A la Une

dimanche 4 décembre 2011

L’Arménie sur tous les fronts


 

***



Traduction Gérard Merdjanian - commentaires



En cette fin d’année, l’Arménie met les bouchées doubles pour confirmer sa présence sur le plan international et ne pas laisser le champ libre à la Turquie et à l’Azerbaïdjan qui, l’une et l’autre, ont réussi à occuper des postes importants que ce soit au Conseil de sécurité de l’ONU ou à l’APCE. Il est indéniable qu’Erevan progresse, bien que n’ayant pas comme ses deux voisins, l’appui des pays musulmans sur la scène internationale.



L’année 2012 verra les élections parlementaires, suivies en 2013 par l’élection présidentielle. Il est clair que la communauté internationale, et plus particulièrement l’UE, auront les yeux braqués sur l’Arménie, qui hélas, s’est faite remarquée par des dérapages tragiques en 2008. A l’inverse de Bakou où l’opposition est quasiment muselée et le pouvoir dans les mains du clan Aliev, ou à Ankara, où l’AKP verrouille tous les postes faisant croire aux Occidentaux que la démocratie progresse, à Erevan l’opposition essaie d’exister avec un nombre de députés réduit à peau de chagrin. Il y a un côté légitimiste chez les électeurs arméniens.



Le soutien de l’UE dans le cadre de la PEV et du Partenariat oriental, est favorable à l’Arménie et ne peut que progresser encore plus. A charge pour les dirigeants arméniens de se démener sur le plan intérieur comme ils le font sur le plan extérieur. Car il y a encore de nombreux points noirs dès qu’on aborde les Valeurs démocratiques et le dernier rapport sur la Corruption à travers le monde (1) ne place pas l’Arménie parmi les bons élèves.








***



*



Le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a rencontré la Présidente de la Confédération suisse et Chef du Département fédéral des Affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey.



Après avoir salué les progrès enregistrés dans les relations bilatérales les interlocuteurs ont indiqué que de fréquentes réunions sont l'occasion de suivre le processus de mise en œuvre des accords conclus lors des réunions précédentes et de déterminer les étapes futures.



(…)



Le Chef de la diplomatie arménienne a également rencontré Abdou Diouf, le Secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie.



Les interlocuteurs ont examiné un large éventail de questions sur l'agenda de l'Organisation internationale de la Francophonie.



Abdou Diouf a souligné que les relations de l'organisation avec l'Arménie se sont considérablement développées après que l'Arménie ait rejoint l'OIF en tant que membre associé en 2008.



Puis le ministre a participé à la réunion ministérielle de l'Organisation Internationale de la Francophonie à Paris.



Des délégations de 70 pays membres, associés ou observateurs, étaient présents. Le processus de mise en œuvre des décisions adoptées lors du Sommet de Montreux d’Octobre 2010, était l'ordre du jour principal.



Prenant la parole, le ministre arménien a mis en avant l’importance entre la coopération dans le cadre de la Francophonie et le rôle de l'organisation dans le renforcement de la concorde entre les peuples et les pays à travers le dialogue interculturel. Il a présenté les mesures prises par l’Arménie pour la réalisation des objectifs de l'organisation, et a fait part des  résultats de l'Assemblée générale de l'Association internationale des maires francophones à Erevan.



(…)



Le 6 décembre il se rendra à Vilnius (Lituanie) pour rencontre son homologue azerbaïdjanais, Elmar Mammadyarov.



Il n’est pas exclu que les coprésidents du Groupe de Minsk -Robert Bradtke (Etats-Unis), Igor Popov (Russie) et Jacques Faure (France) – qui vont faire leur rapport au Conseil ministériel de l'OSCE (6 et 7 Décembre), rencontrent les deux ministres dans un format 3+2.



(…)



Le 7 décembre il s’envolera pour la France pour participer, à Marseille avec le président Serge Sarkissian, au 20ème Congrès du Parti Populaire Européen des 7 et 8 Décembre. Rappelons que le président est le chef du Parti Républicain d’Arménie.



A l’invitation du maire Jean-Claude Gaudin, la délégation arménienne sera reçue à l’Hôtel de ville.



**



* Brève Karabakh *



En novembre, plus de 1 150 cas de violation du cessez-le-feu ont été enregistrés sur la ligne de contact entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises.



200 l’ont été avec l’Arménie, et 950 avec l’armée de Défense de l’Artsakh. Les observateurs ont relevé l’utilisation de nombreux types d’armes, et notamment des fusils longue-portée de snipers.



A noter que le recours à des mesures répressives n’a lieu uniquement en cas d'extrême nécessité et notamment suite à la mort de deux appelés.



* Brève UE *



Une conférence sur la "Politique européenne de voisinage : la coopération pour la prospérité, de stabilité et de sécurité : initiatives de coopération européenne dans le domaine de la sécurité régionale" s'est déroulée à Erevan. C’est la cinquième du genre financée par la Délégation européenne d'Arménie et l'Université française.



Le Chef par intérim de la Délégation européenne,  Onno Simmons, attache beaucoup d’importance à la combinaison des efforts de tous les Etats participants dans le cadre de la PEV. Il a souligné l'importance de la mise en œuvre de réformes globales dans les pays participant et le développement de la coopération. "La stabilité régionale dans le Caucase demeure une priorité pour l'Union européenne. L’UE et l'Arménie font des efforts et approfondissent le dialogue, notamment dans la prévention des menaces," a-t-il souligné.



Selon le diplomate, le processus d'établissement de nouvelles relations privilégiées qualitatives devrait être fondé sur des engagements mutuels et des valeurs communes, notamment sur la démocratie, les droits de l’homme, l'économie de marché et un développement stable.



Concernant le processus de règlement du conflit du Karabakh, Onno Simmons a déclaré que c'était l'une des préoccupations majeures de l'UE. Dans ce contexte, il a rappelé la déclaration faite par Catherine Ashton lors de sa visite dans la région, sur la volonté de l'UE de contribuer au règlement du conflit dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE.



Ex-ambassadeur français, Serge Smessow, a indiqué que "l'Arménie a un grand potentiel pour réussir le processus d'intégration européenne, qui va favoriser les progrès dans le pays."



Le directeur exécutif du Centre de Développement International des Ressources Humaines, Tevan Boghossian, a pour sa part confirmé les propos de M. Smessow sur les progrès réalisés grâce à ce processus.



* Brève Arménie *



Le Vice-ministre arménien des Affaires étrangères, Chavarche Kotcharian, a indiqué que suite aux déclarations des responsables azéris sur la communauté azérie d'Artsakh, Bakou essaie de positionner ces personnes au même niveau que les habitants de la RHK.



"Si véritablement ils sont intéressés par l'établissement d'un dialogue, les dirigeants azerbaidjanais doivent prendre des mesures pour organiser le dialogue intercommunautaire avec les milliers de réfugiés arméniens d'Azerbaïdjan, et obtenir ainsi un droit moral pour aborder les autorités de la RHK avec une demande similaire. La partie arménienne considère que plusieurs éléments sont nécessaires pour créer un climat de confiance entre les parties en conflit. Notamment : l'abandon de la rhétorique militaire, la non-destruction du patrimoine culturel, l'observation du cessez-le feu, la promotion du dialogue entre les sociétés civiles des deux pays. Mais Bakou a une approche sélective du problème, qui fausse la réalité dans la poursuite de ses objectifs," a précisé Kotcharian.



* Brève Etats-Unis *



"La question du génocide arménien doit être traitée directement entre l'Arménie et la Turquie, et non par le Congrès américain. Ces actes violents ont été une grande tragédie, mais donner à ces massacres une véritable reconnaissance historique est un sujet sensible," a déclaré la présidente de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants, Ileana Ros-Lehtinen.



L’été dernier, la dite Commission avec un vote de 43 voix contre 1, avait adopté l'amendement Berman-Cicilline exhortant la République de Turquie à préserver son héritage chrétien et à restituer les biens ecclésiastiques confisqués (H.Res.306).



Toujours la même Commission, le 10 Octobre 2007, avait approuvé par 27 voix contre 21, la résolution sur le génocide arménien (H.Res.106). La Turquie avait fait pression sur l'administration américaine, et le Département d’Etat avait torpillé la discussion en séance plénière.



**



Extrait de Radiolour et de PanArmenian



***

(1)

PERCEPTION DE LA CORRUPTION SUR 183 PAYS

(Notés sur 10)


Classement
Pays
2011
2010
1
Nouvelle Zélande
9.5
9.3
2
Danemark
9.4
9.3
2 exequo
Finlande
9.4
9.2
24
Etats-Unis
7.1
7.1
25
France
7.0
6.8
61
Turquie
4.2
4.4
64
Géorgie
……
4.1
3.8
129
Arménie
2.6
2.6
143
Azerbaïdjan
2.4
2.4
143 exequo
Russie
2.4
2.1
180
Myanmar
1.5
182
Corée du Nord
1.0
182 exequo
Somalie
1.0
1.1


Pour plus de détails consulter le document source

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More