivement les Présidents Aliev et Sarkissian. Les co-présidents ont réitéré aux deux Présidents l'importance de parvenir à un accord sur les principes de base pour arriver à la négociation d'un règlement final. Ils ont souligné que le moment est venu de démontrer la volonté politique nécessaire pour apporter une paix durable, la sécurité et la réconciliation pour les peuples de la région. Les présidents se sont engagés à fournir leurs réactions rapidement sur les formulations les plus récents proposées pour le document-cadre, et de continuer à travailler avec les médiateurs et les gouvernements coprésidents en vue de rechercher un règlement pacifique."

**

* Hillary Clinton à Ankara *


Erdogan-et-Hillary-Clinton_
La Secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a demandé à la Turquie à se conformer sans conditions aux accords de normalisation avec l'Arménie au cours de son séjour du week-end dernier à Istanbul.

Un Haut-fonctionnaire du Département d'Etat a indiqué que les relations turco-arméniennes étaient sur l'agenda des entretiens de la Secrétaire d'Etat avec le président turc Abdullah Gül, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu.

"Elle a encouragé la Turquie à soutenir et à débloquer les protocoles [turco-arméniens], en attente au parlement turc, mais plus généralement de tendre la main vers l'Arménie avec les mesures de confiance, ainsi que faire tout son possible pour renforcer cette relation qui conduira au final à restaurer les relations diplomatiques," a déclaré la source aux journalistes.

Les protocoles ont été signés en grande pompe à Zurich en Octobre 2009. Dès le lendemain la Turquie a lié la ratification par le parlement à la résolution du conflit du Karabakh, conforme aux vœux de Bakou, et a bloqué le débat parlementaire. Dans l'attente d'un geste d'Ankara, l'Arménie a gelé la procédure. Dans un signe de frustration croissante, le président Sarkissian a menacé en début d'année de se retirer totalement.

La normalisation des relations turco-arméniennes est depuis longtemps un objectif de la politique américaine dans la région.

**

Extrait de Armenialiberty, de Radiolour et de PanArmenian.net



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More