A la Une

dimanche 2 octobre 2011

L'Arménie au Sommet européen du Partenariat Oriental

***

Traduction Gérard Merdjanian - commentaires

Lancé par l'UE en mai 2009 à Prague à l'initiative de la Pologne et de la Suède, le Partenariat oriental s'efforce de faire adhérer six ex-Républiques soviétiques aux valeurs et aux méthodes européennes. La Pologne qui assure la présidence de l'UE essaie de relancer le processus qui fluctue d'un pays à l'autre.

Seulement la crise économique d'un côté et l'actualité internationale dans les pays arabes de l'autre ont fait passer ce processus au second plan, l'UE se focalise essentiellement sur le pourtour méditerranéen. On voit donc bien que la Politique Européenne de Voisinage, avec sa dimension méridionale et sa dimension orientale, est en réalité un instrument d'un jeu géostratégique subtile, nuancé et complexe, dans les zones extrêmement sensibles.

Le comportement erratique de la Turquie dans l'Est-méditerranée risque de déstabiliser le fragile équilibre existant, ce qui impactera obligatoirement le Sud-Caucase et donc le processus de Partenariat oriental de l'UE. Toutefois, l'UE essaie de tirer son épingle du jeu car au-delà du Sud-Caucase, ce sont les matières premières énergétiques de la région qui sont visées et le projet Nabucco qui s'y rattache. Amadouer les pays de la Mer Noire et du Sud-Caucase n'est pas innocent.

***

Vendredi à Varsovie, au Sommet du partenariat oriental de l'Union européenne, le président arménien Serge Sarkissian a exprimé la détermination de son pays à maintenir l'élan dans ses relations avec l'UE avec la conclusion d'un accord d'association.


Sommet-UE-Varsovie2_maxi
Le Sommet des 29-30 Septembre dans la capitale polonaise réunissait les dirigeants ou représentants des six anciennes républiques soviétiques, dont l'Arménie, dans le cadre de leurs accords d'association avec l'UE. De tels accords visent essentiellement à élever le niveau de relation entre ces six Etats - Arménie, Azerbaïdjan, Belarus, Géorgie, Moldavie et l'Ukraine - et le bloc des 27, avec la possibilité d'un accord de libre-échange permanent et un régime de visa simplifié avec les pays de l'UE parmi les divers avantages. Parallèlement, l'UE exige que ces derniers mettent en œuvre de vastes réformes avant de remonter le niveau de relation.

L'UE et l'Arménie ont annoncé d'importants progrès dans leurs négociations sur leur accord d'association visant à approfondir leurs liens politiques, économiques et autres. Les délégués arméniens et l'UE ont officiellement ouvert les négociations sur l'accord issu du programme de l'UE Partenariat oriental en Juillet dernier.

"La naissance du Partenariat oriental a demandé du temps. Il a donné l'esprit nouveau et ouvert de nouvelles perspectives pour le développement des relations entre l'Union européenne et les partenaires de l'Est. Aujourd'hui, plus de deux ans après le lancement du programme, il est nécessaire de résumer les progrès et de déterminer les étapes futures. La discussion de ces questions au niveau d'un sommet reflète l'attitude envers le Partenariat oriental et reconfirme la volonté politique de faire avancer les choses.

L'Arménie a été véritablement satisfaite des progrès accomplis dans les négociations d'accord d'association. Nous sommes déterminés à maintenir et à continuer de faire des progrès à ce rythme, et nous prenons actuellement des mesures pour mener à bien les actions nécessaires à la création d'une zone de Libre-échange approfondie et complète avec l'UE. Nous considérons ce processus comme une incitation supplémentaire pour promouvoir des réformes institutionnelles fondamentales et structurelles en Arménie.

Après avoir établi une paix durable et la prospérité sur son territoire, l'Union européenne apparaît aux yeux du monde comme un exemple unique d'intégration politique et économique. Je suis sûr que cette expérience peut être appliquée dans le Sud-Caucase," a déclaré M. Sarkissian, s'adressant au Sommet.

Dans son discours, le président a également réaffirmé l'intention de l'Arménie de lancer "des réformes simultanées et à grande échelle dans plusieurs directions" avec l'aide des partenaires européens. "Nous sommes engagés à aller de l'avant avec des réformes de grande ampleur en conformité avec les normes européennes en matière de gouvernance efficace, de démocratie, de droits humains, de la primauté du droit dans divers domaines de la vie publique."

(…)

"Le peuple du Haut-Karabakh est aussi européen que nous tous. Les Karabakhis font de grands efforts pour développer leurs institutions en conformité avec les valeurs universelles, et cela mérite attention et soutien. Par ailleurs, en restant en dehors du champ de cet intérêt, le Haut-Karabakh ne contribue pas au règlement équitable du conflit.

Les conflits non résolus doivent recevoir leurs solutions justes et durables. L'Arménie reste engagée pour trouver une paix négociée au conflit du Haut-Karabakh. Pour l'Arménie et le Haut-Karabakh la clé pour résoudre ce conflit réside dans la sécurité physique des personnes et au maintien du droit de décider de son propre destin," a souligné le président.

*


Catherine-Ashton-et-Serge_m
En marge du Sommet, Serge Sarkissian a eu une réunion avec le Haut Commissaire pour la politique étrangère et la sécurité de l'UE, Catherine Ashton. Un large éventail de questions liées à la coopération UE-Arménie, a été abordé. Catherine Ashton a indiqué que l'Union européenne était prête à soutenir la mise en œuvre des réformes en Arménie.

La discussion a également sur les questions régionales, et bien évidemment sur le processus de règlement du conflit du Karabakh. La commissaire a réaffirmé que : "le Groupe de Minsk est le seul format pour la résolution du conflit du Karabakh et l'UE soutient les négociations en cours dans ce cadre."

*

Dans la Déclaration commune à l'issue du Sommet, les chefs d'État, de gouvernement ou leurs représentants des (27+6), ont renouvelé leur engagement envers les objectifs et la poursuite du partenariat oriental.

Les participants ont accepté de renforcer la coopération dans les domaines de la liberté, de la sécurité, de la justice, et de la coordination dans des cadres pertinents, tant au niveau bilatéral et régional.

"Il reste un objectif fondamental du Partenariat oriental pour renforcer la mobilité des citoyens dans un environnement sécurisé et bien géré. Cet objectif implique la facilitation des visas et des accords de réadmission comme première étape. Les participants du Sommet se félicitent également de la mise en œuvre efficace de la date de facilitation des visas et des accords de réadmission avec la Géorgie. Ils attendent avec impatience le lancement, pour le bénéfice de la population en général, des négociations de ces accords avec les Républiques du Belarus, de l'Arménie et de l''Azerbaïdjan," indique la déclaration.

Les participants ont également réaffirmé que le Partenariat oriental devait promouvoir davantage la stabilité et la confiance multilatéral et que les conflits entravent les efforts de coopération. Ils soulignent donc la nécessité de leur règlement pacifique sur la base des principes et normes du droit international et des décisions et les documents approuvés dans ce cadre.

*


Sommet-UE-Varsovie1_maxi
A noter que le président azéri, Ilham Aliev, était présent au Sommet et qu'il a rencontré lui aussi Mme Catherine Ashton ainsi que les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE. Il a également profité de l'occasion pour discuter avec ses homologues moldaves, Vladimir Filat, géorgien, Mikhaïl Saakachvili, ses partenaires dans le cadre du GUAM (Géorgie, Ukraine, Azerbaïdjan, Moldavie).

Bien que séparé par un seul siège, les présidents arménien et azéri ne se sont pas adressés la parole.

**

Extrait de Armenialiberty et de la Radio Publique d'Arménie



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More