A la Une

mardi 10 avril 2012

L’Azerbaïdjan, petit frère de la Turquie



***

Traduction Gérard Merdjanian -commentaires

On se souvient que le processus "Une nation, deux Etats" a été initié par le père du président actuel, Haydar Aliev. Le thème repris en Août 2010 par le président Abdullah Gül : "Nous sommes une seule et même nation. Nous sommes les deux pays différents de cette nation unique. L’amitié, la fraternité et la solidarité entre la Turquie et l’Azerbaïdjan ne se limitent pas aux mots et aux déclarations." Puis par le premier ministre Erdogan : "La Turquie et l'Azerbaïdjan sont deux frères inséparables et nous sommes des membres de la famille."

Le grand frère ottoman avait donné l’exemple il y a un siècle sur l’art et la manière de traiter la (ou les) minorité du pays quand celle(s)-ci ne se conforme(nt) pas aux us et coutumes de la majorité. De plus, lorsque la dite minorité n’est de la même religion que celle de l’Etat, celui conduit à des excès de la part des militaires et à des exactions de la part des civils. Autre spécificité du grand frère : nier les faits avérés et accuser l’autre d’avoir les mêmes méfaits envers sa population. Ainsi les Arméniens auraient massacrés le même nombre de Turcs, qui varie d’une année sur l’autre, et pour certains, auraient même perpétré un génocide turc.

Le petit frère azéri n’avait plus qu’à suivre l’exemple. Quand les Arméniens du Haut-Karabakh ont demandé en 1988 le rattachement de la région à l’Arménie conformément aux lois soviétiques en vigueur, Bakou a envoyé ses troupes contre ladite région et la population azerbaidjanaise s’est occupée de l’organisation des pogroms dans les communautés arméniennes disséminées sur le territoire de l’Azerbaïdjan. Quelques années plus tard, de dépit le président Aliev ordonne la destruction (filmée) des milliers de pierre-croix (Khatchkars) du cimetière médiéval de Djougha au Nakhitchevan. Et cerise sur le gâteau, pour masquer les dissensions entre factions internes, les milices azéries n’ont pas hésité à tirer sur leur population en fuite, et jeter la faute sur les soldats arméniens, en les accusant d’avoir perpétré un génocide à Khodjalou.

Si le petit frère égale son ainé dans l’horreur, fort heureusement il ne l’égalera jamais en nombre de victimes.

"Le pire de certaines haines, c'est qu'elles sont si viles et rampantes qu'il faut se baisser pour les combattre." (Marie d'Agoult)



***

*

Thomas de Waal, analyste senior du ‘Carnegie Endowment for International Peace’, a écrit un article analytique intitulé «Le dilemme azerbaïdjanais» sur le site web Intérêt national.



Où va l'Azerbaïdjan ? Ce pays du Caucase vient de rejoindre le Conseil de sécurité des Nations Unies, il est riche comme jamais auparavant, les caisses de l'Etat regorgent des recettes pétrolières et gazières. Mais sa position dans le monde est à peine plus visible qu'elle ne l'était il y a vingt ans.

Ses relations avec les pays occidentaux sont décrites comme transactionnelles, dépendantes de ses approvisionnements énergétiques et de la position du pays en tant que passage vers l'Afghanistan. Les Azerbaïdjanais sont mécontents des difficiles relations avec Washington dues au lobby arménien du Congrès qui a bloqué la confirmation de Matt Bryza comme ambassadeur des États-Unis, laissant le Département d'Etat sans représentant à Bakou. Les responsables américains disent que les relations ne sont pas mauvaises, mais qu’elles ne s’amélioreront pas tant que l'Azerbaïdjan sera loin d'être une démocratie.

L'Azerbaïdjan entretient des relations difficiles avec tous ses voisins. Ainsi, on a le conflit gelé avec l'Arménie, les tensions latentes avec l'Iran et le Turkménistan, la suspicion d’un masquage de l’amitié perpétuelle avec la Russie et les malentendus constants avec les prétendument proches cousins turcs.

Même les relations avec le voisin le plus proche, la Géorgie, ne sont pas sans problèmes. Le président géorgien Mikhaïl Saakachvili a parlé de l'amitié Azerbaïdjan-Géorgie lors d'une visite à Bakou début Mars et a même proposé que les deux pays fassent une offre conjointe pour accueillir le championnat d'Europe de football 2016. Mais Saakachvili a causé un malaise lors de son discours (en langue russe) devant le Parlement azerbaïdjanais, quand il a abordé la politique étrangère de Moscou, déclarant : "Cette politique a beaucoup de noms, mais un seul sens pour nous tous les voisins de la Fédération de Russie : la fin de notre liberté et de notre indépendance, la fin du rêve de Rasulzade et de beaucoup d’autres de nos ancêtres."

Le discours a soulevé le courroux de certains parlementaires azerbaïdjanais. Ils ont avancé que le président géorgien avait offensé le protocole en utilisant leur parlement pour attaquer un Etat voisin avec lequel ils essaient de maintenir de bonnes relations. Les nombreuses références de Saakachvili à Ahmad Amin Rasulzade, dont la célèbre phrase "Le pavillon, une fois levée, ne baissera jamais" a été utilisée pour conclure son discours, sont aussi mal passées. Rasulzade est une figure historique que l’élite gouvernementale actuelle préfère ne pas glorifier en public. Il a été le fondateur de la première république d'Azerbaïdjan indépendant en 1918 et le chef du Parti Musavat, maintenant principal parti d'opposition.

Israël est un autre allié avec lequel les relations sont excellentes. Les deux pays disposent d'un solide partenariat commercial et politique, avec une politique étrangère orientée pro-occidentale et une résistance déclarée à l'islam radical. Etre le meilleur ami d'Israël dans cette région a un coût. Pas de chance pour Bakou, les médias israéliens ont récemment révélé un accord sur des ventes d’armes d’une valeur de 1,6 milliards de dollars entre Israël et l'Azerbaïdjan. Cette révélation a provoqué des frictions avec l'ambassadeur turc à Bakou, qui s’était déjà plaint l'an dernier que les Azerbaïdjanais se devaient de soutenir Ankara dans son différend avec Israël, tout comme la Turquie soutenait l'Azerbaïdjan dans son conflit avec l'Arménie sur le Haut-Karabakh. Et, bien sûr, cela attire l'attention hostile de l'Iran.

L'Azerbaïdjan a rejoint le Conseil de sécurité en Janvier. C'est à la fois une marque de respect et une grande responsabilité. Comme un diplomate occidental de Bakou me l'a dit, "Vous pouvez vous cacher à l'Assemblée Générale des Nations Unies, vous ne pouvez pas vous cacher au Conseil de sécurité." Les Azerbaïdjanais sont maintenant tenus de prendre position sur des questions telles que la Syrie, où ils auraient préféré garder le silence comme avant.

Comme la Turquie qui a trouvé un très grand auditoire, car il est plus facile de déclarer de grandes ambitions de politique étrangère que de les réaliser. La capacité est limitée. Il y a beaucoup de gens dans le nouvel Azerbaïdjan qui sont bons pour faire de l'argent ou du négoce, mais très peu sont aptes à porter le fardeau de la politique étrangère et à mener un travail coordonné.

En même temps, le gouvernement de Bakou riche, de son pétrole, est de plus en plus opaque. Les visiteurs étrangers et les diplomates se plaignent qu'il leur est de plus en plus difficile d'accéder aux décideurs et ont du mal à comprendre la stratégie du gouvernement. C'est le contexte dans lequel l'Azerbaïdjan doit faire face à ce qui pourrait être son plus grand test de la politique étrangère depuis la guerre avec les Arméniens, qui s'est terminée en 1994 : comment gérer la crise imminente avec l'Iran, un proche voisin, un Etat chiite et un adversaire idéologique fort.

La présomption de l’action a toujours été : que parce que les deux pays ont la capacité de se faire du mal les uns les autres, ils s'abstiennent de faire quoi que ce soit qui les entraîne dans une confrontation à grande échelle. L'Iran a une influence sur des dizaines de mosquées et des dizaines de milliers d'islamistes en Azerbaïdjan qui pourraient ébranler l'Etat azéri. Il fournit également une aide économique vitale et de l'énergie à l'enclave du Nakhitchevan. De même, l'Azerbaïdjan a la capacité de remuer l’importante minorité azérie s’il le voulait.

Ce scénario est actuellement testé. En Janvier, le gouvernement azerbaïdjanais a déclaré que ses sites Internet avaient été attaqués et défigurés avec des messages anti-israéliens, puis il a annoncé qu'il avait déjoué un complot iranien en vue d'assassiner un enseignant juif et un rabbin à Bakou. Un parlementaire azerbaïdjanaise a saisi l'occasion pour enfoncer le clou en lançant l’idée que son pays devrait être rebaptisé ‘Azerbaïdjan du Nord’ - ce qui implique que les provinces septentrionales de l'Iran devraient s’appeler ‘Azerbaïdjan du Sud.’

Fort heureusement, la situation s’est calmée. Les autorités azerbaïdjanaises à qui j'ai parlé sont concentrés sur la gestion du pays. Mais si les problèmes se dégradent, l'Azerbaïdjan aura besoin de garder son sang-froid et - une situation fâcheuse plus arrivée depuis un certain temps - trouver un moyen de demander de l'aide.

* Brève APCE *

Une délégation de trois membres de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), conduite par la baronne Emma Nicholson (Royaume-Uni - ADLE), effectuera une mission pré-électorale aux fins d'évaluer le cadre et la campagne électorale, à Erevan les 11-12 Avril, en vue des élections parlementaires en Arménie du 6 mai prochain,.

La délégation doit rencontrer le Président Serge Sarkissian, le Président de l'Assemblée nationale, Samuel Nikoian, le ministre des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, ainsi que les dirigeants des partis politiques en lice pour les élections.

Des discussions sont également prévues avec la délégation arménienne à l'APCE, le président de la Commission électorale centrale Tigrane Mukuchian, des représentants du corps diplomatique et de la société civile, ainsi que les médias.

Cette délégation sera suivie par une autre composée de 28 personnes de l'APCE qui observeront le scrutin avant d’en faire une évaluation finale.

* Brève Russie*

"Les parlements arménien, russe et azerbaïdjanais peuvent contribuer au règlement du conflit du Haut Karabakh. Nous devons nous concentrer sur l'établissement de contacts, l’organisation de rencontres entre intellectuels et personnalités culturelles des trois pays. Notre objectif est de créer un climat de confiance. Il sera difficile de trouver une solution pratique au problème sans un renforcement de la confiance," a déclaré à Bakou le 9 Avril la présidente du Conseil fédéral de la Russie, Valentina Matvienko.

"En tant que pays co-président du Groupe de Minsk de l'OSCE, la Russie fait tous les efforts nécessaires pour trouver une solution au problème. Ce problème n'a pas de solution rapide. Il n'est pas facile, mais très difficile. Toutefois, nous agissons dans le strict respect des résolutions de l'ONU sur le sujet. Nous suivons la loi internationale."

La présidente a rappelé que plusieurs réunions tripartites ont eu lieu entre l'Azerbaïdjan, l'Arménie et les dirigeants russes à l'initiative du président Medvedev.

"Le potentiel du groupe Minsk de l'OSCE n'est pas été épuisé. Les médiateurs doivent poursuivre ce travail. La Russie a joué et continuera de jouer un rôle actif en tant que coprésident pour trouver une solution mutuellement acceptable. La bonne volonté des deux côtés et la recherche d'une solution pacifique sont nécessaires," a-t-elle ajouté.

*


* Communiqué du ministère des Affaires étrangères de la RHK

"Dans l'histoire du conflit Azerbaïdjan-Karabakh, qui abonde de nombreux faits d'atrocités et d’actes de vandalisme commis par l'Azerbaïdjan, les événements du village de Maragha (région de Mardakert) sont une des manifestations les plus extrêmes de sadisme et de barbarie.

Le 10 Avril 1992, après un bombardement préalable de trois heures, les sous-unités de l'armée régulière azerbaïdjanaise, en provenance du village azerbaïdjanais de Mir-Bashir (maintenant Tartar), ont envahi le village du Haut-Karabakh, Maragha. Une centaine de personnes a été tuée - principalement des femmes, des enfants et des personnes âgées. Des dizaines de personnes ont été prises en otage pour être échangées plus tard, mais le sort de beaucoup d'entre eux reste encore inconnu. Deux semaines plus tard, les 22-23 Avril, le village a de nouveau été attaqué à plusieurs reprises et les quelques personnes qui restaient, ont été contraintes d'abandonner le village une fois pour toutes.

Les crimes monstrueux dans Maragha ont été suivis par les pogroms arméniens et les déportations dans le Nord de l’Artsakh, à Bakou, Soumgaït, Kirovabad et d'autres communautés arméniennes de l'Azerbaïdjan, le but recherché étant d’effrayer les gens et les inciter à retourner chez eux [l’Arménie]. Avec la profondeur de la tragédie humaine, le niveau de cruauté, le nombre de personnes violentées et capturées, les événements de Maragha occupent une place particulière parmi les crimes sanglants azerbaïdjanais commis à Getashen, Martounashen, Buzlukh, Erkej et d'autres villages arméniens dans la partie nord de l’Artsakh en 1991-1992.

La Vice-présidente de la Chambre des Lords du Parlement britannique, la baronne Caroline Cox, qui a visité le lieu de la tragédie quelques jours plus tard, a été choquée par ce qu'elle a vu. "Ils ne sont pas humains," a-t-elle déclarée constatant le massacre perpétré par les militaires azerbaïdjanais. La baronne Caroline Cox a pris des photos et des vidéos des atrocités commises dans le village de Maragha. Par la suite, elle les a publiées dans son livre ‘Ethnic Cleansing in Progress’, et en a parlé lors de ses nombreuses interviews.

"Il est impossible de décrire ce que nous avons vu là-bas. Le village a été complètement détruit. Les gens enterraient les morts, en fait ils enterraient des restes humains carbonisés, torturés, démembrés et des corps disloqués. Nous avons vu les épées sanglantes par lesquelles toutes ces brutalités avaient été commises. Après avoir tué les villageois, les Azéris ont pillé puis incendié le village. Soit dit en passant, on nous a dit que les militaires étaient suivis par des civils portant des troncs pour terminer le pillage, - et nous avons vu certains de ces troncs dispersés sur le sol, que les pillards n'ont pas réussi à emporter avec eux," raconte Mme Caroline Cox.

En 1997, un certain nombre d'organisations des droits de l’homme ont conjointement préparé un dossier complet sur les événements de Maragha et l'ont soumis à la Commission des Nations Unies sur les droits de l'homme. L’Organisation ‘Helsinki Watch International Human Rights’ a officiellement confirmé que des dizaines de civils avaient été martyrisés, et des dizaines de femmes et d'enfants pris en otage. Cependant, les médias internationaux n’ont pas couvert le massacre des Arméniens à Maragha, et la communauté internationale n'a toujours pas encore donné une quelconque suite à ces événements tragiques.

"Vous avez l'arme la plus puissante : la vérité. Vous devriez la porter à la connaissance des structures internationales et montrer que l'Azerbaïdjan a tenté de commettre un génocide contre la population du Karabakh. Vous devez présenter plus activement au monde les crimes de masse perpétrés contre les Arméniens à Maragha, Soumgaït, Bakou, etc. Ce sont des crimes contre l'humanité. Je soutiens les Arméniens et comprends qu'ils ne seront jamais capables de vivre sous la domination de l'Azerbaïdjan. Les Arméniens du Karabakh, qui ont vécu sous le contrôle de l'Azerbaïdjan, ont beaucoup souffert," a précisé la baronne Cox.

Le massacre de Maragha, qui est toujours sous occupation azerbaïdjanaise, ne peut pas être appelé ‘opération militaire’, car il n'y avait aucune base militaire dans le village mais seulement des citoyens pacifiques, qui sont devenus la principale cible de l'agression. Ces crimes visaient à expulser la population arménienne de sa patrie. Le massacre de la population civile désarmée de Maragha est un crime contre l'humanité et la civilisation, sans délai de prescription, et les auteurs de ce crime doivent subir la peine dans toute la rigueur de la loi," indique le communiqué du ministère.


**

Extrait de Times, de Radiolour et de PanArmenian



Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More