A la Une

mercredi 28 septembre 2011

Protocoles arméno-turcs : Coucou nous revoilà

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires
Les protocoles sur la normalisation des relations turco-arméniennes sont de retour ... au parlement turc.
‘De retour' ne signifie pas à l'ordre du jour des débats parlementaires de la Haute Assemblée, mais plus simplement quelque part dans la liste des sujets susceptibles d'être débattus, quand la Commission des Affaires étrangères le jugera utile. Si 2012, 2013, voire 2014, n'ont pas une signification particulière pour la Turquie, il n'en est pas de 2015 qui verra se dérouler les diverses manifestions liées au 100ème anniversaire du génocide arménien.
A partir de l'été 2014, la machine négationniste turque montera en puissance et tous les moyens seront utilisés pour nier les massacres de masse, les déportations, les confiscations et l'annexion des terres arméniennes dans les derniers jours de l'empire ottoman. Que ce soit l'AKP, le CHP, le MHP ou le DTP, tous jureront la main sur le cœur que tout cela sont des mensonges éhontés, que les chiffres avancés sont farfelus, et de citer le travail démocratique et de réhabilitation que mène la Turquie envers ses minorités.
D'ici là, il y a énormément de pain sur la planche de Mr Erdogan s'il veut arriver au célèbre ‘zéro problème avec les voisins', aussi, l'Arménie et les Arméniens restent un épiphénomène récurrent aux alentours du 24 Avril.

***
*
Les protocoles arméno-turcs ont été remis sur l'ordre du jour du parlement turc, ce qui n'est une surprise pour personne. Erevan a appris la nouvelle, sachant pertinemment que la normalisation des relations avec l'Arménie est quelque chose ne fait pas partie des objectifs de la Turquie.
signature-Protocoles0_mediu

Plusieurs versions sont présentées : Certains pensent que les protocoles ont été remis sous la pression de l'Occident, qui espère toujours la réconciliation de l'Arménie et la Turquie. Pour d'autres, les protocoles sont un levier pouvant servir dans les relations avec l'Azerbaïdjan. En fait, le processus de réconciliation donne une bonne occasion pour Ankara de manipuler Bakou.
Par ailleurs, le retour des protocoles sur l'agenda coïncide avec l'appel de la Turquie à l'Azerbaïdjan de rejoindre sa campagne contre Israël. Ankara avait indiqué il y a quelques jours que des ‘problèmes' pourraient survenir sur l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan, dont une partie du pétrole est réacheminée vers Israël.
Bien que l'Azerbaïdjan et Israël soient des partenaires stratégiques, Bakou peut difficilement refuser. En retour, Ankara promet à Bakou, de travailler au ‘retour à l'Azerbaïdjan des terres occupées.'
Il est intéressant de noter que l'Azerbaïdjan, qui a été, pour employer un euphémisme, ‘indigné par le processus de réconciliation arméno-turque', reste silencieux. Aucun mot de reproches n'a été fait au "frère aîné" cette fois.
On note que la Turquie tente de faire pression sur l'Arménie pour l'empêcher de retirer sa signature de ces protocoles, comme proposé par certaines forces politiques arméniennes. Ainsi, les partis FRA-Dachnaktsoutioun et Héritage avaient appelé le Parlement à retirer les protocoles de l'ordre du jour, comme réponse adéquate à la décision de la Turquie.
Depuis avril 2010, les protocoles sont devenus un spectacle ayant un seul but : convaincre la communauté internationale que la Turquie - qui poursuit les Kurdes en Irak, qui essaie de manipuler les Syriens, qui est en conflit avec Israël, qui occupe 37% de Chypre la menaçant de guerre, qui maintient le blocus de l'Arménie depuis 17 ans -, est un pays œuvrant pour la paix et désirant "zéro problème avec les voisins."
Ce spectacle ne devrait tromper personne et surtout pas l'Arménie. Le porte-parole du Parti Républicain arménien, Edouard Charmazanov, a déclaré le ‘geste' de la Turquie de ‘truc pas cher'. Quant au directeur du Bureau du ‘Hay Tad' et des Affaires politiques de la FRA-Dachnaktsoutioun, Kiro Manoyan : "Le retour des protocoles à l'ordre du jour du parlement turc n'est pas une surprise, c'est un outil de pression sur l'Arménie pour l'empêcher de retirer sa signature. La Turquie veut juste montrer à la communauté internationale que le processus de réconciliation est en cours. Cependant, il est clair que ce pays n'a aucune l'intention de ratifier les protocoles. En dépit d'un esprit positif de l'Arménie, la Turquie continue à parler par ultimatums."
En attendant, Erevan pense qu'Ankara fera traîner le processus de ratification jusqu'en 2015, date du 100e anniversaire du génocide arménien. Les experts et les politiciens sont unanimes pour penser que la Turquie ne ratifiera pas les protocoles dans un proche avenir et que, par conséquent, aucune normalisation des relations n'est à attendre.
*

* Brèves Etats-Unis *
La semaine dernière, le Sénat américain a approuvé le budget 2012, et notamment les subventions pour l'étranger dont l'Arménie et Haut-Karabakh, indique l'Assemblée arménienne d'Amérique (AAA).
Briand-Ardouny1_medium

Le document considère le financement pour l'Arménie "compatible avec la demande de budget" et octroie un montant de 40 millions de dollars d'aide économique à l'Arménie pour 2012.
Le projet de loi du Sénat stipule également que : "Les fonds disponibles pour la région du Caucase du Sud peuvent être utilisés pour des mesures de confiance et d'autres points pour la poursuite de la résolution pacifique des conflits, y compris dans le Haut-Karabakh", de plus : "La Commission soutient l'aide humanitaire aux victimes du conflit du Haut-Karabakh et incite à une résolution pacifique du conflit."
Le directeur de l'AAA, Bryan Ardouny, a remercié les membres du Congrès ainsi que ceux des Commission et Sous-commission ad hoc qui ont œuvré pour ce faire.
La prochaine étape se déroulera à la Chambre et au Sénat pour validation définitive.
*
Le Sénat américain a approuvé à l'unanimité la candidature de John Heffern comme ambassadeur américain en Arménie, indique le Comité National Arménien d'Amérique (ANCA).

Aram-Hamparian_medium
"Bien que nous soyons déçus par certaines de ses réponses aux demandes de renseignements du Sénat, nous nous réjouissons, pour les mois et les années à venir, de travailler avec l'ambassadeur Heffern pour étendre les relations arméno-américaines sur la base de valeurs communes et d'intérêts partagés, et plus particulièrement sur les questions relatives au commerce et aux investissements bilatéraux. L'ambassadeur Heffern peut jouer un rôle vital dans l'expansion du commerce américain en Arménie, qui n'a pas encore atteint les 200 millions de dollars, ouvrant la voie vers un accord de commerce et d'investissement (TIFA) et un traité de double fiscalisation. Avec ces accords en place et un engagement ferme de toutes les parties prenantes à agir de manière décisive et proactive, il n'y a aucune raison pour que nous ne puissions pas atteindre plus d'un milliard de dollars par an dans les échanges bilatéraux dans les cinq prochaines années," a commenté le directeur exécutif de l'ANCA, Aram Hamparian, lors de la validation de Heffern.
En revanche, l'ambassadeur américain en Turquie, Francis Ricciardone, dont la nomination devait se faire avec celle de John Heffern, n'a pas encore été programmé en vue de validation par le Sénat. L'ambassadeur Ricciardone a fait l'objet d'une controverse considérable, avec l'opposition des sénateurs Robert Menendez (D-NJ), Barbara Boxer (D-CA) et Jim Risch (R-ID) lors de son audition devant la Commission sénatoriale des Affaires étrangères. Le ‘candidat' Ricciardone avait fourni des informations fantaisistes concernant la destruction des églises chrétiennes en Turquie.
*

* Brève azérie *
En réponse au discours du président Sarkissian à l'ONU, le ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Elmar Mammediarov, a accusé l'Arménie de "violations flagrantes" de la Charte de l'ONU et de mépriser les quatre résolutions du Conseil de sécurité.
Elmar-Mahmediarov-a-ONU_max

S'exprimant devant l'Assemblée générale des Nations Unies, Mammediarov a déclaré que suite à "l'agression" de l'Arménie sur le Haut-Karabakh, près de 20% du territoire de l'Azerbaïdjan continuent d'être sous occupation : "Depuis presque deux décennies, nous avons été confrontés à la violation flagrante par la République d'Arménie de la Charte des Nations Unies et d'autres documents de droit international, en perpétrant l'agression contre la souveraineté et l'intégrité territoriale de la République d'Azerbaïdjan."
*

* Brève France *
La FRA-Dachnaktsoutioun qui a apporté officiellement son soutien à l'ancien secrétaire du Parti socialiste, candidat aux primaires socialistes pour l'élection présidentielle de 2012, avait organisé lundi soir un meeting de soutien en son honneur à Alfortville. Un débat public avec le candidat en présence du député-maire de la ville René Rouquet, de l'élu socialiste marseillais Patrick Mennucci et du coprésident de la FRA-D, Mourad Papazian.

Francois-Hollande3_medium
A l'inverse d'un Jack Lang, qui avait fin 2008 (à l'occasion des Rendez-vous de l'histoire à Blois) suscité une violente polémique, en mettant le génocide arménien de 1915 entre guillemets, s'interrogeant sur le bien fondé de la loi le reconnaissant, François Hollande bénéficie au contraire d'une bonne image auprès de la FRA-D (parti socialiste arménien) en raison de ses actions en faveur de la reconnaissance du génocide puis la pénalisation de son négationnisme lors qu'il était premier secrétaire. Il a notamment défendu une loi en ce sens à l'Assemblée nationale en 2006. Hier soir, le candidat aux primaires PS a déclaré qu'il demanderait “à la majorité de gauche au Sénat de reprendre“ la proposition de loi visant à réprimer la négation du génocide arménien de 1915.
“La pénalisation de la négation du génocide arménien, la majorité de droite du Sénat y a fait obstacle (...). Nous demanderons à la majorité de gauche du Sénat de reprendre cette question“, a-t-il déclaré au lendemain du basculement à gauche de la Haute assemblée.
“Il faudra que le président Jean-Pierre Bel (président du groupe qui brigue la présidence du Sénat samedi, ndlr) - qui n'engage que lui à ce stade - fasse en sorte qu'il y ait le vote de cette loi sur la pénalisation du négationnisme du génocide arménien. C'est l'engagement que nous devons prendre ce soir“, a déclaré M. Hollande sous les applaudissements de quelque 400 militants et sympathisants. Le 4 mai, le Sénat avait repoussé une proposition de loi socialiste visant à réprimer la négation du génocide arménien de 1915.
L'élu corrézien a par ailleurs souligné que Nicolas Sarkozy n'avait pas tenu sa promesse faite en 2007 aux associations arméniennes, juste avant son élection, de soutenir l'adoption de cette proposition de loi par le Sénat.
En début de meeting, M. Hollande a reçu le soutien de Mourad Papazian :“Nous appelons à la mobilisation en ta faveur le 9 octobre pour que tu sois investi comme candidat de la primaire (...) François, pour nous, c'est toi“ !, a lancé M. Papazian, saluant “son engagement en faveur de la cause arménienne“, mais aussi sa “présidentiabilité“, sa “crédibilité“, sa “capacité de rassemblement“, ou encore “ses propositions de sortie de crise“.
**
Extrait de Armenialiberty , de Radiolour et de PanArmenian.net
La brève française a été extraite de 94.citoyens et de Lepost


Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More