A la Une

mardi 9 avril 2013

L’Arménie face à ses deux détracteurs


 

 

***

 

Commentaires et Traductions de Gérard Merdjanian

 

***

 

Commentaires

 

Le problème majeur et probablement unique auquel doit faire face l’Arménie sur le plan de la politique étrangère se limite à un seul item : Le contentieux turc. Lequel se décline en deux volets :

-      Avec la Turquie successeur de l’empire ottoman, qui
- ayant purement et simplement annexé les provinces arméniennes d’Anatolie après avoir déporté et massacré ses habitants, il y a près d’un siècle, nie en bloc les reproches qui lui sont faites de peur des réparations ;

-      Avec l’Azerbaïdjan, patrie crée pour les Turcs azéris, auquel les Bolchevicks pour s’attirer les bonnes grâces du monde musulman leur ont gracieusement octroyé deux provinces arméniennes ayant échappé au génocide, le Nakhitchevan et l’Artsakh (Haut-Karabakh). La première fut progressivement vidée de ses Arméniens durant l’époque soviétique ; la seconde, plus résistante, a fait légalement sécession en 1988. D’où des pogroms pilotés par Bakou suivis d’une guerre sanglante de 1992 à 1994.

 

Une paix ne peut intervenir qu’avec l’assentiment de toutes les parties. Si l’Arménie se dit prête à négocier certains districts de la zone tampon, l’Azerbaïdjan refuse catégoriquement de céder la moindre parcelle de territoire qu’elle considère comme sien, entendez par là les cadeaux de Lénine. Aussi, avec les milliards de pétrodollars amassés il n’a que faire des propositions des médiateurs internationaux, jusqu’à refuser de voter le budget de l’OSCE si les missions d’observations le long de la ligne de contact se font plus fréquentes et méticuleuses.  

 

Je vous engage à lire l’exposé très instructif du Dr Haïg Kotandjian, politolgue et Général retraité, sur le contentieux arméno-azéri et arméno-turc de leurs origines, des développements actuels, des risques encourus et des évolutions à attendre.

 

 

***

 

Traductions –revue de presse

 

***

 

Arménie : Région de la Mer Noire - Programme de sécurité

 

Le Président de l'Association des politologues d'Arménie, le Dr Haïg Kotandjian, a présenté dans le cadre de l'Atelier de la Mer Noire - Harvard Programme de la sécurité, qui s'est tenue à Bucarest en Mars 2013, un rapport sur les «Dynamiques régionales de la sécurité dans le Sud-Caucase». En voici quelques extraits.


 

***

 

Conflit du Karabakh

 


Le représentant personnel du Président de l'OSCE en exercice, Andrzej Kasprzyk, estime que les communiqués du ministère de la Défense jouent sur l'humeur de la société civile.

 

"Nous n'avons aucune influence sur les

 

 

***

 

ONU

 

Une conférence scientifique sur la prévention du génocide a eu lieu au siège de l'ONU à New York. L'événement avait été initié par la Mission permanente de l'Arménie à l'ONU avec plusieurs ONG ainsi que des représentants des Etats membres de l'ONU, des experts et des invités étrangers.

 

Le représentant permanent de l'Arménie auprès de l'ONU, l'Ambassadeur Karen Nazarian, a indiqué

 


 

***

 

Le coin des experts et des observateurs

 

"Avec l'affaiblissement de l'influence des pays coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE sur le processus de paix, et le renforcement du potentiel militaire de Bakou, il est tout à fait logique que l'Azerbaïdjan se lance une guerre après les Olympiades de Sotchi. Je remarque que

 

 

***

 **

 

Extrait de Radiolour, de PanArmenian et de News.am

 

 

Partager

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More