A la Une

mardi 7 août 2012

Syrie : la guerre souterraine du renseignement





Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

***

Commentaires

La guerre fait rage, une partie de la population civile fuit, l’autre essaie de survivre dans les zones de combat. Si au départ, cela ressemblait fortement aux ‘printemps’ des pays arabes Sud-méditerranéens, ce qui se passe actuellement en Syrie n’est plus comparable.

Certes elle n’était pas un modèle de démocratie. D’ailleurs pas plus ni moins qu’un autre pays arabe, on pourrait même dire ‘plus’ quand on voit ce qui se passe dans certains pays du Golf ou les droits de l’homme, ou plus exactement ceux de la femme, sont foulés aux pieds et où la femme sert avant tout à procréer. Seulement dans le Golf il y a des énergies fossiles, et les pétrodollars des divers rois, émirs, ou autres princes arrosent généreusement l’Occident. D’où un regard occidental plus que pudique pour ne pas dire complaisant.










Que l’on soit pour ou contre le régime syrien, les exactions commises par l’une ou l’autre des parties ne sont pas tolérables, encore faut-il que l’ONU puisse faire appliquer ses décisions, sans aller pour cela envoyer des troupes étrangères sur le territoire syrien, comme ce fut le cas en Lybie. Seulement les ‘Amis du peuple syrien’ se substituent petit à petit aux Nations-Unis et envoient non seulement de l’aide humanitaire, ce qui est tout à fait louable, mais également des armes de moins en moins légères, ce qui n’est plus louable du tout. Quant à l'information diffusée à grand renfort de médiatisation, il y a ce qui est, et ce que l'Occident veut que cela soit. Les 'frères musulmans', plus connus sous le nom plus médiatique de «Observatoire syrien des droits de l'homme» ou plus simplement «ONG» - soutenus par les sunnites du Golf, y pourvoient.

Le résultat final fait de moins en moins de doute. A armer de plus en plus l’opposition, les ‘rebelles’ finiront par avoir le dessus et chasseront (ou pire) les dirigeants actuels. La question qui se pose est la suivante : Et après ? Parce croire que ce qui suivra sera meilleur est une vue de l’esprit, avoir un régime islamiste à caractère salafiste ou djihadiste (ou pire) n’est probablement pas le souhait des défenseurs des valeurs occidentales. La Syrie est un patchwork d’ethnies, de communautés et de religions, sans compter son contentieux avec Israël et sa proximité avec l’Iran. En clair, créer le chaos dans ce pays, revient à le transformer en Irak bis, version pire.

Washington n’a que faire de semer la pagaille dans un pays, quitte à inventer des prétextes fallacieux, du moment que cela lui permet d’atteindre ses objectifs géostratégiques. L’Irak n’a pas suffi.

On peut regretter que la France de 2012 ne soit plus celle du 14 février 2003 qui avait défendu son point de vue devant le Conseil de Sécurité par la voix de son ministre des Affaires Etrangères, Dominique Villepin. Le cap impulsé par Sarkozy est maintenu : Devenir le godillot des Etats-Unis.



***

Traduction



***

Une autre version de la guerre

Interview de Bassam Tahhan - Porte-parole du collectif pour la Syrie, sur BFM-TV

***

Un conte et deux sièges de sécurité

Par Mahdi Darius Nazemroaya

Le conflit syrien est beaucoup complexe qu’il n’y parait. La Syrie est actuellement le théâtre d'une guerre froide entre les États-Unis, l'OTAN, Israël, et le Conseil de Coopération du Golf (CCG) d'un côté, et la Russie, la Chine, l'Iran, et le bloc de la résistance de l’autre. Au milieu des combats entre le gouvernement syrien et forces anti-gouvernementales, une guerre intense du renseignement a également eu lieu.




***

Le bombardement du siège de la sécurité nationale syrienne de Damas et de sa cellule de Crise

Il y a encore beaucoup de questions sans réponse au sujet du bombardement du quartier général de la sécurité nationale syrienne dans le quartier d'Al-Rawda au Nord-ouest de Damas, le 18 Juillet 2012. Ce qui s'est passé exactement est très peu connu. Par ailleurs, la télévision syrienne et les médias n'ont pas montré les scènes de l'explosion, scènes que les gens se sont habitués à voir. Cela est peut être dû à la nature sécuritaire sur l'emplacement des explosifs.





***

L’opération Ajax de Damas

L'attaque contre le quartier général de la sécurité nationale syrienne d'Al-Rawda a été soigneusement coordonnée avec l'assaut sur Damas par les différents groupes armés de l’ASL. Il est clair que les États-Unis et ses alliés ont plus ou moins utilisé la même tactique pour Damas que celle utilisée en 2011 pour renverser le gouvernement libyenne à Tripoli. Les deux sont des réincarnations modernes de l'Opération Ajax, laquelle avait été lancé en 1953 par les gouvernements américain et britannique pour renverser le gouvernement démocratique du premier ministre iranien du Dr Mohammed Mossageh. Washington et Londres ont installé à sa place une dictature brutale et répressive sous le règne de Mohammed-Reza Shah et l'Iran est passé de facto d'une monarchie constitutionnelle à une monarchie absolue.




***

Un nouveau chef des renseignements saoudien : Le retour du prince "Bandar Bush"

Le lendemain de l’attentat du siège de la sécurité nationale, un décret royal a été adopté à Riyad pour remplacer le Prince Muqrin (Mogren) bin Abdulaziz Al-Saoud, par le prince Bandar bin Sultan Al-Saoud en tant que directeur-général des services de renseignement d'Arabie Saoudite, Al-Istikhbarat Al-Amah (General Intelligence).

Depuis 2005, le prince Bandar était le secrétaire général du Conseil national de sécurité de l'Arabie saoudite, mais son nouveau poste a fait tourner les têtes pour en déduire que l'Arabie saoudite a une politique étrangère beaucoup plus agressive. Que signifie cette nomination ?




***

Les deux sièges de la sécurité

Quelques jours après la nomination du prince Bandar et l'attaque de la cellule de crise syrienne, une attaque contre le siège des renseignements généraux à Riyad a été signalée par l’agence de presse yéménite, Al-Fajr, puis repris par les médias iraniens. L'explosion aurait tué l’adjoint de Bandar, le directeur général adjoint des renseignements de l'Arabie, alors qu'il entrait dans l'immeuble. Selon certaines rumeurs Bandar aurait été blessé voire tué. L'Arabie saoudite a gardé le silence sur la question.



***

La politique de ‘Redirection’ initiée par Bush Jr. est manifeste sous Obama

Au Yémen, l'armée nationale a été démembrée et divisée avec succès, et c’est exactement ce que veulent faire les Américains, l’OTAN, le CCG et leurs alliés en Syrie. Le changement de régime n'est pas leur seul but, ils veulent de plus la destruction et la balkanisation de la République arabe syrienne. Pour eux, le sectarisme et de la balkanisation doit prendre racine au Moyen-Orient. Pour paraphraser les soi-disant dirigeants spirituels de l’ASL, les forces anti-gouvernementales commencent à dire qu’ «Israël et les Sunnites sont des alliés objectifs contre les Chiites» ou que «tous les Alaouites doivent être exterminés», il est clair que l’objectif final est conquérir et de diviser à l'échelle régionale les populations du Moyen-Orient, en les opposant les unes aux autres.


***
  *

Par Mahdi Darius Nazemroaya – Réseau Voltaire

Mahdi Darius Nazemroaya est chercheur associé au Centre de recherche sur la Mondialisation (CRM), spécialisé en géopolitique et stratégie.

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More