A la Une

mardi 25 septembre 2012

Bakou s’enfonce mais continue de se justifier


 

Traductions et commentaires de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Le clan Aliev règne depuis près de vingt ans sur l’Azerbaïdjan. Si le père (Haydar) entrevoyait vers 2001 un accord de paix avec l’Arménie moyennant quelques sacrifices, son fils Ilham 1er – Le mégalomane – fort de ses pétrodollars, moins précautionneux et moins diplomate vise exclusivement la récupération totale des territoires et n’a que faire des principes de base proposés par le groupe de Minsk de l’OSCE, pourtant repris en chœur par toutes les organisations internationales et la quasi-totalité des pays – sauf la Turquie, bien évidemment. Prenant comme parole d’évangile pardon de Coran :

ce que Staline a uni, que l’homme ne le sépare pas, il n’est pas prêt de voir son vœu se réaliser. Allah’ou Akbar, comme diraient les ‘démocrates’ barbus qui guerroient en Syrie.

 

Hélas, ce n’est que la partie émergente de l’iceberg. Car depuis toutes ces années les dirigeants azéris ont tout fait pour modeler la population à leur image, en leur insufflant en permanence la haine de l’Arménien et leur vision manichéenne du Haut-Karabakh. Pourtant ce n’est pas l’argent qui manque pour subvenir aux besoins des réfugiés. S’il tenait qu’au despote Ilham, l’on serait déjà en guerre, sans doute que leur conseiller militaire - entendez par là Ankara, lui a susurré la prudence et de regarder un peu plus loin que le bout de son nez. Comme dit le proverbe : ‘A tout vouloir, l’on perd tout’.

 

Un très gros travail et de longue haleine attend les organisations internationales et tous ceux qui essaient de rapprocher les points de vue arménien et azerbaidjanais, en travaillant notamment sur la société civile. Ce n’est certes pas nouveau mais cela devient de plus en plus urgent. L’affaire Safarov n’en est que le dernier exemple. Aussi c’est très probablement du peuple azéri que viendra le salut. Il est bien connu que les dirigeants et le peuple n’ont pas du tout la même vision des événements, l’exemple de l’Union européenne est là pour nous le prouver tous les jours, quand le peuple vote NON, les dirigeants passent au-dessus de leur tête pour voter OUI.

 

Soixante dix ans de communisme ont produit l’homo soviéticus, dont les ex-républiques d’URSS ont beaucoup de mal à se débarrasser. A ce rythme là, l’Azerbaïdjan va donner naissance à l’homo alievus. Quant à vouloir plaquer du ‘printemps arabe’ sur une population turcophone, il n’est pas dit que la greffe prenne.

 

 

***

 

Traductions – revue de presse

 

***

 

Les coups bas de Bakou

 

"Nous n'avons jamais refusé l'idée de se prononcer sur le statut du Haut-Karabakh, mais le statut ne sera discuté uniquement lorsque les Azerbaïdjanais seront retournés paisiblement dans la région. L'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan doit être restaurée et les Arméniens vivant dans le Haut-Karabakh doivent vivre avec les Azerbaïdjanais. Un modèle d'autonomie pour leur maintien doit être conçu," a déclaré
 
 

 

***

 

L’Azerbaïdjan ne supporte pas la présence de l’Arménie dans les Foires internationales

 

Lors du Forum international du tourisme (JATA) qui s’est déroulé du 20 au 23 Septembre à Tokyo, la délégation azerbaïdjanaise a essayé de distribuer une grande quantité de prospectus anti-arméniens aux participants et aux visiteurs.

 

 
 

***

 

Assemblée générale des Nations Unies

 

Le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, s’est envolé pour les Etats-Unis.

 


 

***

 

Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

 

Le respect des obligations et engagements de la Fédération de Russie par Sergey Narychkine (président de la Douma), la crise humanitaire en Syrie (pour lesquels une demande de débat selon la procédure d'urgence a été effectuée), la définition de ‘prisonnier politique’, ainsi que les discours des Présidents de l'Albanie (Bujar Nishani) et de la Moldavie (Nicolae Timofti), seront parmi les points forts de la session d'automne 2012 de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), qui se tiendra à Strasbourg du 1er au 5 Octobre.

 

 
 

***

 

En marge de la conférence européenne des Présidents de Parlement

 

Le Président du Parlement arménien, Hovik Abrahamian, a rencontré, vendredi à Strasbourg, le Président de l'Assemblée parlementaire de l'OSCE, Riccardo Migliori ; ainsi que le Président de l'APCE, Jean-Claude Mignon.

 

Riccardo Migliori a hautement apprécié les propos d’Abrahamian à la Conférence. En outre,
 


 

***

 

La sous-commission sur le Haut-Karabakh de l’APCE

 

"Les Officiels de Erevan et de Stepanakert ont déclaré à plusieurs reprises l'inefficacité de la sous-commission de l'APCE sur le Haut-Karabakh. L’influence néfaste de la Turquie, une approche unilatérale, et les tentatives de dépeindre négativement la partie arménienne ont été relevés dans les activités du sous-comité. Ce qui a entrainé, la paralysie des activités de la sous-commission", a déclaré David Babayan,

 
Suite

 

***

 

Washington et l’affaire Safarov

 

Les États-Unis ne sont toujours «pas satisfaits» des explications de Bakou et de Budapest concernant le transfert et la grâce de l’officier azerbaïdjanais. Après le président Obama et la Secrétaire d'État Mme Clinton, c’est au tour de son adjoint pour les Affaires européennes et eurasiennes, Philip Gordon,
 
 

 

***

 

La Turquie et le génocide arménien

 

Le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a réitéré la position de son gouvernement sur son souhait de mettre en place une commission mixte d’historiens avec les Arméniens afin de discuter des événements de 1915.

 


 

***

 

Formation "Eternité-2012"

 

La formation "Eternité-2012" a commencé à Ankara.  Cette formation vise à protéger les oléoducs et des gazoducs. Y participent les Etats-majors de l'Azerbaïdjan, de la Turquie et de la Géorgie.

 


 

***

  *

 

 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian, de News.am et de Times.am

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More