A la Une

mardi 12 juillet 2011

Le Haut-Karabakh ne cesse d'alimenter les commentaires

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Que ce soit en Arménie, en Azerbaïdjan, en Turquie, dans l'UE, dans les pays coprésidents le Groupe de Minsk, ou plus généralement dans les organisations internationales, la non-résolution du conflit a franchi une étape supplémentaire après l'échec de la réunion tripartite de Kazan.

Pourquoi une telle sollicitude envers un conflit qui dure depuis le cessez-le-feu de 1994 ? Plusieurs raisons à cela.

La première et probablement la plus importante, est la sécurisation des pipe-lines qui acheminent les hydrocarbures (Gaz et Pétrole) de la mer Caspienne vers l'Europe. Les sautes d'humeur des dirigeants de Bakou ne laissent présager rien de bon sur la durée du fragile statu quo qui règne sur la ligne de contact entre les forces militaires azéries et celles du Karabakh. Un conflit armé aurait des conséquences désastreuses sur les prix énergétiques.

Sollicitude due également à une région non stabilisée après la chute de l'Union soviétique, une guerre russo-géorgienne dont les plaies ne sont pas refermées et surtout l'émergence depuis quelques années d'une Turquie qui sous des dehors de pacifiste régional (zéro problème avec les voisins), rêve de néo-ottomanisme avec un rôle de gendarme.

Si la communauté internationale veut vraiment pacifier cette région, elle doit s'en prendre aux fauteurs de troubles : L'Azerbaïdjan qui passe son temps à narguer les médiateurs et à se surarmer, aidé en cela par son allié la Turquie, laquelle maintient l'Arménie sous blocus depuis 17 ans, et occupe militairement un tiers de Chypre depuis 37 ans.

***

*


Serge-Sarkissian53_maxi
"L'Arménie s'efforcera de parvenir à un règlement pacifique et juste du conflit du Karabakh. Le processus de règlement du conflit se poursuit, et l'Arménie défend une position constructive. Les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE essaient de rapprocher les positions. Le processus est compliqué, toutefois l'Arménie n'a jamais envisagé que la solution serait facile," a déclaré le président arménien Serge Sarkissian, s'adressant à un parterre de jeunes officiers.

Il a notamment souligné que ce n'est pas la quantité ou le meilleur armement qui compte le plus, mais la détermination et la qualité des combattants.

*


Serguei-Lavrov_medium
Avant de s'envoler pour une visite officielle de trois jours aux Etats-Unis, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a reçu aujourd'hui les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE - Bernard Fassier, Robert Bradtke, Igor Popov, et Andrzej Kasprzyk.

Les discutions ont porté sur les possibilités d'une plus grande coordination des activités des pays coprésidents compte tenu du résultat de la réunion trilatérale de Kazan le 24 Juin dernier, ainsi que sur les efforts à venir de la Russie, des Etats-Unis et de la France en tant que médiateurs dans les pourparlers.

"Il est temps de négocier. Nous attendons la réponse de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan," pouvait-on lire dans le message laissé par Sergueï Lavrov sur le compte Twitter du ministère russe des Affaires étrangères.

*


logo-OSCE-PACE_medium
L'AP-OSCE a adopté une déclaration lors de sa 20ème session annuelle du 6 au 10 Juillet à Belgrade.

En ce qui concerne les conflits prolongés, on peut lire : "L'Assemblée parlementaire de l'OSCE déplore la récente augmentation de la tension autour du Haut-Karabakh, et demande instamment que des efforts politiques accrus soient faits au sein de l'OSCE pour régler les conflits non résolus au Haut-Karabakh, en Moldavie (Transnistrie) et en Géorgie (Abkhazie et Ossétie du Sud)."

*

Les présidents Barack Obama et Dmitri Medvedev se sont téléphonés pour discuter d'un large éventail de questions bilatérales et internationales.

Le président Obama a également exprimé son soutien aux efforts de médiation du président Medvedev au sujet du conflit du Haut-Karabakh, et a promis le soutien américain pour parvenir à un accord-cadre en vue d'un accord de paix final qui mettra fin à ce conflit.

*


Mubariz-Ahmedoglu1_medium
"Après l'échec du sommet de Kazan, la Russie et les Etats-Unis ont l'intention de proposer une nouvelle variante des principes de bases qui supprimerait les points de discordes et ne garderait que les dispositions sur lesquelles un accord peut être atteint à coup sûr. Mais aujourd'hui, il est fort probable que l'Arménie ne sera pas d'accord avec cette variante, et l'Azerbaïdjan encore moins," a déclaré le directeur du Centre des Innovations Politiques et Technologiques, Mubariz Akhmedoglu, commentant le voyage de Sergueï Lavrov aux Etats-Unis.

Le politologue pense que les coprésidents ont l'intention de mettre ce document amendé sur la table des négociations lors de la prochaine réunion entre les présidents, et que de plus, les USA et la France n'épargneront aucun effort pour évincer la Russie des pourparlers.

Toujours selon l'analyste politique, l'objectif caché serait de jouer sur les délais du statu quo actuel afin d'utiliser par exemple, le conflit du Karabakh en vue de provoquer des tensions au Nord-Caucase.

"Mais en même temps, les Etats-Unis et la France ne sont pas totalement contre le rôle de Medvedev dans la médiation, et sont prêts à créer les conditions pour torpiller un certain document sur la résolution du conflit du Karabakh, qui doit être signé de toute façon. En ciblant un seul document, ils ne veulent pas d'une résolution réelle. La Russie tente de ‘sauver la face' après l'échec de la réunion de Kazan, en introduisant une nouvelle variante des principes de base, Lavrov discutera de la coordination de cet élément avec les Américains," a souligné le politologue.

*


Mubariz-Gurbanly1_medium
"Il est fort probable que les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE arrivent dans la région avec un document définitif et qui ‘tienne la route'. Je suppose que cette fois-ci les coprésidents auront un document sérieux pour la réunion régulière entre les présidents, et que des discussions effectives auront lieu," a déclaré le député et Vice-secrétaire du parti au pouvoir, Yeni Azerbaïdjan (YAP), Mubariz Gurbanly.

"C'est dans ce but que les coprésidents prépareront la prochaine réunion régulière entre les présidents. Les discussions porteront sur la situation après le sommet de Kazan ainsi que sur le document présenté à la dite réunion et les positions des parties sur les propositions. Je pense que les problèmes liés à la résolution du conflit ont sérieusement progressé, ce qui donnera certains résultats," a-t-il souligné.

**

Extrait de Armenialiberty, de Radiolour et de PanArmenian.net



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More