A la Une

samedi 14 avril 2012

"En Avril ne te découvre pas d’un fil"


***

Traduction Gérard Merdjanian – commentaires

Dicton français qui va comme un gant aux dirigeants des grandes puissances qui refusent de reconnaître le génocide arménien. Les pensionnaires de Washington s’étant forgé une spécialité dans l’usage immodéré de la périphrase dans leur message du 24 Avril.

"La Turquie doit affronter ‘les démons de son passé’ si elle veut se classer parmi les 10 meilleures économies du monde en 2023, date du centenaire de la République de Turquie. Chaque grand pays a des périodes rayonnantes dans son histoire, dont il est fier, mais il a également des moments de douleur et de peine. Les historiens ont besoin d'appréhender ces périodes de peine avec ouverture d'esprit et honnêteté afin que vous puissiez parvenir une reconnaissance complète et franche de ce qui s'est passé. Nous pensons que vous commencez à faire cela," avait déclaré en Janvier dernier l'ambassadeur des Etats-Unis à Ankara, Francis Ricciardone, dans son interview aux médias turcs.

Quelques jours plus tard, lors d’une conférence de presse, la Secrétaire d’Etat, Hillary Clinton avait déclaré : "Je pense qu’il est juste de dire que c’était toujours vu, et à juste titre, comme un débat historique plutôt que politique. Et je pense qu’est la position juste pour le Gouvernement des Etats-Unis car même si l’évènement fut épouvantable, employer la puissance du gouvernement pour résoudre les questions historiques est, je pense, une porte très dangereuse à franchir. La question est très émotionnelle, je le reconnais, et j’ai une grande sympathie pour ceux qui sont si incroyablement passionné par cela."

Il est clair que par ces temps de crise, Washington n’a nul envie de reconnaître le génocide arménien ; Les Etats-Unis ont besoin de la Turquie pour réaliser leurs objectifs au Moyen-Orient, aidés en cela par Londres et Paris. Quant à l’Union européenne, c’est certes un argument entendu et qui ressort au grand jour quand le besoin s’en fait sentir. Dit autrement, les Européens ont suffisamment d’arguments pour faire trainer en longueur, voire des décennies,  les négociations d’adhésion avec la Turquie.

C’est vrai qu’on ne peut pas récriminer Ankara et signer des contrats juteux ou lui demander son aide dans la région.

(…)

A l’Est rien de nouveau.
L’Azerbaïdjan continue de se surarmer auprès d’Israël et de la Turquie ; ses snippers continuent de violer le cessez-le-feu le long de la ligne de contact avec le Haut-Karabakh, plusieurs dizaines de fois par jour ; les dirigeants azéris, après avoir cosigné des documents internationaux les engageants, continuent de diffuser leur haine anti-arménienne une fois rentré chez eux ; les médiateurs coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, constatent et donnent la direction à suivre ; les missions d’Observation du cessez-le-feu de l’OSCE, qui se rendent sur le terrain depuis des années, ne relèvent jamais de violations alors qu’il y a des dizaines de victimes de par et d’autre de la ligne de front ; etc, etc.

C’est vrai qu’on ne peut pas récriminer Bakou et signer des contrats juteux et, très probablement, lui demander son aide dans la région.



***

*

Le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a rencontré à Varsovie les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE - Robert Bradtke, Igor Popov, Jacques Faure et le Représentant personnel du Président en exercice de l'OSCE Andrzej Kasprzyk.

Les discussions ont porté sur le processus de règlement du conflit du Karabakh, la mise en œuvre des dispositions indiquées dans la déclaration adoptée par les Présidents de l'Arménie, de la Russie et de l'Azerbaïdjan, lors du Sommet de Sotchi en Janvier dernier.

Le ministre Nalbandian a mis l’accent sur les ‘déclarations’ de Bakou, qui contredisent les accords conclus à Sotchi. Ainsi, la rhétorique militaire, les propos anti-arméniens et racistes sont devenus plus actifs depuis quelques mois, empêchant la création d'une atmosphère favorable pour le processus de négociation.

Et de rappeler que le Président Ilham Aliev a qualifié les Arméniens de «fascistes» au cours de la séance plénière de l'Assemblée parlementaire Euronest à Bakou. La déclaration a suscité la réaction de la délégation arménienne qui a qualifié ce comportement d’injurieux et au-delà des normes diplomatiques. Le Représentant de la délégation Euronest et d'autres pays ont également exprimé leur mécontentement quant à la conduite du président Aliev.

* Brève OSCE *

Le 12 Avril, conformément aux Accords conclus avec les autorités de la République du Haut-Karabakh et celles de l’Azerbaïdjan, la Mission de surveillance de l’OSCE s’est rendue sur la ligne de contact dans la région d'Askeran.

Côté RHK, le groupe était composé d’Antal Herdich (Hongrie), d’Irjie Aberle (République tchèque), ainsi que du Colonel Andreï Barashkin.

Côté Azerbaïdjan, l’équipe était constituée de Peter Kee (Grande-Bretagne), de Hristo Hristov (Bulgarie) et d’Ilhami Deirmenoghlu (Turquie).

Comme à chaque fois, aucune violation du régime du cessez-le-feu n’a été relevée.

* Brève APCE *

Le Président Serge Sarkissian, également chef du Parti Républicain, a reçu la délégation de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), dirigée par la baronne Emma Nicholson, dans le cadre de la surveillance pré-électorale des élections parlementaires du 6 Mai prochain.

La délégation a salué la coopération de l'Arménie avec les structures du Conseil de l'Europe et la participation active du pays dans le cadre de l'Organisation dans les débats sur les multiples questions paneuropéennes à l’ordre du jour.

Le président Sarkissian a souligné l'importance du Conseil dans la protection des droits de l'homme et de la démocratie, du respect de la primauté du droit et du développement, soulignant au passage que l'adhésion de l'Arménie au Conseil de l'Europe est un facteur important pour la mise en œuvre de réformes en Arménie.

Il a indiqué qu'un travail considérable avait déjà été fait dans différents domaines, ce qui permettra de conduire les prochaines élections en conformité avec les normes démocratiques. Cette démarche renforcera son tour l'approfondissement et le renforcement de la démocratie en Arménie.

(…)

La baronne Emma Nicholson avait récemment déclarée : "Nous attendons de l'Arménie qu’elle remplisse ses obligations."

Interrogée sur la stratégie de lutte contre un autre scénario du type ‘Hrazdan’ dans lequel des électeurs avaient été soudoyés, la baronne a indiqué que la vaste expérience des observateurs internationaux contribuera à prévenir la récurrence de l'incident. En plus des observateurs internationaux, des médias locaux et des représentants des missions diplomatiques à Erevan, 16.000 observateurs arméniens seront également présents dans les bureaux de vote.

1074 candidats appartenant à huit partis politiques et une Alliance se disputent les 131 sièges(1) : -  le Parti Républicain, Arménie prospère, la FRA-Dachnaktsoutioun, Pays de lois, le Parti Héritage, le Parti Démocratique, le Parti communiste et le Parti Arménie Unie - ainsi que le bloc électoral représenté par le Congrès National Arménien.

* Brève Haut-Karabakh *

Le porte-parole du ministère de la Défense de Haut-Karabakh, Senor Hasratian, a réfuté les propos des médias azéris indiquant que "deux soldats azerbaïdjanais ont été blessés au cours d’une violation du cessez-le-feu par les Arméniens," déclarant que : "c’est encore une autre désinformation azérie."

Peu de temps après, l’agence Trend corrigeait le communiqué initial précisant qu’un soldat azerbaïdjanais a été blessé par un tireur Arménien, ce qui a entrainé la riposte des Azéris qui ont blessé un soldat coté Karabakh.

* Brève Etats-Unis *

Le Sénat de l’Etat du Maine a reconnu le génocide arménien, le mardi 10 Avril. [Ndlt : A noter que la Chambre des Représentants l’avait déjà reconnu en 2001.]

La résolution stipule : "l'Empire ottoman a lancé une campagne visant à éliminer le peuple arménien, ce qui a entrainé la mort de plus de 1,5 millions de personnes. Certains survivants se sont établis ici dans le Maine, et ils veulent faire reconnaître leurs contributions à notre Etat, et exprimer leur sympathie aux familles de ceux qui sont morts."

* Brève Europe *

Selon le Forum des Associations Arméniennes d'Europe (FAAE), un scandale politique enflamme l’Azerbaïdjan et la Turquie concernant la Slovaquie.

De nombreux médias turcs et azerbaïdjanais décrient la déclaration en Novembre 2011du président du Conseil suprême de la Slovaquie, Stefan Harabin, stipulant que la Slovaquie a pénalisé la négation du génocide arménien depuis Septembre 2009.

Le fait est que Harabin avait personnellement mis au point le texte de loi et l'avait soumis au parlement de son pays pendant son mandat de Vice-Premier ministre et ministre de la Justice.

Les médias ont fait référence à la déclaration erronée de l'ambassadeur slovaque en l'Arménie et en l'Azerbaïdjan, Josef Migaš, indiquant que "la loi pénalisant le génocide arménien n'a jamais été mise en œuvre dans son pays et qu’elle n'a même pas été discutée au parlement."

Le président du FAAE, Achod Krikorian, a demandé à M. Migaš de s’expliquer sur sa maladresse et l'a averti que cela peut entrainer un grave scandale. Demande restée sans réponse.

Aussi, les représentants du FAAE ont publié une lettre ouverte adressée à l'ambassadeur Josef Migaš, indiquant que "des démarches nécessaires doivent être entreprises pour prévenir la menace d’un scandale politique."

* Le coin des experts *

* Ardzroun Hovannisian

Selon l'expert militaire arménien, Ardzroun Hovannisian, les armes israéliennes achetées récemment par l'Azerbaïdjan, ne sont pas très efficaces dans le Haut-Karabakh : "Les drones achetés à Israël ne sont pas armés, et il n’y a aucune possibilité de les transformer en avions d'attaque. De plus, le système de défense antimissile de l'Arménie peut se coupler à celui de l'OTSC(2). L'Arménie n’est pas totalement désarmée face à l'Azerbaïdjan, elle le surpasse même sur certains types d'armement."

Le contrat d'armement entre Israël et l'Azerbaïdjan, estimé à 1,6 milliards de dollars, porte entre autres sur des missiles mer-mer Gabriel, cinq drones Heron(3) et cinq drones Searcher.

La possibilité de déployer des systèmes de défense antimissiles sur son territoire répond aux intérêts de l'Arménie. L'expert a souligné la nécessité pour la Russie de construire un nouveau système moderne pour atteindre les objectifs initialement prévus pour la Station radar Gabala, située en Azerbaïdjan, et ce même si l'accord de prolongation de location est agréé par Bakou. "La Russie peut donner son accord sur le déploiement d'un nouveau complexe en Arménie. Par ailleurs, la position géographique de l'Arménie permet un fonctionnement plus efficace des systèmes de missiles," a déclaré M. Hovannisian.

**

Extrait de Radiolouret de PanArmenian

(1)         : 90 des 131 sièges de l’Assemblée nationale sont pourvus par un scrutin ‘à la proportionnelle’. Les 41 restants, le sont par un scrutin uninominal.
(2)         : Organisation du Traité de Sécurité Collective
(3)         : La version Heron TP, susceptible d’être armée de missiles, ne fait pas partie des livraisons.

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More